Publicité

Le Père Cucu prépare l'album Ail ou radis ?

Maxime Lopes Par Le jeudi, 28 janvier 2021 à 11:35 0

Dans Culturel

Ail ou radis ? c’est le titre du nouvel album du Père Cucu qui sortira au printemps 2021.

Ail ou radis ? Père Cucu

Pouvez-vous nous présenter votre album Ail ou radis ? que vous préparez ?
C’est le nouvel album de Père Cucu ; le sixième autoproduit, avec un titre pareil, c’est sûr, le public anglophone va aimer !

Qu'est ce qui est le plus important dans les compositions que vous proposez ?
Cet album est le dernier et le premier : dernier sorti, après 6 albums autoproduits et distribués en petite série ; et le premier produit en qualité « professionnelle ».
Dans cet album, on peut découvrir les chansons-manifeste, celles qui campent le décor et les personnages : hé Père Cucu, Mère Cucu la sorcière, le Brock’n’brol du Chat Brol.

Vos textes sont gentiment grossiers et coquins pour être écoutés par les enfants. Comment voyez-vous le langage beaucoup plus fleuri des jeunes de nos jours ?
Il s’agit avant tout de jouer avec les mots, les sons, de faire des contrepétries ; les enfants ne vont pas forcément tout comprendre, ils vont réagir aux sonorités aux répétitions.
Je pense aussi aux parents qui écoutent toutes les niaiseries des chansons « pour enfant », les paroles à double-sens, les jeux de mot laids.

Quels sont vos choix sur le plan instrumental ?
Les compositions mettent en avant les instruments jouets et les gadgets musicaux qui sont souvent à l’origine d’une composition, d’une chanson. J’explore depuis l’enfance cette lutherie d’art brut à base d’objets abandonnés et recyclés.
J’interprète ces compositions inspirées par les objets détournés, sur cet instrumentarium décalé, poétique, brut ; je chine les vieux synthés pour enfants, les jouets sonores : le dinosaure qui marche et qui rugit sur « la Marche des dinosaures »
Je joue avec les objets du quotidien transformés : de l’aile de deux chevaux, de la râpe à pain dur, de la cafetière ou de la charentaise ! Et aussi des jouets pour chiens, du tuyau d’arrosage, de la tapette à mouche, de la tapette à souris électrique, des robots-ménagers, du porte-bouteille, de la barquette de polystyrène, de la cuvette WC, du débouche-évier, de la caisse de vin et de la boîte à pêche… La scène ressemble à un stand de bric-à brac !

Pourquoi avoir décidé de rechaper certains de vos tubes sur cet opus ?
C’est comme les pneus lisses, on remet un peu de gomme pour continuer à rouler.
Les chansons enregistrées il y a longtemps sont souvent à l’os : guitare-voix, ou ont parfois mal vieillies, elles ont évolué en concert, l’orchestration s’est étoffée.

Comment se sont passés les enregistrements au studio ? Pas trop compliqué ?
La pratique du studio à la maison est une gymnastique qui demande de la rapidité, de la souplesse et des répétitions !

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Pour élargir ou rassembler le cercle des supporteurs, pour évaluer leur intérêt porté à ce projet.

Au fait, préférez-vous manger des radis et laisser l'ail à la mère Cucu ?
La Mère Cucu ne digère pas l’ail cru ! Et pour son régime alimentaire, voyez la vidéo « Mère Cucu la sorcière » sur la page ulule !
Après les Obus et Maggie Tatcher, Elle digère aussi Mobutu, Adolf Hitler, Ceaucescu, Général Custer !

D'où vous est venue l'idée de votre personnage de clown et qu'appréciez-vous en lui ?
Le père cucu est né dans le jardin d’un collectionneur de cucurbitacée, à l’occasion de la fête des citrouilles !
Ce personnage me permet d’aborder tous les domaines de création, de faire évoluer les thèmes d’inspiration, de jouer de la musique avec les objetqs du quotidien détournés, et  raconter une histoire en lien avec l’objet : le râpe du pain dur, un rap avec une râpe un bout de pain dur.
Je rend hommage à tous les luthiers naïfs, spontanés, inventifs, enfantins, qui se fabriquent, avec les moyens du bord, leur instrument de musique par nécessité de survie artistique, par dérision. Mes références en matière de musiciens-luthiers, clowns musicaux, hommes-orchestre :
Tatave, clown-luthier- musicien charentais : premier spectacle vu
DUT, chanteur-luthier-musicien
les Sipolos duo de musiciens
petit Pierre. Mécanicien-musicien
Et aussi Pascal Comelade, compositeur sur toy-instruments
Shirley et Dino chantons sous la pluie
Konono N°1 sanza électrique
Hermeto Pascual barbe- harpe
Anders Flanderz homme-orchestre
Staff Benda bilili lutherie récup
Hazel Atkins homme-orchetre
Claude Ribouillault lutherie de guerre

Espérez-vous un jour revoir le public sur scène et quelle est l'ambiance en concert ?
Je vais commencer « le Minibal Perdu » une tournée auprès des personnes isolées, dès le mois de Février ; ce projet porté par le centre social du Pays Brantômois répond à l’isolement forcé de certaines personnes en apportant un petit moment musical devant chez elles.
Et j’espère que les écoles vont se remettre à programmer des concerts de Père Cucu en classe !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Ail ou radis Rose ?

Merci au Père Cucu d'avoir répondu à notre interview !

MERE CUCU LA SORCIERE toute poilue toute en vert la goulue gratte la terre avale tout cru ...

Inscrivez-vous à la newsletter de Divertir !

Recevez gratuitement chaque mois l'actualité culturelle sur votre boite e-mail.

Désinscription possible à tout moment en 1 clic. Vos données ne sont pas cédées ou revendues.

Cliquez ici pour vous inscrire maintenant !

interview Crowdfunding Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam