Publicité

Les nouveaux dossiers préparent l'album Vous pouvez tous crever

Maxime Lopes Par Le samedi, 19 décembre 2020 à 22:45 0

Dans Culturel

Le groupe Les nouveaux dossiers prépare l'album Vous pouvez tous crever, avec l'aide des internautes. Découvrez leur univers à la croisée du rock et du bal musette.

Les nouveaux dossiers (crédit Harmony Lrx)

crédit visuel : Harmony Lrx

Qui se cache derrière Les Nouveaux Dossiers et d'où vient l'idée du nom ?
Les Nouveaux Dossiers c’est un groupe créé sur l’île de Ré au printemps 2018. À la base, c’était un trio qui comptait Carol Jacq à la batterie, Loïc Thévenot (moi-même) au chant, à la basse et au clavier, et François Girault à l’accordéon et au chant.
Nous avons formé ce groupe sur un village de vacances, en tant que saisonniers, membres de l’équipe d’animation. C’est en se professionnalisant un an plus tard que Thomas Dutertre à la guitare et Pierre Blanes aux cuivres ont rejoint le groupe.
À l’époque de nos premiers concerts, nous jouions beaucoup sur les marchés, dans les rues et les bistrots, partout où l’accueil se faisait chaleureux, nous n’avions pas de nom de groupe, et quand pour un concert, on nous a demandé d’envoyer une démo, c’est tout naturellement dans un « nouveau dossier » créé sur l’ordinateur que l’on enregistre ces titres… c’est comme ça que le nom est né !

Pouvez-vous nous présenter votre futur album éponyme et quel sera son univers ?
Le futur album s’intitulera « Vous pouvez tous crever » ! N’y voyez pas d’attaque ni de rapport avec la situation actuelle, c’est un jeu de mots basé sur l’histoire d’une des chansons de l’album.
L’album sera constitué de chansons engagées, poétiques avec quelques brins d’humour et d’histoire à doubles sens comme on les aime avec un univers graphique en rapport avec ce fameux jeu de mot. On vous laissera découvrir l’album pour en savoir plus !

En quoi est-ce important d'être drôles et engagés dans vos textes en parlant de la vie, ses tracas et bonheurs ?
Et bien, il faut savoir que les deux paroliers du groupes (François et moi-même) avons passé beaucoup d’années en tant qu’animateurs pour un organisme du tourisme social qui met un point d’honneur à valoriser la culture et la scène pour les vacanciers, ainsi que les valeurs sociales. Nous avons donc eu la chance de fouler les planches un bon nombre de fois, par le théâtre et la danse également, avant de se lancer entièrement dans la musique. De ce contact et ce lien avec le public a découlé ce cocktail d’engagement, d’humour et de petites histoires dans notre écriture. On avait l’habitude de s’adresser à un public de tout âge et de tout horizon… et aujourd’hui encore, ce que l’on aime c’est avoir des chansons qui parlent au plus grand nombre.
On ne cherche pas précisément l’engagement, mais on se nourrit de notre quotidien et de l’actualité pour écrire nos textes, nous sommes les témoins de notre époque et nos textes sont forcément le reflet de situations actuelles. Et si certains messages, qui sont importants à nos yeux, touchent aussi le public, c’est du plaisir partagé.

Peut-on en savoir plus sur la partie instrumentale de cet album ?
Dans cet album, on notera tout d’abord des guitares électriques beaucoup plus présentes que dans le précédent, ce qui apportera une couleur très rock au contenu avec des solos et des chorus très présents.
On pourra également remarquer la présence d’instruments à vents comme le trombone, la flute traversière, le saxophone et l’harmonica, mais aussi quelques nappes de synthé, du piano, du violon et de l’alto.
C’est toutes ces nouvelles sonorités ajoutées qui vont faire l’âme instrumentale de ce nouvel album, toujours à la croisée du rock et du bal musette, qui ont toujours été la force du groupe.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
Nous travaillons avec Benjamin Soubrane (Si Ré Prod) qui possède tout le matériel nécessaire pour faire un studio mobile, nous nous sommes donc installé non loin de Ruffec dans la campagne charentaise.
Les prises de sons étant faites, l’album est actuellement en mixage sous les mains et les oreilles de Benji à qui nous faisons entièrement confiance.

Qu'est-ce qui vous a motivé à faire un financement participatif ?
Nous faisons de l’autoproduction, et nous avions besoin de moyens pour produire cet album et réaliser des clips qui accompagneront sa sortie.
Depuis le début, nous avons été soutenu par bon nombre de personnes qui croient en nous et nous poussent à aller plus loin, nous commençons à avoir un joli nombre de personnes qui nous suivent sur les réseaux sociaux (4600 followers). Nous avons pris la décision de faire appel à leur solidarité pour sortir l’album qui concrétise plus d’une année de concerts, de rencontres et de création. Le financement participatif dans le cadre d’un album ou d’une œuvre est bien conçu ; participer financièrement, c’est comme acheter l’album en avance, et les dons nous permettent de le réaliser avant de vous l’envoyer le jour de sa sortie.

Vous avez sorti un EP (Bordel organisé) pendant le confinement en avril. L'absence de concerts vous incite-il à être plus prolifique pour composer et souhaitez-vous dire quelques mots sur cet EP ?
Cet E.P est la première production du groupe, et il marque le passage de trois à cinq musiciens ! Vous pouvez le retrouver sur toutes les plateformes de streaming (Spotify, Deezer, Apple music etc…) ainsi que sur notre page YouTube.
Concerts ou pas, ce qui est à souligner pour chaque membre du groupe c’est la créativité qui l’habite ! Nous n’arrêtons jamais d’écrire ou de composer ! Mais il est vrai que l’adrénaline de la scène nous manque terriblement.

Qu'appréciez-vous dans les concerts et comment vous aident-ils à concevoir un opus ?
Et bien comme tout amoureux du live, c’est le contact avec le public, c’est transmettre des émotions et en recevoir en retour, les concerts sont les récréations dans le métier de musicien, c’est ce qu’il y a de plus fort et de plus motivant pour avancer dans sa carrière.
Et rien de tel que de pouvoir tester des nouvelles chansons, analyser le retour du public et réaliser au mieux les arrangements pour pouvoir les enregistrer par la suite.

Selon vous, qu'est ce qui est le plus important en musique ?
Comme dans tous les domaines je pense que c’est de prendre du plaisir et de se sentir épanoui, autant pour ceux qui la produisent que pour ceux qui la consomment.
Qu’est-ce qui est le plus important dans la vie ? C’est d’être heureux me semble-t ’il !

Quel sera l'univers visuel de l'album Vous pouvez tous crever et comment imaginez-vous le clip que vous souhaitez réaliser ?
Vous Pouvez Tous Crevez est en réalité un garage automobile spécialisé dans les pneus, et c’est donc ce garage qui sera mis en avant sur la pochette de l’album réalisé par notre graphiste et ami Valentin Girardon. Le clip qui accompagnera cette histoire sera réalisé dans une casse de voiture…
Mais le clip que nous allons réaliser grâce au financement sera tourné dans les plus beaux endroits du nord de la France pour une chanson poétique qui rend hommage à cette région, on y prévoit des images avec de merveilleux paysages, le tournage est prévu pour la fin février.

Parlez-nous du titre Le mousse au mal de mer et de son clip...
Le mousse au mal de mer est la première chanson de l’E.P Bordel Organisé, c’est une chanson qui caractérise à la perfection l’univers du groupe, une mélodie qui rentre dans la tête à la première écoute et un texte poétique avec un soupçon de cynisme.
Nous avons été contactés par « Destination Royan Atlantique » qui cherchait des musiciens de la région pour promouvoir leurs lieux les plus prestigieux en réalisant des clips vidéo. Le clip a été tourné par « Advance Production » au mois d’août au lever de soleil ! C’était une expérience inoubliable !!! On a encore des étoiles plein les yeux quand on se remémore cette expérience.

Avez-vous une anecdote ou une indiscrétion à sortir de vos "Nouveaux dossiers" ?
Je pense qu’il faudrait écrire un livre, voire une trilogie d’anecdotes au sein du groupe, on partage beaucoup de choses ensemble, nous sommes très proches, souvent ensemble donc évidemment il y a des moments improbables et anecdotiques qui se créent.
Je suis même sûr que sa vente pourrait nous permettre de financer un troisième album !
Affaire à suivre.

2020 a vu les concerts mis à mal. Selon vous, la scène doit-elle se réinventer pour faire revivre l'esprit des bals musettes d'antan ?
La scène peut se réinventer, et beaucoup d’artistes l’ont prouvé en adaptant leurs moyens d’expression, notamment par la vidéo. Mais ça ne doit pas être un devoir, il existe de nombreuses pistes à étudier et le monde du spectacle a toujours été en constante évolution.
Personnellement, nous aimons le contact direct avec le public, nous aimons raconter des histoires, accrocher des regards, et faire bouger les foules ! Nous nous sommes mis aussi à réaliser quelques lives vidéo mais ça n’est pas la même chose. Je pense que rien ne remplace le frisson du live devant un public…
Je pense que la scène continuera d’évoluer et de s’adapter au fil du temps selon les situations. Ce qui est sûr, c’est que les gens ont besoin d’une diversité culturelle, c’est primordial ! Contrairement aux idées que le gouvernement essaye de bourrer dans la tête des gens, nous sommes ESSENTIELS en tant qu’acteurs de la culture !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Un grand merci à KissKissBankBank ! Et à tous les donateurs qui ont participé à ce financement ou qui y participeront (il reste encore 22 jours !) et un deuxième merci à vous de nous donner la parole à travers cette interview !

Merci au groupe Les nouveaux dossiers d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité également sur Facebook.

Les Nouveaux Dossiers - CLIP "LE MOUSSE AU MAL DE MER" [août 2020]

Musique interview

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam