Publicité

Moonwise dévoile l'album Common Ground

Maxime Lopes Par Le vendredi, 08 octobre 2021 à 08:46 0

Dans Culturel

Le groupe de Rennes Moonwise dévoile l'album Common Ground (Turn ! Turn ! Turn !).

Moonwise - Common Ground

Moonwise est un quintet rennais porté par une rythmique basse-batterie au groove obsédant, une guitare incandescente, des claviers vintages et un chant hypnotique. Depuis sa formation en 2018, le groupe aiguise sa pulsation et cisèle ses arrangements, mêlant savamment groove, pop et jazz au service d’une partition sensuelle d'où émerge une émotion éruptive. La recherche acharnée d’une soul moderne entraîne leur projet vers un continent singulier et envoûtant, porté par un songwriting raffiné entre poésie urbaine, amours évanouies et méditations engagées.

Comment s'est formé le groupe Moonwise et pourquoi avoir choisi ce nom ?
Sur Internet ! William (chant) et Maxime (basse), on s'est rencontrés sur un site de rencontres pour musiciens. Il y avait aussi un autre guitariste et un autre batteur. Ensuite, de nouveau sur internet on a rencontré Sam (guitare), et il nous a présenté Guillaume (batterie). Et enfin, Axelle (claviers) nous a rejoints juste avant l'enregistrement de l'album. On a choisi ce nom, premièrement car on le trouvait joli. Il fait référence à une vieille expression anglaise qui veut dire aller dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Aussi, chacun à notre manière, on est tous un peu dans la lune donc ça nous correspond pas mal !

Pouvez-vous nous présenter votre album Common Ground et son univers ?
Common Ground est un album de 9 titres qui nous correspondent bien : un mélange entre du jazz, de la pop, du groove et des musiques afro. On a décidé de faire un gros travail sur les arrangements en invitant d'autres musiciens sur l'enregistrement : percussions, trompette, trombone, saxophone, violon, alto, violoncelle, chœurs... Ça donne un mélange parfois inattendu, entre des voix pop et des arrangements groove/jazz, que l'on est très fiers de présenter !

Quelles sont vos sources d'inspirations ?
On écoute tous plein de choses différentes, mais on se retrouve aussi sur beaucoup de points. Notre musique naît d'influences communes, puisant dans l'afro-jazz londonien, le funk US, et la pop-folk de la fin des années 60. On ressent des heures d'écoute du trip-hop acoustique à la Portishead, de l'afrobeat à la Kokoroko, des débuts de Jamiroquai.

Quelle importance accordez-vous aux textes de vos compositions ?
On y accorde beaucoup d'importance ! C'est William (chant) qui s'en charge. Il navigue entre poésie urbaine, amours évanouies, et méditations engagées, invitant à se questionner sur les dérives du monde contemporain. Des thèmes comme les migrations ou l'écologie sont abordés. Entre autres !

Quels sont vos choix sur la partie instrumentale ?
La composition musicale est toujours pensée à cinq. L'un des membres apporte une idée de départ, puis on fait tourner pendant... très longtemps ! Ça permet de commencer à penser des structures, etc. Instinctivement, chacun ramène sa patte : qu'elle soit jazz, groove ou pop.

Comment se sont passés les enregistrements en studio ?
On a décidé d'enregistrer avec Sébastien Lorho, chez Near Deaf Experience à Morlaix. Là-bas on a enregistré batterie-basse-guitare, et quelques voix. Le reste, on l'a fait chez nous. C'est Sam (guitare) qui s'est principalement penché sur l'enregistrement de tous ces arrangements. Et ensuite c'est Sébastien qui a fait le mix et le mastering.

Quels ont été vos choix pour le clip de Shadows ?
Avec un titre comme Shadows, partir sur le noir et blanc semblait une évidence ! Le morceau porte sur l'écologie, sur ce que l'humain est en train de faire de la planète. On a donc voulu montrer cela par des images d'errance, de vitesse, de folie humaine.

Des concerts sont-ils prévus ?
On y travaille, on y travaille ! Pour le moment, on en a deux de prévus : à la baleine déshydratée de Quimper le 13/11 et au Gringo de Lannion le 26/11.

Qu'appréciez-vous dans la scène et avez-vous un souvenir à nous donner ?
On est tous d'accord là-dessus : c'est notre première motivation ! C'est le but ultime, de présenter notre musique directement à des gens. Notre meilleur souvenir de concert était au Coota, un super café-concert basé à Erdeven. Un accueil au top et un public vraiment à l'écoute.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci beaucoup pour l'interview, d'abord ! On veut aussi dire à toutes les personnes qui nous lisent qu'on les invite à écouter notre album et à venir nous rencontrer en concert. C'est des moments partagés qu'on adore. Et vive le groove !

Merci à Moonwise d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité sur Facebook.

MOONWISE - Shadows

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam