Publicité

Max M : le single Imaginary problems

Max M dévoile ses problèmes imaginaires dans le single Imaginary problems.

Max M - Imaginary problems

Entre deux mondes

Avec un poste à haute responsabilité dans une multinationale américaine (Citrix), Max M est l’un des plus grands experts et l’un des rares Français reconnus dans son domaine informatique (les technologies de virtualisation de l’environnement de travail).

Mais son amour de la musique le rattrape. Parallèlement à sa brillante carrière, il se lance, à quarante ans, dans la composition et la production de musique électronique.

Et les résultats sont rapidement au rendez-vous. Ses titres Never Wanna Leave et Under Water se classent respectivement premier et cinquième du site de DJ américains Digital DJ Pool.
Succès aussi en Amérique latine au Brésil, au Chili et en Argentine notamment. En Europe, le Danemark, l’Allemagne et la Grande-Bretagne sont conquis. 

Avec son nouveau single Imaginary problems, premier morceau pop dance, Max M ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. C’est simple. Ses titres plaisent dès la première écoute. A un panel d’auditeurs très large. La majorité d’entre eux estime que ses morceaux sont des Hits en devenir. Tous choisissent de les streamer après les avoir découverts.

Les clés du succès

Max M est doué et bosseur. Il ne laisse rien au hasard et se donne les moyens. Cours de piano, de composition et de production avec un professeur devenu son arrangeur. Des semaines aussi à potasser grâce à une Master class américaine en ligne. 

Max M a la chance de maîtriser parfaitement l’anglais, habitué à donner de grandes conférences sur son expertise informatique. 

Cette maîtrise technologique l’aide à appréhender très vite les fonctions des logiciels et matériels liés à la production musicale. Il vient d’acquérir encore un nouveau synthétiseur.

Et passe toutes ses heures libres et une partie de ses nuits dans son studio pro, aménagé dans sa maison d’un petit village du Nord de la France, dans la région de Valenciennes. Passionné, comme dans son premier métier, il s’implique et se documente énormément.

Deux passions

Adolescent, Max M mixe et compose dès l’âge de quatorze ans. Le bac S, mention Bien en poche, il fait sa prépa HEC et le week-end organise des soirées où il trimballe son ordinateur. Ce tout jeune DJ développe un mini-séquenceur  et des logiciels d’effets lumineux. Il fabrique ses propres enceintes. Et c’est papa qui transporte le matériel dans son monospace.

Issu d’un milieu scientifique, père ingénieur, mère médecin, Max M est vite rattrapé par les études. Plus le temps pour la musique.

Diplômé d’un Master d’Informatique, il trouve rapidement un emploi dans une société qui vient de se créer, il lance sa propre Business Unit, gère de gros projets, invente des logiciels à ses heures perdues, obtient un/des brevets aux Etats-Unis, et déplore la frilosité des investisseurs français vis-à-vis des jeunes entreprises avant de voir finalement sa start-up rachetée en 2016 (Norskale).

Sa signature : des morceaux à la complexité cachée

S’il gravite autour de la pop électronique, Max M a des goûts très éclectiques. Ce passionné de musique apprécie tous les genres, tous les styles. Jazz, rap américain, il assiste même à des concerts de métal symphonique. Ses principales influences vont de Jean-Michel Jarre à David Guetta, en passant par Max Martin, Calvin Harris et Zedd.

Ce qu’il apprécie, les harmonies très complexes.

C’est d’ailleurs cette complexité que Max M met dans ses compositions mais elle doit, selon lui, être « cachée ». L’important est de ne pas la percevoir au premier abord. « La musique, dit-il, c’est comme un jeu de questions/réponses, avec des éléments qui se répondent et se parlent ». Max M a horreur du répétitif, il aime le jeu des variations subtiles.

Ses sept premiers morceaux ont tous des sonorités différentes et une marque de fabrique, « une complexité cachée ».  Et tous vous resteront dans la tête !

En écoutant par exemple Under Water dans sa nouvelle version, on ne peut s’empêcher de penser à Rihanna, Beyoncé,  Halsey ou Sia… Fraîcheur, dynamisme, chanson accrocheuse, rythmes puissants, mélodie très entraînante avec une attention portée aux détails comme la superposition des parties vocales  et des vibrations uniques.

Aujourd’hui, l’une des plus belles récompenses de Max M : l’avis de son père !  Pas fan du tout  de musique électronique,  celui-ci reconnaît en écoutant les titres de son fils « c’est pas mal ! ».

Imaginary Problems (Official Music Video)

Musique

LIM : l'EP Bouteille d'Absinthe LIM : l'EP Bouteille d'Absinthe
LIM ouvre sa Bouteille d'Absinthe dans son EP.
  BlackDoe : le single Mangue ft. oceanfromtheblue
Toujours à la recherche de l’originalité et de nouvelles idées, le beatma...
BlackDoe : le single Mangue ft. oceanfromtheblue

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Anonymous
  • 1. Anonymous | jeudi, 19 novembre 2020
C'est vraiment de la daube ! Enfin si ça fait plaisir à son papa, c'est le principal

Ajouter un commentaire