Publicité

Marc Hévéa dévoile son album Insolites solos

Maxime Lopes Par Le vendredi, 12 novembre 2021 à 08:34 0

Dans Culturel

Artiste au charisme solaire originaire de la région Occitanie, Marc Hévéa développe une énergie débordante au gré de ses chansons. Sur des textes ciselés, il tisse une large toile sonore métissée qui passe du groove généreux, au french reggae ou aux ballades intimistes. Le chanteur dévoile son album Insolites solos.

Marc Hévéa

Depuis quelques décennies, Marc Hévéa a joué sur les scènes marquantes telles Les Francofolies de La Rochelle, Le Printemps de Bourges, le Festival International Jazz à Montreux et des premières parties d’artistes tels que Charlélie Couture, Michel Jonasz, Jeff Beck, Didier Lockwood. Il s’est imposé en tant qu’arrangeur et a écrit, au fil des ans des musiques de spectacles et une cinquantaine d’albums pour d’autres artistes. Il a notamment écrit les arrangements et chanté dans le spectacle « Les Voix Liées chantent Nougaro a capella » devenu spectacle référence des chansons de l’auteur qu’il a rencontré et à qui il dédiera une de ses chansons « Nos liens de chant ».

Marc Hévéa a sorti le clip Le Métier d’Optimiste au printemps 2021, titre pop et léger que le public plébiscite au sortir de cette période morose et dont le succès – le clip flirte avec les 35 000 vues en quelques semaines – le décide à reprendre rapidement le chemin du studio pour travailler sur un nouvel Insolites solos prévu pour novembre 2021.

Pouvez-vous nous présenter votre album Insolites solos et son univers ?
C’est tout d’abord un album qui a été enregistré dans des conditions particulières, Le parti pris a été de rendre mon univers le plus personnel possible en enregistrant moi-même tous les instruments, toutes les parties rythmiques et bien sûr toutes les voix.
C’est pour ça qu’il s’appelle « Insolites solos » avec « insolite » et « solo » au pluriel bien sûr.
Cela m’a permis d’essayer d’aller encore plus loin selon moi dans l’intériorité et la complémentarité texte-musique.

Comment composez-vous et quelles sont vos sources d'inspirations ?
Par définition il est très difficile de le dire car parfois un bout de texte, un mot, une mélodie peut enclencher le début d’une idée, la suite est à la fois indéfinissable et évidente, puis il arrive le moment où je ne sais plus si je suis le fil d’une idée ou si c’est ce fil de cette idée qui me suit.
J’écris beaucoup sur les relations humaines, une source inépuisable notre positionnement les uns par rapport aux autres, nos faiblesses, nos travers, tout cela dans un esprit plutôt positif car au fond, selon moi bien sûr, nous vivons dans une époque plutôt douce.

Souhaitez-vous nous parler de la partie instrumentale ?
Mon instrument principal est le piano mais sur cet album, je joue aussi de la guitare, de l’accordéon et des percussions. J’ai trouvé cela intéressant de construire tous les éléments rythmiques avec ce que j’avais sur place.
Il n’y a donc aucune batterie ni percussion traditionnelle dans cet enregistrement sauf un shaker ou deux. Tous les éléments sont joués de façon acoustique à partir de ce que j’avais sous la main, en tapant sur une guitare ou en faisant des percussions avec la voix par exemple.

Comment se sont les enregistrements en studio ?
J’ai commencé par faire des maquettes de chaque titre juste avec le piano et la voix, quelques chansons guitare et voix, puis petit à petit sont venues les idées d’arrangement toujours en lien très étroit avec le propos du texte et j’ai avancé comme cela à petits pas jusqu’à la construction finale de la chanson, puis j’ai enregistré la voix définitive. Il a fallu ensuite effectuer le mixage et le mastering quand tous les titres ont été enregistrés.

Parlez-nous du titre Le Métier d’Optimiste et son clip...
J’ai donc écrit cette chanson sur cette constatation, je me rendais compte que je passais le plus clair de mon temps à remonter parfois le moral de personnes qui avaient beaucoup plus que moi.
Puis m’est venue cette idée, si l’optimisme était un métier, je pense que j’aurais mon diplôme !
Nous avons décidé de faire le clip et le retour du public a été tellement considérable, entre tous les réseaux sociaux, nous avons atteint presque les 100 000 retours, j’ai reçu des centaines de messages de personnes touchées par ce propos ensoleillé qui leur faisait du bien, on m’a même parlé d’un remboursement par la sécurité sociale.

En quoi est-ce important d'avoir une énergie et un charisme solaire dans votre musique et que souhaitez-vous proposer avec cet album ?
Je pense que l’optimisme, la vision positive est une façon de vivre, nous devons nous rendre compte que nous vivons dans une société assez sereine, bien sûr il y a des problèmes qu’il faut résoudre, des difficultés, des drames, mais on ne doit pas céder à cette malhonnêteté intellectuelle qui consiste à chercher des boucs émissaires pour trouver des solutions. Nous devons avoir confiance les uns dans les autres.
La confiance, c’est l’économie, l’emploi, le bonheur. Les gens plutôt positifs, on a tendance à les prendre pour des imbéciles heureux. Je pense qu’il ne faut pas attendre que les choses soient positives pour être heureux mais plutôt être heureux pour que les choses deviennent positives.

Quels ont été vos choix pour la pochette de l'album ?
Le choix d’une artiste plasticienne Lydie Béridot pour la pochette, quel meilleur moyen d’exprimer un art que de faire appel au talent d’une autre artiste qui s’exprime et le représente d’une autre façon, à sa façon.
J’espère que le public qui aura cet album sera touché par la relation étroite entre ces deux univers.

Quelles choses insolites fait-on quand on est artiste solo ?
On me dit autour de moi que je vois les choses ou que je parle des choses sur un registre un peu différent. Mes réponses à certaines questions surprennent parfois mon entourage car il ne s’attend pas à cet angle de vue. De là, vous pouvez imaginer tout ce qui en découle dans la vie, parfois je vais agir normalement selon moi mais cela va devenir insolite pour les autres...

Vous avez collaboré sur des albums de plusieurs artistes et pour l'univers sonore de plusieurs spectacles. Est-ce facile de s'imprégner de l'univers d'autres personnes et qu'appréciez-vous dans ces échanges ?
Oui, régulièrement je fais des arrangements d’albums pour d’autres artistes et surtout dans tous les styles de musique ou de chansons. Je tiens à garder toujours cette ouverture artistique qui me nourrit l’âme. Ces collaborations sont particulièrement enrichissantes car imprégner et colorer l’univers d’un autre artiste est une sorte de complicité silencieuse, qui s’exprime au-delà des mots, dans la vibration de l’idée musicale que l’on explore.

Vous avez participé à plusieurs festivals. Quels souvenirs en retenez-vous et quelle est l'ambiance sur scène ?
Oui, un de mes plus grand souvenirs a été l’ouverture des Francofolies de La Rochelle à mes débuts, du temps de Jean Louis Foulquier, qui est malheureusement parti, une personne que j’appréciais beaucoup et qui m’a fait confiance. Je me souviens d’applaudissements tellement sonores qu’ils avaient une répercussion presque physique sur moi.
Le Festival de Montreux bien sûr dans le Parc Vernex où en montant sur scène je croise Georges Benson.
La première partie de Michel Jonasz, artiste que j’admire tant, où je demande la participation du public sur une de mes chansons et le millier de personnes présent m’envoie alors un volume sonore de chant qui me donnait de tels frissons que je luttais pour ne pas me laisser submerger.
Ma rencontre avec Claude Nougaro au sortir de la scène du Théâtre Jean Vilar à Montpellier, un artiste majeur qui vient m’écouter chanter et me prend dans ses bras lors du dernier rappel...

Des concerts sont-ils prévus prochainement ?
Pour commencer il y a 4 spectacles prévus dans ma région (34)
12 novembre 2021 à Balaruc les bains
20 novembre 2021 à Palavas les flots
26 novembre 2021 à Pézénas
9 février 2022 à Béziers
Puis les autres dates de spectacles dans toute la France vont se préciser d’ici peu.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
« Rien de plus » comme le titre de la dernière chanson de l’album.
Je n’ai pas le contrôle de ce qui va se passer dans les prochaines semaines ou les prochains mois. J’espère que les gens continueront à être touchés par mes chansons et qu’ils viendront nombreux me voir sur scène, c’est ce qui me fera le plus plaisir.

Merci à Marc Hévéa d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez son actualité également sur Facebook.

Marc Hévéa - Le métier d'optimiste

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam