Publicité

Natalia Romanenko reprend des oeuvres pour les 75 ans de la libération d'Auschwitz

Cette semaine a lieu le 75ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz. A cette occasion de nombreuses cérémonies ont lieu. Le photographe Martin Schoeller a par exemple créé une exposition avec 75 portraits de rescapés de la Shoah.
Par ailleurs la pianiste Natalia Romanenko a donné hier un concert dans l'enceinte du camp d'extermination d'Auschwitz. Elle a interprété des musiques composées à l'époque par des déportés.

Dans l'antichambre d'Auschwitz, des musiciens étaient utilisés pour la propagande nazie. Viktor Ullmann était par exemple un pianiste et compositeur autrichien et dont son oeuvre a disparu avec lui. Une injustice à laquelle lutte Natalia Romanenko, la pianiste concertiste a créé une association (extraordinaria classica) pour préserver et redonner vie à ces oeuvres elles aussi victimes de l'histoire.
Pour la pianiste ça jaillit, il y a un optimisme ; une telle soif de la vie et résistance qui donne un optimisme déstabilisant. On s'interroge sur la conception quand on connait le parcours de ces musiciens déportés.

Auschwitz, le plus grand camp de concentration du IIIème Reich. Le cimetière pour 1,1 million d'hommes, femmes et enfants juifs assassinés par la barbarie nazi. Faire résonner ce lieu de mémoire c'est le pari de l'ukrainienne Natalia Romanenko pour le 75ème anniversaire de la libération du camp.
La pianiste a eu du mal a y rentrer, car on y ressent énormément de choses, c'est très émouvant. L'instrument donne une force ; les partitions et le piano vont parler.

La musique au service de la mémoire. Pour redonner leur place aux artistes dans le Panthéon musical et qu'ils ne soient plus seulement joués lors des commémorations. Pour Natalia Romanenko c'est comme si on les tuaient pour une deuxième fois. Le but c'est de faire écouter et entendre cette musique et que ça rentre dans le répertoire des orchestres, des musiciens, comme des musiques qui le méritent (Mozart, Chopin...). Si on cesse de les jouer, ils cesseront d'exister.
Viktor Ullmann a été tué 4 jours après avoir terminé son concerto pour orchestre, à Birkenau. A 46 ans, il n'a jamais pu entendre jouer son oeuvre jouée par une philharmonique.

Manuel Adnot : l'album Amor Infiniti Manuel Adnot : l'album Amor Infiniti
Manuel Adnot sort le 24 janvier Amor Infiniti, album né d'une création avec le cho...
  1ère édition d'Art&Food @ The Bascule (Uccle)
ART&FOOD @ THE BASCULE est un nouveau concept imaginé par l’ASBL Odessa. Du 20 au 2...
1ère édition d'Art&Food @ The Bascule (Uccle)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire