Publicité

Manu Lanvin présente son album Blues, Booze, Rockn'roll

Avec trois premiers albums dans lesquels il mettait surtout l’accent sur la chanson Rock, Manu Lanvin a finalement trouvé sa voie la plus naturelle, celle d’un Blues qui lui colle à la peau, un peu comme un costume qui aurait été taillé sur mesure pour lui.
L'occasion pour le chanteur de présenter Blues, Booze, Rockn'roll (sortie le 30 septembre 2016) dans cette interview.

Manu Lanvin

- Pouvez-vous nous présenter l'album Blues, Booze, Rockn'roll qui sort le 30 septembre 2016 ?
Comme le titre le laisse présager. C’est album de blues, de rock ’n’ roll un mené par une voix, la mienne un peu altéré par l’alcool et les substances mais surtout pas les mauvais coups de la vie.

- Pourquoi faire un mix de rock et blues sur celui-ci ?
Willie Dixon, disait "the blues are the roots and the other music are the fruits". Un album est un nouveau voyage, je pense que ce nouvel album est juste une continuité.

- Blues et Rock : ne serait ce pas 2 univers en contradiction ?
Absolument pas. Le Rock ’n’ roll vient directement du blues. Tous les plus grands guitar héro des années 70 comme Jimi Hendrix, Jimi Page, Eric Clapton, Jeff Beck, et même Angus Young étaient fortement inspirés par les chanteurs et guitariste du delta dans leurs compositions. Le rock ’n‘ roll a ce coté certes plus rageur, parfois revendicatif qui tient souvent aux textes ou l'attitude. L’état de notre société aujourd’hui m’a poussé à plus utiliser cette forme de langage.

- Mike Lattrell (orgues), Bako Mikaelian (harmonica) ; 3 titres co-écrits avec Neal Black, la présence d'Ezra Brass... En quoi était ce important d'être si bien entourré ?
Ce sont des amis avant toute chose. J’aime travailler en famille. Ce sont des artistes talentueux que j’ai rencontré sur ma route. J’ai aimé leur particularité à chacun et comme j’aime partager mon travail. ils sont également sur cet album.

- Qu'avez-vous voulu révéler de votre personnalité avec cet album ?
Je parle moins de moi  excepté dans I was born. Cet album est moins introspectif. A mon âge, il était peut-être grand temps que je m’intéresse aux autres.

- Parlez nous du titre Soul Revolution
Tout ce que la société moderne cherche à me vendre aujourd’hui m’ennuie profondément. La vie commence à devenir une expérience extraordinaire lorsque l'on apprend à se désaliéner des religions, du matériel et de la télévision.

- L'album est enregistré avec Nikko Bonnière entre Paris et Marrakech. Pourquoi ces 2 lieux ?
Nous voulions retourner là où nous avions enregistré Dawg Eat Dawg le dernier album de Calvin Russell que j’ai eu la chance de réaliser en 2009. Hormis certaines facilités que j’ai à travailler dans ce très jolie Riad perdu au milieu de la vieille médina de Marrakech. Il y a une salle vraiment magique pour les prises son de batterie que nous avions repéré avec Nicolas Bonnière lors des enregistrements pour Calvin. De plus, je ressentais le besoin de changer de volume de pièce pour enregistrer les nouvelles rythmiques de mon nouvel album. Tout s’est donc organiser dans ce sens. Finir l’album à La Chocolaterie, mon studio basé à Paris, était pour le coup très naturel. Nous connaissons très bien ce lieu, c’est chez nous, on s’y sent bien pour finir un album.

L'album Blues, Booze, Rockn'roll est disponible sur le site de La Fnac.

 

- Vous vous êtes récemment exprimé sur les voyages et le partage avec les gens. Qu'appréciez-vous dans les moments d'échanges avec vos fans ?
De plus en plus de gens viennent nous voir et nous confient que notre musique leur fait du bien. Ma mission sur scène c’est de créer une communion avec le public. Il est question à chaque fois que tous ensemble nous oublions nos problèmes quotidiens ne serait-ce que pendant deux ou trois heures de spectacle. Que tous ensemble nous puissions exorciser la mauvaise énergie environnante et vibrer vers une histoire plutôt positive qu’est la musique. Quand on réussi la mission, cela rend heureux.

 

- Vous avez fait de nombreuses scènes, dont des prestigieuses. Quelle nouveauté vous ferait plaisir lors de concerts ?
La scène c’est du surtout du spectacle. J’aimerais avoir plus de moyen pour agrandir la troupe, avoir à chaque des invités surprises, intégrer dans mon show certaines animations qui racontent l’histoire du blues. Un jour viendra.

Manu Lanvin sera en concert au New Morning le 6 octobre 2016.

 

- Une indiscrétion sur Blues, Booze, Rockn'roll ?
Un des titres de l’album R u there ? a été enregistré en une seule et unique prise dans le patio du Riad à Marrakech.

- Qu'avez-vous envie de dire pour terminer ?
Restons unis. L’amour de son prochain est la clé.

Merci à Manu Lanvin d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur sa page Facebook.

Manu Lanvin and the Devil Blues - Son(s) of the blues

A propos de Booze & Rock ‘N’ Roll

Depuis les premiers riffs très hypnotiques de « Six Blind White Horses » jusqu’aux relents Blues-Rock de l’épatant Under The Waves, on en passe par des Soul Revolution et des She’s Da Bomb baignés de piano et d’un mélange inspiré de Memphis et de Chicago, par le magique Delta Blues acoustique guitare/voix comme R U there ? par le superbement saturé hommage à J.J. Cale On The Radio, par un Papa’s Got A Reefer intelligemment imprégné des saveurs rapportées de New Orleans et par un lot nourri de titres posés quelque part à la frontière entre le Blues, le Rock et le Boogie comme l’optimiste et universel Raise Your Hands For Peace. Quant au très tubesque Blues, Booze & Rock ‘N’ Roll, il pourrait très vite devenir l’hymne de toute une famille Blues Rock qui accueille aujourd’hui Manu comme l’un de ses meilleurs représentants.

Enregistré et produit par Nikko Bonnière, entre Marrakech et Paris, mixé par le british Clive Martin à Paris et masterisé par Brian Lucey à Los Angeles, Blues, Booze & Rock ‘N’ Roll se veut à la fois un portrait sans fioriture d’un artiste à deux facettes, celle d’un Bluesman désabusé qui chante les coups bas de la vie, mais aussi et surtout celle d’un rocker optimiste qui prône la musique du diable pour un monde meilleur.

Cest finalement un recueil de douze pièces originales que nous dévoile Manu, des titres qui se teintent non pas du Blues mais bel et bien de tous les Blues, de celui du Texas à celui de Chicago en passant par ceux du Mississippi ou encore de la West Coast.

Musique interview

La version Nougat d'Android fêtée à Montélimar
C'est une grande première ! Google célèbrera pour la 1ère fois de so...
  Louis Arlette : 1er EP et le clip de Jeux d'Or
Louis Arlette sort son premier maxi emmené par le clip de Jeux D'Or. Mettant à pro...
Louis Arlette : 1er EP et le clip de Jeux d'Or

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire