Publicité

My Concubine présente l'album Comme elles s'en vont

Maxime Lopes Par Le vendredi, 23 septembre 2022 à 08:51 0

Dans Culturel

Comme elles s'en vont est le premier album où Eric Falce, alias My concubine, se retrouve seul au chant. Un album où il nous parle d'amour de manière moins détournée.

My concubine - Comme elles s'en vont

Une déclinaison cynique de cet état qui nous traverse vu sous différents angles : quand ça fonctionne, quand ça fonctionne moins, quand ça ne fonctionne pas du tout. L'amour en fuite, entre deux êtres, l'amour de soi, rêvé, l'amour de la vie, du monde, l'amour dans la vie et l'amour des autres sont les thèmes que l’on rencontre dans ce disque. Brigitte Fontaine est, aussi, passée faire un petit quelque chose sur cet album, sur le titre « L'eschatologie » ….

Interview

D'où vient votre passion pour la musique ?
De mon entourage familial. Mes parents, mes tantes, mes oncles chantaient et jouaient tous d’un instrument. C'est quelque chose de courant quand on est du sud de l’Italie...

Pouvez-vous nous présenter votre album Comme elles s'en vont et son univers ?
« Comme elles s'en vont » est un album qui parle d’amour. Rien de très original. Ce n’est pas à priori ma thématique de prédilection, bien que j’ai abordé le sujet parfois dans les albums précédents avec ironie. Mais avec ces nouveaux titres, ce qui m’a amusé, c’est d’aborder le sujet sous différents angles : quand ça fonctionne quand ça fonctionne moins bien, quand ça ne fonctionne pas du tout. L’album parle de l'amour au-delà d’un simple rapport entre deux êtres.
L’amour de soi, des autres, du monde. L’album débute avec le titre éponyme "Comme elles s’en vont", une chanson qui traite de l’impermanence des choses, des bonnes et des mauvaises. Cette chanson donne le ton : aimer l’existence quoi qu'il arrive. Bon ! Je ne dis pas que c'est facile mais c'est amusant d'essayer...

Qu'est-ce qui vous intéresse de parler d'amour dans vos compositions ?
Comme je l’ai dit les chansons d'amour pures et dures ce n’est pas mon truc. D'autres font ça très bien. Mais pour cet album j'ai essayé de parler d'amour sans retenue même s'il y a sur l'album une chanson qui parle de l’amour sans jamais prononcer son nom.
L'amour ça intimide car il faut se livrer, faire don de soi, abandonner l'ego... C'est intéressant dans l’écriture, un exercice de style, parler d'amour en ouvrant son cœur mais sans trop se répandre...

C'est la première fois que vous êtes seul au chant sur cet album. Comment l'avez-vous ressenti ?
Comme une suite logique. Quand j’ai commencé à écrire des chansons je ne voulais pas les chanter. J’ai écrit au départ des titres qui devaient être interprétés par des femmes. Et puis peu à peu j’ai chanté également, parfois seul, parfois en duo sur quelques albums. Faire un album seul au chant était dans la suite logique des choses.

Quels ont été vos choix sur le plan instrumental ?
Depuis longtemps je voulais travailler avec une section cuivre. C’est chose faite et merci à Yoan Le Dantec qui a supervisé les arrangements pour trompette cor et trombone. Pour le reste c’est toujours la même équipe, Loic Maurin à la batterie, Mathieu Denis à la basse et Yann Arnaud pour les prises les mixes et les arrangements que nous réalisons ensemble. C’est le 3ème album avec la même équipe et l'alchimie fonctionne très bien. C’est rare et donc précieux. Je voulais que l’ensemble sonne de manière très organique, vintage et qu’il y ait un ton général assez filmique qui puisse être parlant indépendamment des textes.

Parlez-nous du titre Hibernation sentimentale...
C’est un titre qui vous conseille d’aller vous coucher, de mettre les affects entre parenthèses quand les choses vont moins bien, tout en appréciant le gel des sentiments. Comme on apprécie un beau paysage sous la glace. On accepte mieux dès lors qu'on sait qu'il y a des saisons.

Comment se sont passés les enregistrements en studio de l'album ?
Dans une ambiance idéale. Nous avons enregistré les rythmiques au studio La Frette. Nous sommes restés plusieurs jours sur place et la créativité était au rendez-vous. Nous avons l’habitude de travailler ensemble et nous échangeons librement nos idées. C’est très constructif.

Comment s'est passé votre duo avec Brigitte Fontaine sur le titre L'eschatologie ?
Très simplement. Je lui ai demandé de dire "merde" Ça l’à amusée. Un mot comme une bénédiction. Nous avions déjà fait une collaboration pour le clip "Ah que la vie est belle " où je lui avais demandé de faire la princesse endormie. Là je lui ai demandé de dire "merde". Des interventions de tout repos.
Pour cette chanson j’avais contacté Areski Belkacem afin qu'il la soumette à Brigitte si la dite chanson lui plaisait. Ce qu'il a fait et je le remercie lui et Brigitte pour ce mot de Cambronne qui donne à cette chanson de fin du monde tout son relief.

Avez-vous une anecdote à nous raconter sur l'album ?
Je dirais que dans un monde qui part en vrille, l’anecdote c’est plutôt ce nouvel album...

Aurez-vous l'occasion de rencontrer le public sur scène et qu'appréciez-vous dans les concerts ?
J’espère pouvoir le rencontrer... Mais jusqu'à présent aucun tourneur ne s’est donné la peine de me le présenter.
Disons que je croise le public à de rares occasions car il est difficile de trouver des dates où l’on joue dans de bonnes conditions. Mais on ne désespère pas...
Nous jouerons le 4 octobre à La Dame de Canton.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
L’indépendance c'est pas mal, ça vous laisse libre de vos choix vous pouvez décider de tout, des mixes, des pochettes, des titres, des clips... Cette liberté bien sûr n’a pas de prix mais elle a un coût si l’on veut avoir une petite visibilité.
Sinon on reste dans l'ombre. En anglais on appelle ça l’underground. Ça sonne bien et ça a fait rêver l’adolescent que j'étais et qui pensait naïvement que moins on était connu plus on avait de talent. Ça sonne moins bien en français, "souterrain", c'est un peu étouffant et ça manque de lumières.
Mais nul ne nous a contraint à faire ce que nous faisons et nous sommes heureux de le faire.
Merci à vous de mettre en lumière notre projet.

Merci à My Concubine d'avoir répondu à notre interview !

Hibernation sentimentale

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam