Publicité

Luc Alenvers : l'album Aux vents contraires

Rédaction Divertir Par Le lundi, 31 août 2020 à 13:50 0

Dans Culturel

Luc Alenvers : chanteur pour rire... chanteur pour drame... Avec son album Aux vents contraires il évoque les cabossés de la vie.

Luc Alenvers (crédit Sylvain Larose)

crédit visuel Sylvain Larose

Que peut-on savoir de votre album Aux Vents Contraires ?
Aux Vents Contraires veut rendre un hommage aux cabossés de la vie, qui affrontent de plein fouet les injustices, les coups et les secousses : « Quand on est dans la merde jusqu’au cou, nous les cabossés, il faut rien lâcher, et rester bien vivant jusqu’au bout, nous les cabossés, à qui rien n’est donné » ; « Sans doute la vie est une catin, sauvage, elle distribue les points, comme Tabarly en pleine mer, nous affrontons les vents contraires ».

Qu'avez-voulu apporter avec vos sonorités électro-pop sur cet opus ?
Sur scène, j'ai plutôt une configuration pop-world-chanson avec des instruments boisés et acoustiques (contrebasse, violon, guitare, piano, percussions). Mais avec Gilles Guérif, le réalisateur, nous avons privilégié un son plus pop avec des touches électro, ce qui correspondait davantage aux morceaux que j'ai composé. On voulait s'inscrire aussi dans cette mouvance autour de Miossec-Barcella-Gaëtan Roussel.

Comment écrivez-vous et d'où viennent vos idées de compo ?
Habituellement, j'écris de manière régulière suivant l'inspiration et l'actualité. Mais pour cet album, j'ai pondu les douze chansons dans la foulée, en un mois et demi, durant le confinement. Je compose d'abord la musique, pour ensuite bricoler le texte autour de la mélodie. Je m'inspire du monde qui m'entoure, de ce qui se passe autour de moi et en moi. Les chansons gravitent autour de quelques thèmes qui me sont venus naturellement : le désoeuvrement et le doute, l'amour joyeux ou violent, la planète obsolète, les humains en défaite, en gros toutes les bosses qui nous tombent sur la tête, mais qui ne nous empêchent pas de continuer à avancer et aimer.

L'album a été entièrement écrit pendant la quarantaine. En quoi cette période particulière a-elle influencé l'album Aux vents contraires ? En bien ou en mal…
Le confinement et la pandémie ne sont nulle part évoqués, mais hantent les textes. J'ai vécu le confinement comme une période créatrice et assez calme, où j'ai pu peaufiner intensément les textes et les mélodies.

Si je me permettais un jeu de mots ; en allant A l'envers, n'est ce pas normal de rencontrer des vents contraires ?
Bien sûr. Mais on peut aussi se dire que si je les affronte, plutôt que de me laisser porter par eux, je vais dans le bon sens. Et puis, voir la vie à l'envers, permet de se mettre souvent à l'endroit ;-)

Avec l'album Aux vents contraires vous voulez rendre hommage aux cabossés de la vie. Ca risque malheureusement de ne pas s'arranger... Est-ce qu'il y a une situation qui vous attriste particulièrement et souhaitez-vous apporter une lueur d'espoir à ceux qui rencontrent une période difficile ?
On peut être révolté par ce qui nous entoure : l'injustice sociale, la faim dans le monde, la misère, la maladie. Alors je pense qu'il faut aider et aimer ceux qui sont proches de nous et qui souffrent. On peut s'en sortir tout seul, mais à plusieurs, on partage, on échange, et on se soutient.

Parlez nous du titre A ton endroit et son clip…
A ton endroit a été composé lors d'une résidence d'écriture avec Juliette. On a tourné le clip chez moi, avec des amis, autour de quelques bonnes bouteilles, d'où la danse joyeuse et festive !

Quelle était l'ambiance pendant l'enregistrement au Studio des Montiboeufs ?
On a posé en premier les guitares et les violons, puis les voix. Il faisait particulièrement chaud avec la canicule. Les claviers et l'habillage électro se sont faits après. On a filé ensuite chez Michel Françoise, à Nérac, pour le mixage. C'était plutôt studieux et enjoué.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
C'est un moyen d'attirer l'attention sur mon projet, de permettre aux gens qui me suivent de participer directement à la production de l'album, et de pré-vendre le disque.

Que souhaitez-vous apporter au public avec ce disque ?
Quelques sujets de réflexion, une vision différente de la vie, mais aussi l'envie de sourire et danser.

Une indiscrétion à nous donner sur Aux vents contraires ?
La musique d'un morceau, Comme Tabarly, avait été composée pour le titre En quarantaine de Gauvain Sers. Il ne l'avait, heureusement pour moi, pas sélectionnée.

Comment voyez-vous l'avenir de la scène et avez-vous un souvenir de concert à nous partager ?
En cette période singulière, dur de se projeter. Des concerts sont annulés, d'autres reportés. On a aucune visibilité, mais tout ça va se remettre en place et ça repartira de plus belle ! Pour l'anecdote, à la fin d'un concert aux Petits Frères des Pauvres à Paris, une mamie de 82 ans est venue me féliciter pour ma voix chaleureuse et le bonheur que je lui avais procuré. Elle m'avait aussi glissé, les yeux plein de malice, qu'avec 50 ans de moins, elle se serait bien laissée tenter ;-)

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
"Latcho Drom". En tzigane, bonne route à tous !

Merci à Luc Alenvers d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Luc Alenvers - "A ton endroit" - Clip vidéo

Musique interview

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam