Publicité

Nalie : l'EP Carry On

Nalie est une auteure-compositrice qui a passé son enfance dans le Sud-ouest de la France. Depuis 4 ans elle essaye de vivre de son rêve pour la musique. Issue d'une famille de musiciens, elle vient de sortir mon premier EP intitulé Carry On.

Nalie - Carry on

Pouvez-vous nous présenter votre EP Carry on et son univers ?
Avec ses quatre chansons, Carry On offre un univers très varié en passant par de la pop rock à quelque chose de plus électro pop.
Ayant joué dans des groupes de rock lorsque j’étais adolescente, je voulais donner une place importante à ma guitare, et c’est pour ça que j’ai écrit March On. Dans les chansons actuelles, je trouve que l’on ne laisse pas assez la place à des solos de guitare ou alors c’est très rare. J’ai voulu relever le défi, je ne sais pas encore si c’est un succès ou un échec, seul le temps nous le dira.
Les autres chansons comme Can’t live it up par exemple, offre un univers plus pop et léger qui fait taper du pied.

Comment l'avez-vous composé et existe-il un lieu dans lequel vous aimez vous réfugier pour écrire ?
Pour écrire de nouvelles chansons, je m’enferme souvent chez moi dans mon studio à Los Angeles. Lorsque je n’en ai pas la possibilité, parce que les idées peuvent arriver à n’importe quel moment, donnez-moi une guitare ou un piano, un cahier, un stylo et un téléphone pour enregistrer et j’écris. C’est comme ça que j’ai esquissé les premiers traits de certaines de mes chansons sur un bateau à Lake Powell, en Arizona, avec comme vue les canyons du farwest américain. Une fois les idées posées, je retourne dans mon studio pour travailler sur la partie instrumentale du morceau.

En quoi le sud-ouest de la France inspire-il vos morceaux ?
Le sud-ouest est pour moi synonyme de retour aux sources. J'y retrouve ma famille, mes amis, mes chats, bref ma vie d'avant que j'ai laissé de côté en partant vivre aux États-Unis il y a quatre ans.
Dans mes chansons je m'inspire de sujets divers, des gens autour de moi, de leurs histoires ou alors des difficultés que j'ai pu rencontrer lorsque j'étais plus jeune.
Durant ces quatre dernières années j'ai eu la chance de voyager autour du monde, de l'ouest à l'est des États-Unis, en passant par la Nouvelle-Zélande, l'Angleterre, le Portugal etc. Ces voyages ouvreurs d'esprit m'ont fait porter un regard différent sur les choses qui étaient sous mes yeux depuis le début, remarqué des détails auxquels je n’avais jamais prêté attention auparavant. Le sud-ouest, avec ses Pyrénées, ses grandes plaines aux étendues vertes et ses collines vallonnées, est ma maison, mon repère. Partout où que j'aille je reviendrai toujours à la maison. C'est ça mon inspiration.

Avez-vous des préférences sur la langue dans laquelle vous interprèterez un titre ?
Je me sens plus à l'aise lorsque je chante en français, ce qui me permet de plus me concentrer sur l'interprétation de la chanson. Par contre, j’adore l’anglais, c’est beaucoup plus challenging, et j'aime les challenges.

Est-il possible d'en savoir plus sur la partie instrumentale de l'EP ?
Je fais tout de A à Z. Avant de faire de la guitare mon instrument principal, je suis passée par le piano et la batterie, en jouant un peu de basse de temps en temps. Le fait d'avoir touché à ces instruments différents, je comprends comment ils interagissent entre eux, rendant la composition plus rapide. En général, je travaille en MIDI, sauf pour la guitare que j’enregistre. MIDI ou Musical Instrument Digital Interface, c'est le fait d'avoir un simulateur d’instruments sur ordinateur que l'on contrôle avec un controller externe comme un keyboard par exemple. Je joue en général les parties piano et synthé sur mon piano qui est aussi un controller MIDI.

Sur quoi avez-vous attaché de l'importance sur Carry on et qu'avez-vous souhaité transmettre avec cet EP ?
Je suis de nature très timide et le message que je veux transmettre avec Carry on (continuer) c'est de continuer à avancer et à réaliser ses rêves malgré les obstacles que la vie peut nous mettre au travers. Il n’a pas toujours été facile pour moi de monter sur scène et chanter, mais à chaque fois que je le fais, c’est une victoire sur la personne que j’étais dans le passé.
Avec la chanson March On j’ai voulu parler du fait que dans le monde d'aujourd'hui tout le monde essaie de correspondre à une image précise que le reste de la société attend d'eux. Utilisant la rigidité de l'armée comme exemple (Left right, left right don't get ground down, left right left right don't let anyone down), March on (Carry on) qui veut dire avancer, décrit le conflit entre le fait de vouloir obéir à une ligne de mire et de se sentir en décalage avec celle-ci.

En quoi le fait de maitriser différentes étapes de la préparation d'un opus est-il important pour vous ?
Le fait de tout faire me permet de pouvoir vraiment obtenir le résultat que je souhaite, plus rapidement. En faisant tout ce travail, j’ai accumulé des connaissances dans différentes catégories, production, arrangement, enregistrement etc., ce qui me permet de pouvoir transmettre mon savoir à d’autres musiciens.
J’ai changé la façon dont j’écoute la musique, je me concentre moins sur le fait de savoir si j’aime ou pas mais plutôt sur la qualité de la production, de l’écriture, de l’arrangement etc. La musique c’est une question de goût, ce n’est pas parce que tu n’aimes pas que c’est nul ou alors que les autres n’aimeront pas.
Par contre, la musique c’est aussi un partage, il est important de récolter des avis afin de nous améliorer et proposer quelque chose qui plaira au plus grand nombre. Selon moi, un travail de groupe est aussi intéressant voire même plus important puisque cela permet d’échanger des idées en combinant chacun notre savoir-faire.

Parlez nous du titre Can't live it up...
Can’t live it up c’est d’abord une histoire drôle ou du moins la façon dont la chanson m’est venue. J’avais posé les premiers accords et la batterie et j’avais besoin de paroles et d’une mélodie. À ce moment-là, je venais de rentrer de France et en regardant dans mes photos j’ai vu mes chats. Je suis une grande fan de chat, un peu une crazy cat lady. C’est là que ça m’est venu ! J’adore les chats mais en étant objective, un chat s’en fiche, un chat t’ignore, c’est un peu un amour à sens unique, d’où les paroles « I believe you oughta know what you did to hurt me so » qui se traduit « je crois que tu ne sais pas ce que tu as pu faire pour me faire du mal ainsi ». Je suis également très allergique aux chats « Put your arms around me I’m gonna cry » qui se traduit par « serres-moi dans tes bras, je vais pleurer ». J’ai basé tout le reste des paroles sur ces deux phrases, en essayant d’élargir le sens et non plus parler de mes chats, parce que cela n’intéresse personne, mais plutôt d’une relation amoureuse à sens unique, une personne qui en aime terriblement une autre qui ne la calcule même pas.

Un clip est-il prévu et comment l'imaginez-vous ?
Je voulais effectivement tourner un clip vidéo pour Can’t live it up et March On, mais à cause des évènements récent je n’ai pas pu. J’ai d’autres chansons que je prévois de sortir dans quelques semaines qui seraient bonnes candidates pour des vidéos.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Je voudrais d’abord vous remercier pour m’avoir accordé cette interview, et passer un message à tous ces artistes qui hésitent à se lancer, ce n’est pas facile et c’est beaucoup de travail, mais ça en vaut la peine. Vous apprendrez beaucoup en faisant !

Merci à Nalie d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez la également sur Facebook.

interview Musique

Pheno Ambro : le succès de Mon BB Pheno Ambro : le succès de Mon BB
Le clip Mon BB de Pheno Ambro fait un vrai carton puisqu’il a récemment dépass&e...
  Le jeu de culture générale DuelQuiz est de retour !
MAG Interactive est heureux d’annoncer la sortie de NOUVEAU DuelQuiz !, la suite du jeu de cul...
Le jeu de culture générale DuelQuiz est de retour !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire