Publicité

Le titre La Vague d'Alice Arthur annonce un album

Communicative et intimiste à l’image de ses mélodies Alice Arthur dévoile des chansons-pop aux résonances poétiques, nous raconte des histoires empruntes de romance et nous invite au voyage. Avec le titre La vague, Alice Arthur annonce un nouvel album pour la rentrée 2018.

Alice Arthur (crédit Luc Bertau)

Crédit photo : Luc Bertau

Pouvez-vous nous présenter votre prochain album que vous préparez ?
C’est un album que je suis en train de réaliser avec mes compagnons de route, le guitariste et ingénieur du son Jean Pascal Boffo ainsi que le claviériste et programmateur Séraphin Palmeri. Un album de chansons françaises qui tend légèrement vers la pop et dans lequel des pointes des sonorités jazz et électro peuvent également faire leur apparition. Je le vois comme une invitation au voyage, à l’amour. Un album comme une quête d’idéal.

Vous êtes également journaliste, qu'est ce qui vous a poussé à vous orienter vers la musique ?
La musique a toujours été présente dans ma vie. Le journalisme est venu bien plus tard. Mon aventure musicale a commencé dès l’enfance dans une maison dans laquelle il y avait toujours de la musique (Simple Minds, INXS, The Cares, The Cure, Les Stones…). Aucune nouveauté n’échappait à mon père qui jouait également du piano et de la guitare. C’est lui qui m’a donné envie de m’y mettre à mon tour. J’ai ensuite été auteur et interprète dans plusieurs groupes locaux avant de me lancer seule avec le projet Alice s’émerveille. Un projet qui est le fruit d’une belle amitié et collaboration avec Jean Pascal Boffo qui a réalisé mon premier album Etoile moi. Nous avons ensuite enchaîné les concerts (dont les premières parties de Barbara Carlotti, Zaza Fournier, Richard Gotainer et Nilda Fernandez) et j’ai participé aux Rencontres d’Astaffort créés par Francis Cabrel. Après quoi j’ai été embauchée comme journaliste et j’ai notamment animée l’émission Culture Pop qui m’a conduit à mettre la musique en stand by.

Cet album c'est aussi l'occasion de découvrir votre nouveau nom d'artiste, pourquoi ce changement ?
Alice s’émerveille faisait trop échos au roman de Lewis Caroll. J’avais besoin de m’en détacher. De trouver un nom qui me ressemble davantage. J’imagine que c’est également une façon de m’affirmer. Ce que j’aime dans Alice Arthur c’est sa musicalité, son esthétique mais également le fait qu’il fasse échos à ma famille. J’aime enfin beaucoup la dualité entre le féminin et le masculin.

Qu'est ce qui vous inspire pour composer vos textes ?
Les textes naissent toujours de mes lignes mélodiques. A partir d’un mot je me mets à écrire sur l’amour, l’enfance, les quêtes d’identités ou d’idéal. Je recherche une sonorité et avec elle de la poésie.

Comment imaginez-vous la partie instrumentale ?
C’est avant tout un travail de recherche, à la guitare ou au piano. Un accord me touche, qui invite un deuxième, un troisième. Une mélodie se pose, un mot s’échappe, un yaourt, et c’est seulement à cet instant que le texte peut trouver sa place. La mélodie prime avant tout, même si j’accorde ensuite beaucoup de soin aux mots.
Une fois que la chanson est là Jean Pascal Boffo et Séraphin Palmeri entrent en scène. Ensemble nous nous attaquons aux arrangements que j’aime très aériens.

Peut-on en savoir plus sur le clip de La vague ?
Nous l’avons tourné au mois de novembre en Baie de Somme en deux matinées. Cela a été épique car non seulement il faisait très froid mais en plus de cela il y avait un vent dingue. Malgré cela Azzedine Brahimi, le réalisateur, a su capter des images incroyables. Il a un vrai regard, une grande sensibilité aussi. C’est un magicien. Il s’est aussi beaucoup mouillé pour le clip !

En quoi Jean Pascal Boffo et Séraphin Palmeri vous ont-ils aidé dans votre projet ?
Ce sont les deux piliers centraux de ce projet. Ils m’aident à mettre en forme toute la musique qui fourmille dans ma tête et ce n’est pas une mince affaire. Ils m’apportent leur talent et leur créativité. J’aime par ailleurs leur sensibilité et leur sens de l’humour !

Si un disque est "bien fade sans pochette", comment l'imaginez-vous ?
A l’image d’Alice Arthur. Duelle. Avec sa face bondissante et sa face plus évanescente. Le yin et le yang. Le capricorne et le cancer.

Vous réalisez un financement participatif pour cet album. En quoi cela va-il vous aider et s'il y avait un argument à nous donner quel serait-il ?
Cela va m’aider à réaliser cet album dans les meilleures conditions possibles. De prendre le temps en studio, de faire les bons choix, de trouver la bonne direction musicale. De peaufiner les arrangements. Et tout cela a un coût.

Vous pouvez soutenir l'album d'Alice Arthur sur Ulule.

 

L'album est prévu pour la rentrée de septembre et le nombre de titres évoluera en fonction du financement. C'est aussi une source de motivation pour vos contributeurs ?
Je l’espère. Si La Vague et les extraits d’autres titres que je vais bientôt dévoiler plaisent également cela peut donner envie à certains d’en entendre davantage. Une chose est sûre, les chansons sont là. Elles ne demandent qu’à se dévoiler.

Comment s'appellera l'album ?
Le nom n’a pas encore été défini. J’hésite encore beaucoup.

Des concerts seront-ils prévus ? Comment ressentez-vous la scène ?
Quelques dates se profilent pour la fin d’année mais rien n’est encore confirmé. La formule sera celle du duo pour des raisons pratiques mais j’en suis très heureuse car c’est une formule très chaleureuse. Le live est un moment de partage que j’aime beaucoup, même si j’ai un trac monstre à chaque fois.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
L’enchantement se poursuit…

Merci à Alice Arthur d'avoir présenté son prochain album en interview !
Suivez son actualité sur Facebook.

Alice Arthur - La Vague

interview Musique

Le cercle d'Amboise le roman de Jean-Bernard Thonus Le cercle d'Amboise le roman de Jean-Bernard Thonus
Le cercle d'Amboise est un thriller de Jean-Bernard Thonus. Ce roman vous emmène dans une...
  Origami : le single d'Era Istrefi
Avec sa voix envoûtante, Era Istrefi, qui navigue facilement entre l’albanais, sa langue...
Origami : le single d'Era Istrefi

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire