Publicité

Marek présente la BD Hercule Poirot - Poirot joue le jeu

Maxime Lopes Par Le lundi, 22 août 2022 à 13:47 0

Dans Culturel

Marek présente sa bande dessinée Hercule Poirot - Poirot joue le jeu. Situé dans une des propriétés de la Reine du crime, une enquête policière qui prouve une fois de plus que Poirot ne plaisante pas avec le crime !

Marek - Hercule Poirot joue le jeu

D'où vient votre passion pour la BD ?
Comme beaucoup cette passion vient de l'enfance. Il y a toujours eu beaucoup de livres, et des BD dans la maison familiale. J'ai toujours cultivé ce goût des livres en général. Mais le choc réel s'est fait à neuf ans, à la lecture de "Chlorophylle à la rescousse" de Raymond Macherot. A partir de ce moment là, j'ai mis de l'argent de côté pour tenter d'acheter tous les albums de cette série. J'avais été aussi fortement impressionné par les rares BD ou illustrations de Yves Challand, publiées dans Astrapi.
C'est ensuite à 12 ans que l'envie de dessiner des histoires en BD m'est venue.

Pouvez-vous nous présenter votre bande dessinée Hercule Poirot - Poirot joue le jeu ?
C'est un album de la collection Christie, en 62 pages couleurs, dans le style qui est le mien, sorte de ligne claire revisitée. Style, qui évidemment convient parfaitement à ces histoires policières anglaises, on pense à Blake et Mortimer, ou bien aux albums de Floc'h.
Écrit en 1954 par Agatha Christie, ce roman ne fait pas partie des toutes premières histoires d'Hercule Poirot. A mon avis ses plus grand romans ont presque tous été écrit avant la guerre. Il reste que ce roman fait partie de mes préférés.

Qu'est-ce qui vous a intéressé de réaliser une histoire sur Hercule Poirot, le célèbre détective ?
Peut-être parce que cette histoire se déroule dans un lieu que Agatha Christie connaissait bien, puisqu'il s'agit de Greenway House, dans le Devon, propriété où Agatha Christie passait la plupart de ses vacances (aujourd'hui un musée). On sent un plaisir et un attachement à décrire ce lieu magique. Ce roman m'a toujours parut plus incarné que les autres. Il s'en dégage une atmosphère bien particulière, celle d'une fin d'été très belle. On sent poindre la nostalgie de l'automne qui va venir. Ensuite parce que le crime survient au beau milieu d'une fête foraine, et ce décalage entre joie d'un côté et horreur de l'autre est très intéressant. Enfin parce qu'Agatha Christie fait de nombreuses allusions à l'ambiance générale de l'époque, qui coïncide avec le début de la guerre froide. Les personnages de Sir Georges Stubbs et de Hattie Stubbs sont aussi très singuliers.
Quant à Hercule Poirot, personnage tout en rondeur, à la fois étonnamment intelligent et ridicule, toujours élégant et impeccable, c'est un plaisir de dessin.

N'est-ce pas (trop) compliqué de réaliser un livre sur Hercule Poirot, tout en respectant les codes, alors que l'on en compte déjà plusieurs ?
Quand on décide d'adapter un récit d'Agatha Christie, un roman d'Hercule Poirot en particulier, à mon avis, il faut accepter d'adopter une certaine ligne de conduite, certains codes. C'est faire partie d'une sorte de famille, Je pense que c'est un écueil de vouloir faire quelque chose d'absolument original. C'est la même chose, par exemple, pour le comics ou le manga, il y a des codes à intégrer. Et ensuite à l'intérieur de ces codes, il faut trouver sa propre originalité, son propre point de vue.

Comment travaillez-vous vos dessins ?
Je travaille à l'ancienne, au crayon, à la plume et au pinceau. Je suis particulièrement attaché à cette technique, c'est un plaisir physique, par exemple celui de la plume qui glisse ou gratte le papier.

Rencontrerez-vous vos lecteurs pour des séances de dédicaces ?
Oui, pour l'heure, je serai à Nancy, le 9 et 10 septembre prochain pour un salon du livre. Il y aura de façon sûre, une après-midi de dédicace à la librairie "Page et plume" de Limoges, et aux "Oiseaux livres" à Saint-Yrieix-la-Perche, pour ces deux événements, une date n'est pas encore fixée. Ensuite, je serai à côté de Genève, à Anières le samedi 19 novembre.

Vous avez déjà repris un roman d'Agatha Christie par le passé (Rendez-vous avec la mort). Est-ce pour vous la plus grande romancière dans l'intrigue policière ?
Je lis régulièrement des romans policiers. C'est une détente. Je commence à bien connaître l’œuvre d'Agatha Christie et, c'est pour moi, une grande autrice. Ce qui me plaît particulièrement c'est qu'elle fait, peut-être de façon inconsciente, un portrait très acerbe de la société bourgeoise de son époque. On trouve presque toujours des médecins, des avocats, des officiers, des lords... et tout ce beau monde est cupide, intéressé, menteur. Tous les personnages ont des choses à cacher, des histoires peu recommandables.

Est-ce qu'il y a un personnage connu dont vous aimeriez reprendre une enquête dans une bande dessinée ?
Pas particulièrement pour l'heure. Je souhaite, pour les mois qui viennent me consacrer à un projet personnel qui me tient à cœur.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Que les lecteurs peuvent jeter un œil sur ce blog que je tiens de façon assez aléatoires, parce que je ne suis pas un grand fan des réseaux sociaux, mais qu'il faut bien exister sur internet tout de même.

Merci à Marek d'avoir répondu à notre interview !

A propos du dessinateur Marek

C’est par le biais d'associations sportives, que Marek se lance dans l'illustration, puis la bande dessinée. Rapidement il collabore à quelques journaux dont Ouest France, Normandie Junior, Meuriad... avant de rejoindre EP Média pour Match Décisif.
Il réalise l'adaptation de rendez-vous avec la mort, sur un scénario de Didier Quella-Guyot, un des plus célèbres roman d'Agatha Christie.

interview Livres

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam