Publicité

Lisa Batiashvili : l'album Secret Love Letters

Rédaction Divertir Par Le lundi, 22 août 2022 à 18:04 0

Dans Culturel

La violoniste Lisa Batiashvili explore la musique la plus romantique avec l'orchestre de Philadelphie sur Secret Love Letters.

Lisa Batiashvili

 Le nouvel album de Lisa Batiashvili présente une musique évocatrice inspirée de la littérature romantique tardive et des grands virtuoses du passé - le premier concerto pour violon de Karol Szymanowski, le poème d'Ernest Chausson et des œuvres de César Franck et Claude Debussy

« À quoi ressemblerait la vie humaine », demande Lisa Batiashvili, « sans cette gamme d'émotions et de sentiments qui, selon nous, ne peuvent être partagés avec personne ? Son nouvel album célèbre l'art de la dissimulation, de retenir les passions privées juste sous la surface jusqu'à ce qu'elles éclatent. Secret Love Letters, dont la sortie est prévue par Deutsche Grammophon le 19 août 2022, voit le violoniste allemand d'origine géorgienne explorer certaines des musiques les plus romantiques jamais écrites. Dans ce premier enregistrement avec un orchestre américain, elle est rejointe par l'Orchestre de Philadelphie et son directeur musical inspirant Yannick Nézet-Séguin – avec qui elle s'est produite à plusieurs reprises – ainsi que par le jeune pianiste géorgien Giorgi Gigashvili. Ensemble, ils se lancent dans un voyage qui couvre tout, de l'amour interdit à la romance vue du point de vue de la vieillesse.

"Il y a tellement de messages cachés dans la musique, des choses qui ne peuvent pas être mises en mots", note Lisa. « Quelque chose de très évident unit les quatre pièces que j'ai choisies pour l'album, de Chausson, Debussy, Franck et Szymanowski. C'est le message d'amour qui est là dans la musique, sous de nombreuses facettes et couleurs différentes, et une grande partie de ce message est secrète et intime. Son collaborateur de longue date Nézet-Séguin est sur la même longueur d'onde : « Une de mes citations préférées dans la vie est que la musique commence là où les mots s'arrêtent. Ce qu'il y a de si spécial avec la musique, c'est qu'elle nous permet de dire des choses que parfois nous ne pouvons même pas nous exprimer.

Au cœur de Secret Love Letters se trouve le Premier concerto pour violon de Karol Szymanowski, la méditation onirique du compositeur polonais sur l'imagerie de Noc majowa (« May Night »), un poème de Tadeusz Micinski et le point de départ de la création d'une partition éclatante avec passion et sensualité. La composition a été écrite en Ukraine pendant la Première Guerre mondiale et jouée pour la première fois à Varsovie en novembre 1922. interdit à la fois légalement et moralement », explique Lisa. "C'est une danse entre érotisme et compassion, entre un monde de rêve et une dure réalité." Paul Kochanski, pour qui l'œuvre a été écrite, a donné sa première aux États-Unis avec l'Orchestre de Philadelphie en 1924 à l'historique Academy of Music de Philadelphie, le lieu où la performance de Lisa a été enregistrée près d'un siècle plus tard.

Le concerto en un seul mouvement de Szymanowski trouve un parfait complément dans le Poème pour violon et orchestre d'Ernest Chausson, composé en 1896 lors d'un séjour d'été à Florence. Chausson avait initialement l'intention d'appeler sa pièce lyrique Le Chant de l'amour triomphant. Le titre rejeté de Poème et une grande partie de son atmosphère proviennent d'une nouvelle de l'auteur russe Ivan Tourgueniev, qui était lui-même épris de la célèbre mezzo-soprano Pauline Viardot et a formé un ménage à trois durable avec la chanteuse et son mari. Poème a été inspiré et dédié à l'un des grands artistes de l'époque, le violoniste belge Eugène Ysaÿe.

Encadrer le Szymanowski et Chausson sur Secret Love Letters sont des œuvres de Franck et Debussy. Comme Poème, la sublime Sonate en la majeur pour violon et piano de Franck a un lien avec la grande Ysaÿe : le compositeur l'a offerte au violoniste et à son épouse Louise Bourdeau en cadeau de mariage. Reflétant les désirs et les émotions encore fortes d'un compositeur vieillissant, la pièce choque apparemment l'épouse conservatrice de Franck mais captive le public depuis sa création mondiale à Bruxelles en décembre 1886. Au piano, voici Giorgi Gigashvili, récemment récipiendaire d'une bourse de la Fondation Lisa Batiashvili, une organisation à but non lucratif créée par le violoniste pour soutenir de jeunes artistes exceptionnels vivant en Géorgie.

Accompagner Lisa au piano dans son choix final de musique pour Lettres d'amour secrètes n'est autre que Yannick Nézet-Séguin lui-même. Beau soir de Debussy a été conçu à l'origine comme une chanson, sur des paroles du romancier et critique Paul Bourget, et sa représentation exquise d'un coucher de soleil idyllique a inspiré le légendaire violoniste Jascha Heifetz à faire un arrangement sensuel pour violon et piano. "Debussy était un messager de l'atmosphère, de la fantaisie et de la pureté les plus magiques que l'on puisse imaginer", observe Batiashvili.

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam