Publicité

Marcellus Rex sort l'album II

Maxime Lopes Par Le mardi, 16 novembre 2021 à 09:59 0

Dans Culturel

Marcellus Rex, un groupe de Rock Stoner de Bordeaux, dévoile son premier album II.

Marcellus Rex

Marcellus Rex, est un groupe Bordelais dont l’ADN est un mélange vorace de rock-stoner sablonneux et d’arrangements mélodiques sinueux. Une formule musicale digne de ses nombreuses influences, oscillant entre les saturations Californiennes des Queens Of The Stone Age, Foo Fighters ou encore Masters Of Reality, le crossover aventureux de Faith No More,  les sombres saillies mélodiques grunge des Stone Temple Pilots, et la mystique du hard-rock minéral des mastodontes Led Zeppelin et Black Sabbath.

Les pieds et la tête des deux côtés de l’Atlantique, Marcellus Rex produit une musique à guitares pleine de poussière, de mélancolie, dont les squelettes jaillissent parfois des recoins sombres des compositions, loin de toute étiquette ou de format « radio » attendu. Tout ceci est majoritairement illustré par les collages et les vidéo-clips de Manu Mazaux (basse), et parfois par Laurent Bechad (batterie), le groupe développant son et image en toute indépendance artistique.

Après un premier EP bien reçu par la critique nationale et internationale, le gang du Crétacé (composé de musiciens expérimentés de la scène rock Hexagonale, issus de groupes tels que Zombie-Eaters, Rufus Bellefleur, Abel Ferrara Band, ou encore My Dear Silence) a profité de la soudaine et longue ère glaciaire provoquée par la covid-19 pour prendre son temps, et concocter un premier album aux ambitions décuplées.

Le songwriting brûle dans sa forge le triptyque sacré guitare saturée/basse/batterie sur « Hellfire » ou « Silver Bobcats Inc. », explorant une très grande palette de sonorités, de l’ajout de chants Indiens sur « Angst Blues »  de claviers analogiques menaçants sur « Lifeline », accalmies acoustiques, drum machines vintage (sur le blues chaotique de « Bulletproof »), jusqu’à la présence de la chanteuse Béra (du goupe de J-pop élctro  Fanel) et de la saxophoniste Léa Cuny-Bret, le temps d’un mix post-rock n’roll explosif  sur le titre « Witchcraft 101 »

Une météorite de 9 titres, gorgée de décibels, qui s’écrasera sur terre en Novembre 2021.

Get Ready !!!

Interview

Dîtes nous en plus sur votre LP II et son univers...
Comme le disait lolo notre batteur, c’est le fruit de plus de 2 ans de travail… On est passé d’un maxi à un album à cause de la Covid qui a tout bloqué… On a eu du temps en plus, donc on a écrit des morceaux, on se voyait régulièrement dés que c’était possible en fonction des conditions sanitaires, sinon on s’envoyait les pistes et on discutait structure etc… Cet album est pour moi très abouti avec un coté rock’n’roll très énergique mais aussi des morceaux plus calmes, avec des frissons, des douceurs et certaines expérimentations très intéressantes.

Quelle place avez-vous laissé aux claviers analogiques dans votre traditionnel combo guitare/basse/batterie ?
Justement ce sont lors des expérimentations que ces claviers ont pu trouver leur place naturellement. Une fois Le Basse Batterie Guitare posé, on a cherché, fignolé, testé… L’enregistrement studio te permet de faire des choses, de rajouter des couches si besoin pour accentuer, assombrir ou éclairer un passage…On était comme dans un « laboratoire musical »… On commence à les intégrer au Live (Lolo notre batteur en joue a certains moments et nous testons aussi quelques samples en direct…).

Sur Witchcraft 101 on retrouve la saxophoniste Léa Cuny-Bret. C'est plutôt inattendu dans un univers rock... non ?
C’est là toute la force de cette rencontre… C’est Lolo qui en a eu l’idée car il connaissait Lea sur Toulouse et a eu envie de l’inviter pour une nouvelle expérimentation… Lea est
Saxophoniste alto depuis plus de quinze ans, et active dans plusieurs formations métal, et théâtrale. Elle effectue aussi des recherches universitaires. Elle s'intéresse particulièrement aux outils et aux mécanismes de l’évolution de notre paysage musical. Cette problématique est abordée en partie dans son premier ouvrage publié, un travail universitaire sur l'utilisation du saxophone dans la musique métal à travers l’œuvre du groupe norvégien Shining. Et le résultat est bluffant…à la première écoute tu te dis « Quoi ? du saxo ? » mais c’est hyper puissant et colle parfaitement au morceau !!!

Qu'est ce qui vous a intéressé dans la voix de Bera pour l'inviter sur ce titre et comment se sont passés vos échanges ?
Encore une fois la Toulouse connexion… Bera jouait dans Rufus Bellefleur avec Julien Cassarino de Psykup et… Lolo qui était le batteur. On reste dans le même cadre que pour Lea, à savoir des expérimentations… Lolo connaissait le potentiel de Bera et lui a demandé si elle voulait poser une sorte de Solo Girly Vocal, elle a accepté tout de suite… Elle vivait à Londres donc on communiquait par mail et en très peu de temps c’était dans la boite !!!

On retrouve une cover de film pour l'un des titre du LP. Qu'est ce qui vous a plu à le faire ?
Je me suis refait tous les David Lynch pendant la Covid et en regardant son premier film « Eraserhead » il y a ce passage avec une dame qui vit derrière un radiateur… et qui chante ce morceau… J’ai accroché tout de suite à la mélodie et je l’ai proposé au groupe comme projet expérimentale, et tout le monde a été d’accord. On ne peut pas vraiment parler de cover car notre version est beaucoup plus courte que l’originale… On peut le voir plus comme une citation, ou une respiration dans l’album…

Comment le Covid-19 a-t-il affecté la préparation de cet opus, d'ailleurs il semble avoir déjà fait main basse sur vos vinyles... ?
La Covid a ralenti les choses mais pour nous on peut dire que cela nous a laissé du temps pour étoffer notre album.
En ce qui concerne les vinyles, on devrait enfin les avoir bientôt… On les a commandés début juillet, mais entre les problèmes de matières premières, les gros Majors qui font represser tout leurs catalogue, et bien c’est dur pour les groupes indé comme nous d’être servi en premier… Alors on attend… On devrait les recevoir bientôt…

Une indiscrétion ou une anecdote à nous donner sur le LP II ?
Ce LP II n’aurait pas pu voir le jour sans la générosité des participants à notre campagne Ulule…En une semaine on avait atteint la somme fixée !!! On a eu des dons hallucinants, des gens qu’on ne connaissait pas ont participé aussi… Bref on sentait bien que les gens nous soutenaient mais aussi qu’ils avaient aussi envie de Culture car la Covid à bien ralenti ce côté-là aussi… Donc ne pas pouvoir envoyer les vinyles tout de suite aux participants nous a bien embêter quand même…

Pourquoi avoir mis une tête d'homme avec des cornes de buffle sur la pochette du disque ?
A la base la pochette devait être un collage numérique (qui aujourd’hui est à l’intérieur du disque…). La tête avec les cornes était un fichier test en vue d’un prochain tee-shirt… J’ai pris la tête de ZEUS et je lui ai mis des cornes de Bouc qui pour lui donner un côté Métal ou Stoner… J’ai trouvé ça drôle et je l’ai envoyé aux autres… et en fait ils ont adoré... On a donc opté pour en faire la pochette et mettre le collage à l’intérieur…

Parlez nous du titre de Lifeline clip et de son clip...
Sur ce morceau le texte de Christophe est très très sombre et le clip que j’ai réalisé ne colle pas vraiment au texte… Cela vient du fait que quand j’ai commencé à bosser sur l’animation, je voulais y mettre un côté South Park donc j’ai avancé sur le clip juste sur la musique au départ (des fois j’entame plusieurs projets en même temps car vu que c'est long à faire, dés que j’ai une idée je m’avance…). J’ai montré le clip aux autres et Christophe m’a dit qu’il aimait bien mais que cela ne collait pas à son texte… Mais au final cela enlève un peu de noirceur…donc on l’a gardé comme ça…

Quelle est l'ambiance en concert et des dates sont-elles programmées prochainement ?
L’ambiance est toujours bonne !!! Le principal en concert est de s’amuser… Si tu es trop sérieux tu te crispes… Donc on essaye de bien faire les choses mais à un moment donné, ça part et on se marre, et on prend plaisir à jouer, c’est comme ça que nous sommes les meilleurs…
On est en train de caler quelques dates pour 2022, la suite au prochain épisode…  

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Vous pouvez écouter l’ album sur Bandcamp ou Sounclound… Encore un très grand merci aux Ululeurs et on espère tous vous voir bientôt en concert !!!

Merci à Mercellus Rex d'avoir répondu à l'interview !

LIFELINE - MARCELLUS REX

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam