Publicité

Nazca dévoile l'EP Away

Nazca est un groupe de musique lyonnais de Indie, Pop & Folk qui vient de dévoiler son nouvel EP Away.

Nazca - Away (crédit Anne-Laure Etienne)

Crédit visuel : Anne-Laure Etienne

À la rencontre du folk et des chants tribals, Nazca donne à ses mélodies pop un aspect sauvage et organique : des percussions brutes, parfois guerrières, qui se heurtent aux voix cristallines, dont les harmonies savantes se mêlent au ukulélé et aux nappes sonores du clavier. Un métissage paradoxal entre douceur et puissance.
Nazca donne à ses mélodies pop un aspect sauvage et organique : des percussions brutes, parfois guerrières, qui se heurtent aux voix cristallines, dont les harmonies savantes se mêlent au ukulélé et aux nappes sonores du clavier.
Nazca, c’est surtout l’alliance parfaite de la voix limpide de Juliette, avec celle plus caractérielle de Zoé, des rythmes de guitares de Marc et des percussions saisissantes de Navid, dont le mélange sonne comme une évidence.

L’invitation sur le fil de Nazca s’apparente à la découverte d’un microcosme tissé en pleine jungle musicale; la découverte d’un peuple nomade imaginaire dont l’identité se décline au rythme de célébrations à la nature, pour en faire surgir toute la beauté de l’unité.

Le groupe pop folk Nazca vient de dévoiler son EP Away.

Interview avec Nazca

Pouvez-vous nous présenter votre nouvel EP Away ?
Cet EP est le fruit d’un long travail mené sur presque deux ans. Le temps pris pour le composer explique en partie la diversité qu’on y trouve en l’écoutant. Il est dans la continuité du dernier EP Of lights and shades, tout en étant plus affirmé. Depuis le dernier EP, nos expériences, nos écoutes, nos vies nous ont amenés assez naturellement vers Away, avec peut-être des choix plus francs, des ambiances plus contrastées. On y trouve un côté gypsy dans le titre Mac-moi, quelque chose de plus urbain avec Back in the game, un aspect tribal dans Loups, la folk de Running, et Away from the way qui condense un peu tout ça.

Qu'avez-vous souhaité apporter de nouveau et quelles ont été vos sources d'inspirations ici ?
On a voulu aller au bout de ce que les titres suggéraient dans les ambiances sonores, ce qui explique qu’ils soient si variés. Chaque titre est une invitation pour un voyage différent. Pour les inspirations, c’est comme si Hyphen Hyphen, The Do, First aid kit, Haim et Ibeyi, s’étaient retrouvés pour la soirée :)

Comment s'est passée la préparation de cet album et les enregistrements en studio ?
On a d’abord passé beaucoup de temps à composer des maquettes, des sortes de pré-enregistrements au brouillon, puis on a testé de nombreux studios, on a enregistré les instrus dans l’un, les voix dans l’autre, mixé ici, remixé là, on a écumé pas mal de possibilités pour chercher un son qui nous corresponde vraiment, et en fonction de ce chaque titre appelait aussi.

Peut-on en savoir plus sur la partie instrumentale ?
Ce qui est chouette en studio, c’est qu’on a beaucoup de liberté pour expérimenter tout un tas de choses ; c’est comme ça que Navid s’est retrouvé à jouer du saz (sorte de guitare orientale) sur certains morceaux, de la derbouk aussi. Claudine Pauly, une amie très talentueuse, est venue jouer du violoncelle également, on a même pris le son d’un piano d’une salle de concert qu’on adore, qui est « à thou bout d’chant » (c’est Nico qui s’en est chargé, et justement on parle de Nico juste après)

Parlez-nous du titre Back in the game et de son clip... Vous avez notamment collaboré avec Nicolas Steib, peut-on en savoir plus sur vos échanges ?
Nicolas est un petit génie qu’on a rencontré grâce à Melba, qui est une super amie et artiste, et on avait trouvé super le taff qu’il avait réalisé avec elle. On lui a donné notre maquette de Back in the game, on s’est vus pour parler de la genèse du titre, ce qu’on voyait dedans, comment on se projetait etc. Il a pris beaucoup de notes, puis nous a présenté ses arrangements qui étaient chanmés ! On a aussi écrit les couplets avec lui, et ensuite on a travaillé ensemble à faire se rejoindre ses arrangements et l’univers Nazca. Comme on était refaits du job, on lui a proposé de réitérer sur Mac-moi. C’est quelqu’un qui est très à l’écoute, très bienveillant, un peu fou aussi, on se sent très à l’aise, très libre avec lui en studio. On est tous in love de lui.

L'EP Away n'a pas eu de crowdfounding, contrairement aux précédents, est-ce que ça a changé votre approche dans la préparation de cet opus ?
Pas tant que ça. Là on avait la possibilité financière de réaliser cet EP sans racketter nos mamies et notre fanbase, c’est chouette aussi d’avoir cette autonomie-là. Et puis on ressent quand même le soutien des gens lors des concerts, sur les réseaux, par plein d’autres biais !

Une anecdote à nous raconter ?
Certains des titres ont été mixés à Paris dans un studio par lequel Maître Gims et Kenji étaient passés auparavant ;)

Aurez-vous des concerts prochainement et quelles émotions vous procure la scène ?
La scène est un endroit qu’on adore, c’est hyper concret, le public est là, devant, on n’a plus qu’à défendre notre musique et à la partager. On est très libres, on a la sensation de s’exprimer pleinement. Nos prochains concerts seront le 12 décembre au Caveau de Saint Priest, le 1er février à Annemasse avec Bear’s tower, et ensuite…

La dernière fois on avait évoqué votre souhait de participer à Musilac ; qu'en est-il ?
Bien sûr qu’on est toujours partants ! Il faut convaincre le festival maintenant ^^

D'où vient l'idée du nom Nazca pour le groupe ?
C’est une forme du verbe nacer en espagnol, qui signifie naître. Ça signifie pour nous que la musique  été une sorte de renaissance, une manière nouvelle pour nous d’exister, de s’exprimer.

Le précédent EP Of lights and shades a cartonné et est même en rupture de stock. Comment vous expliquez-vous un tel succès et pensez-vous en tirer de nouveaux exemplaires ?
Les nouveaux exemplaires, à voir… On y a pensé mais on vient de sortir notre dernier EP, donc chaque chose en son temps ! C’est difficile de savoir pourquoi les gens l’ont aimé, ça leur a parlé, ça les a touché quelque part, mais savoir pourquoi… Je crois que paradoxalement, quand on va chercher des choses très personnelles, dans la musique ou les paroles, il en ressort souvent quelque chose d’assez universel. Et puis une sincérité qui ne trompe pas aussi.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Bisous.

Merci à Nazca d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

Nazca - Back in the Game (Clip Officiel)

interview Musique

Vodk : un studio de tournage dans sa nouvelle maison ? Vodk : un studio de tournage dans sa nouvelle maison ?
Le youtubeur angevin Vodk vient d'acheter une nouvelle maison. Dans une vidéo posté...
  Véronique Merveille prépare l'album Un joli courant d'air
Véronique Merveille n'a jamais cessé d'écrire et va enregistrer l'a...
Véronique Merveille prépare l'album Un joli courant d'air

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire