Publicité

LeanWolf prépare son premier EP

Maxime Lopes Par Le vendredi, 04 décembre 2020 à 23:42 0

Dans Culturel

Guitariste et chanteur, LeanWolf entame sa carrière en s'imposant déjà comme une étoile montante du blues en France. Découvrez le futur EP qu'il prépare.

LeanWolf (crédit Maks Banens)

crédit visuel Maks Banens

D'où vient votre passion pour le blues ?
C'est mon tout premier prof de guitare, Stéphane Combaudon, qui m'a initié à l'improvisation et donc au blues, au travers d'artistes tels que Gary Moore, Stevie Ray Vaughan ou encore Jimi Hendrix. Ce qui m'a toujours attiré dans cette musique c'est le côté viscéral qui en ressort, quand tu joues le Blues ça vient des tripes, de ton vécu, tu ne peux pas mentir ou te cacher, il y a une authenticité et une liberté d'expression que je ne retrouve dans aucun autre style musical.

Pouvez-vous nous présenter le premier EP que vous préparez ?
L'EP sera composé de 5 titres, que j'ai écrit au cours des deux dernières années et qu'on a peaufiné pendant tout ce temps avec mon groupe. Les morceaux sont très variés, mêlant influences Rock, soul ou funk mais avec toujours les racines du blues bien présentes, un peu dans la même démarche que des groupes comme Marcus King Band ou bien Tedeschi Trucks Band.

Souhaitez-vous nous parler de la partie instrumentale et des musiciens qui vous accompagnent ?
J'ai rencontré Antoine Terrazzoni, notre claviériste durant mon année d'école de musique au CFPM de Montpellier, c'est avec lui que j'ai créé mon tout premier groupe de Blues « Yankee Station ». Il possède une bonne culture de la musique jazz et rythme and blues ce qui apporte beaucoup de couleurs à notre son. Plus tard j'ai rencontré Guilhem Vienot, notre bassiste et Tobie Fouilleul, notre batteur, qui sont plus issus de la scène soul et hip-hop et apportent un groove qui fait immédiatement hocher la tête (rires).

 Parlez-nous du titre Lonely Wolf...
C'est le tout premier single qu'on ait sorti, et aussi notre morceau le plus véner (rires). C'est en gros un appel à oser être soi même et se rebeller contre cette société qui nous met dans des cases et nous impose un schéma dès la naissance. C'est ça le Blues du 21ème siècle (rires) !

Que souhaitez-vous transmettre au public avec votre EP ?
C'est en quelque sorte un EP autobiographique, où j'y ressasse mes déceptions amoureuses, gros coups de Blues etc.. Il est donc chargé en émotions et j'espère pouvoir faire ressentir cela aux auditeurs. Mais pas pour leur foutre les boules hein (rires), plutôt pour y trouver la catharsis..

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Eh bien je ne vous cache pas qu'on espérait pouvoir autofinancer cet EP grâce aux concerts prévus en 2020 mais vu que tout est tombé à l'eau à cause de la situation sanitaire, on a plus un rond ! (rires). Plus sérieusement on tient vraiment à sortir cet EP et pouvoir enfin présenter le fruit de nos deux ans de travail mais pour ça on a besoin d'un petit coup de pouce, plus que jamais.

En quoi le département de l’Hérault vous aide-il artistiquement ?
Il nous aide en nous offrant la possibilité de faire une résidence de 3 jours dans des conditions professionnelles et encadré par des coachs scéniques etc.. Et à l'issue de cette résidence une captation live ainsi qu'un concert au Sonambule à Gignac sont prévus. C'est vraiment un gros coup de pouce car ça coûte extrêmement cher de pouvoir réaliser tout ça.

Une indiscrétion à nous donner sur votre futur EP ?
On a ré enregistré Lonely Wolf, et... vous êtes pas prêts ! (rires)

Vous avez été lauréat du Labo Artistique de la Ville de Montpellier. En quoi cette récompense est importante ?
Eh bien on a accès à un local de répétition gratuitement ce qui fait économiser pas mal d'argent, il y a une séance photo, un enregistrement studio avec la parution d'une compilation, des concerts programmés au théâtre Jean Vilar mais aussi sur la place de la comédie pendant la fête de la musique, ça va être énorme ! (si ça se fait...).

Comment ressentez-vous la scène et en quoi est-elle importante ?
Bon au risque de paraître cliché (tant pis), pour moi la scène est vitale. Ayant toujours été un peu réservé, timide, à pas oser prendre la parole etc.. La scène est pour moi un moyen de m'exprimer pleinement. Ça m'a beaucoup aidé à passer au-dessus de tout ça et à prendre confiance en moi. J'ai parfois même l'impression d'être plus à l'aise et d'être plus moi-même sur scène que dans la vraie vie (rires).

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci beaucoup Maxime de nous avoir contacté pour cette interview et... Keep The Blues Alive !

Merci à LeanWolf d'avoir répondu à notre interview !
Suivez son actualité sur Facebook.

LeanWolf - Lonely Wolf (Live session)

interview Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam