Publicité

Le mini album d'Arabella

Arabella sort un mini album (EP) rock ce 8 février 2019. L'occasion de le découvrir avec le groupe.

Arabella

Nourris depuis l'enfance à la culture Rock et à la Pop Anglophone, les quatre garçons d'Arabella proposent leur propre lecture du Rock'n'Roll, quelque part entre le Swinging London des 60's et le Rock des années 2000. (Arabella est aussi le nom d'un titre des Arctic Monkeys).

Les morceaux de ce groupe à la vingtaine triomphante évoquent les problématiques de leur temps, de leur époque : la jeunesse, le plaisir, les relations au monde et l'amour. Des titres urgents où les riffs de guitares se faufilent entre basse lourde et batterie brute pour soutenir une voix libre et sauvage.

Il avait été précédé d’un premier single extrait Summertime Again, titre accompagné d’un clip.

Le groupe était en concert à Paris au Bus Palladium le samedi 9 février.

Interview avec Arabella

Qu'est ce qui vous plait dans la culture anglophone ?
On y trouve le berceau du rock, en quelque sorte notre berceau aussi.
Les gamins de là bas chantent par coeur les chansons d’artistes comme les Beatles, Rolling Stones, Oasis, et les gamins de chez nous chantent Soprano, Jul ou Matt Pokora, nous sommes tout simplement naturellement plus liés à ces gamins d’outre-manche de par nos goûts artistiques.

Pourquoi avoir choisi de donner le nom d'un titre des Arctic Monkeys (Arabella) au groupe ?
Arabella est un prénom féminin plutôt rare dont on aimait la sonorité. C’est aussi le nom d’un Opéra de Strauss, on en fait la réécriture pour un morceau à nous, on a repris le thème de l’œuvre : un amour d’enfance retrouvé des années plus tard. On a donné le nom de notre chanson au groupe. Ça tombait plutôt bien puisque c’est aussi le nom d’un titre d’Arctic Monkeys qu’on apprécie mais ce n’était pas l’idée de base, on a juste aimé la coïncidence.

Comment avez-vous travaillé sur votre EP (mini album) qui sort en février 2019 ?
On a d’abord composé les chansons, travaillé les arrangements, changé 2 fois de batteur, 4 fois de bassiste  puis on s’est retrouvés avec cette formation là - qui n’est pas prête de changer - deux semaines avant de rentrer en studio. On a du choisir ensuite six titres dans notre répertoire puis travaillé le son instinctivement là-bas et fignoler quelques arrangements avec notre réalisateur Ludovick.

Quelle importance accordez-vous à la partie instrumentale et qu'est ce qui vous plait dans le fait d'apporter votre propre lecture du rock ?
La part instrumentale est très importante dans Arabella, c’est souvent la base de nos compositions. On aime chercher l’originalité dans les rythmiques et superposer les mélodies entre les guitares, la basse, les chœurs pour accompagner au mieux la mélodie principale, c’est plus intéressant comme ça. Même si la composition vocale arrive très tôt dans le processus créatif. Notre motivation est plus de créer quelque chose qui nous ressemble.

Faites nous entrer dans les coulisses de l'enregistrement au Studio Grande Armée...
On a bouclé 6 chansons enregistrées live en deux jours, grâce au talent de Ludovick Tartavel, la sandwicherie du dessus et quelques chartreuses. Puis une journée à faire quelques prises en plus, des arrangements, et discuter un peu.

Peut-on en savoir plus sur le titre Summertime Again et son clip ?
Le but était de sortir un premier morceau qui joignait le rock brut et les mélodies pop d’Arabella, il apparaissait d’avance comme le premier titre à dévoiler au public. Quant à la vidéo, pas besoin d’être prix Nobel pour trouver l’idée d’un clip sur la plage pour une chanson qui parle de la nostalgie de l’été. C’était aussi l’occasion d’une belle aventure humaine faisant elle-même écho aux paroles : on est partis 2 jours avec toute l’équipe mi-septembre, juste après notre été chargé.

Parlez nous de cette étrange main sur l'artwork du disque...
La main caresse, frappe, joue de la musique. C’est comme un symbole, le visuel nous a tout de suite parlé. La position de la main rappelle notre gestuelle sur scène, puis Rémi (le chanteur) s’est pété la main au moment de choisir la pochette, on trouvait ça drôle.

Une indiscrétion à nous donner sur l'EP ?
Véronique Samson s’est plantée de salle et est rentrée dans notre studio quand on écoutait les prises de notre morceau le plus rentre-dedans, elle a grimacé puis est repartie sans demander son reste. Vous nous avez demandé une seule indiscrétion, donc on restera là.

Comment voyez-vous la release party de l'EP au Bus Palladium le 9 février ? Un show spécial prévu pour l'occasion ?
C’est certainement l’événement le plus important de notre début d’année, on s’est fait plaisir à enregistrer ces chansons et on se fera plaisir à les jouer en live devant notre public. Le show sera particulier, c’est la première fois que les gens auront écouté l’EP avant de venir au concert.

Vous cherchez à faire des concerts dans les prochains mois. Où aimeriez-vous vous produire et faire une tournée outre Manche vous ferrait-il plaisir ?
Oui, on a plusieurs dates de prévu. L’Angleterre sera pour plus tard mais elle reste dans un coin de notre tête.

Que représente la scène pour le groupe Arabella et avez-vous un rituel en concert ?
Un chewing gum pour Noé, une chartreuse pour Fav, une cigarette pour Quentin et un verre de Bourgogne pour Rémi, on se regarde dans les yeux puis on y va.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Écoutez l’EP, venez au concert !

Merci à Arabella d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le groupe sur Facebook.

Arabella - Summertime Again

Tracklist

  1. Summertime Again
  2. We've got it
  3. Hello
  4. Arabella
  5. You will know
  6. Julie

interview Musique

FANTØM : le single Cinglé FANTØM : le single Cinglé
Découvrez le premier single, Cinglé, du collectif FANTØM réalisé ...
  Anthem : le réalisateur de District 9 s'associe à EA et BioWare
Electronic Arts et Neill Blomkamp, réalisateur de District 9, Elysium et Chappie no...
Anthem : le réalisateur de District 9 s'associe à EA et BioWare

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire