Publicité

Mina Sang dévoile l'album Dans la nuit

Avec Mina Sang, on parle de chanson pop. Dans la nuit est un album de onze titres qui ose s'aventurer du plus dansant au plus lyrique, des poèmes de Brecht, à ceux de Baudelaire et Edgar Allan Poe.

Mina Sang

Cet album a été précédé de trois singles, tous accompagnés d’un clip. Il a été mixé par Martin Lascelles, un anglais installé dans le Périgord qui a bien voyagé. Il a travaillé dans la danse, le R’n’B mais aussi dans la country et avec des gens différents comme Carl Cox, Lisa Stransfield, Kym Mazelle…

Pouvez-vous nous présenter votre premier album : Dans la nuit ?
Dans la nuit est un album de onze titres électro pop. Onze chansons que j'ai voulues énergiques et dansantes pour la plupart, légères et profondes à la fois. Avec cet album, j'ai essayé d'ouvrir lesportes de l'invisible, quitte à faire danser les esprits !
Dans la nuit a été mixé et masterisé par Martin Lascelles (Force Mds, Carl Cox) qui, depuis son studio en Dordogne, a bien compris l'énergie de ma musique. Il y a d'ailleurs dans l'album deux nouvelles versions de Sabotage et Mystère magnifique, les deux premiers singles que j'avais sortis en 2020.

En quoi la nuit vous inspire-t-elle et comment avez-vous composé cet album ?
« Tout ce qui est caché, la nuit nous l'a révélé ».
La nuit est pour moi une métaphore de l'invisible – ce qui est là mais qui ne se voit pas nécessairement avec les yeux, ce qui ne se dit pas mais qui peut tout de même être compris, le passé ou le futur, le pouvoir ou l'amour, les peurs, les aspirations et les désirs. Mes chansons posent la question de l'intuition, de la métamorphose et, finalement, du dévoilement - quand tout s'éclaire, quand toutes les petites étoiles de la vie nous livrent des secrets sans âge, nous amènent de bonnes rencontres ou nous révèlent des chemins plus faciles et joyeux. La nuit contient le monde, elle est le lieu depuis lequel il est parfois possible de pénétrer le cours des choses, comprendre et (se) transformer. La nuit concentre aussi toute mon enfance, mes peurs, mes blessures, et ma force. Si la nuit m'a fait peur autrefois, elle est aujourd'hui mon alliée.
Enfin, j'ai composé cet album comme ça, instinctivement, avec confiance, en traversant cette « nuit » et en emportant au passage ce qu'elle avait à m'offrir et que l'on peut retrouver dans mes chansons.

Quelle place occupe les poèmes de Brecht, de Baudelaire et Edgar Allan Poe dans votre univers ?
Les quelques poèmes d'auteurs que l'on peut retrouver dans certaines chansons ont comme point commun d'éclairer le présent. Le recul qu'ils ont sur notre époque est précisément ce qui nous aide à la comprendre. Leur éloignement dans le temps ne nous rend que plus précieuses les vérités qu'ils contiennent sur les relations et le destin des hommes. Et puis je dois avouer que c'est assez réjouissant faire de la pop sur de la poésie.

Quels ont été vos choix sur la partie instrumentale ?
C'est essentiellement de l'électro. Je compose au piano-voix les mélodies et les harmonies, et j'arrange ensuite au clavier maître sur mon ordinateur. Mais la voix reste toujours l'élément majeur. Tout est enregistré chez moi.

Sur quoi avez-vous attaché le plus d'importance pour ce premier opus ?
À faire exactement ce que je voulais, avec les moyens que j'avais certes, mais j'ai voulu être au plus proche de mon désir, de mon inspiration et de ce que j'ai à dire. Et n'avoir aucun regret pour ce premier album.

Parlez nous du titre J'voudrais qu'on me lâche et son clip...
C'est un titre musicalement assez clair pour un message assez clair lui aussi. Sur un tempo joyeux, la chanson aide peut-être à alléger ce moment parfois extrêmement délicat où l'on voudrait que tout s'arrête, partir loin, ou même en finir. C'est aussi un mélange de plein de choses, du trop plein domestique comme de la question du tout-information - où la com' est devenu le moyen principal pour raconter la vie, arranger ou falsifier les récits, ou « gentiment » influencer les conduites -, mais aussi la mise en place d'un contrôle technologique de plus en plus serré, pour le « bien de tous » sans que ne soit jamais vraiment posée la question de savoir comment nous voulons vivre, mais seulement celle de comment continuer... Et puis, si les animaux parlaient, peut-être diraient-ils aussi « J'voudrais qu'on me lâche ! » ?

Que souhaitez-vous apporter au public avec l'album Dans la nuit ?
Mes 11 chansons ont vocation à l'éclairer, cette nuit, avec quelques étoiles de mon cœur, que j’ai tenté de vous et lui donner. Et, j'espère, à donner un peu de force pour réaliser ses rêves. Mais loin de moi le « grandiose » : vivre nos rêves, fussent-ils simples et ordinaires.

Quels ont été vos choix pour la pochette du disque ?
J'ai choisi une photo bizarre, d'un instant saisi par hasard, où on ne me reconnaît pas vraiment, et où le rose est extrême, comme la nuit parfois. Ou bien, c'est la photo qui m'a choisie sans que je ne sache vraiment pourquoi !

Merci à Mina Sang d'voir répondu à notre interview !
Retrouvez la également sur Facebook.

MINA SANG - J'voudrais qu'on me lâche (CLIP OFFICIEL)

Musique interview

Ray Lema et Laurent de Wilde : l'album Wheels Ray Lema et Laurent de Wilde : l'album Wheels
Après 4 ans passés sur les routes à jouer l’un avec l’autre, Ray Le...
  Une nouvelle formule pour le magazine Geo
"Nouveau" est exceptionnellement imprimé en rouge sur le traditionnel fond vert de ...

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire