Publicité

Le Lou présente son EP Mue

Maxime Lopes Par Le vendredi, 24 juin 2022 à 08:46 0

Dans Culturel

Rappeur strasbourgeois et crooner insolent, Le Lou est le petit dernier de l’écurie Tipping Point Productions. Il défend un projet à l’identité forte et ce qu’il préfère : c’est être sur scène. Il s’adresse à ses adelphes queers, aux fatigué.e.s du cis-tème, mais également à toustes celleux qui attendent la fête et la fin du monde. Pudique mais franc tireur, le gamin malicieux s’amuse, se joue des codes avec humour, oscillant entre fureur et sensualité. Découvrez son 1er EP “Mue” et le clip “C'est la fête”.

Le Lou (crédit Nanténé Traoré)

crédit photo : Nanténé Traoré

Sélectionné aux iNOUïS du Printemps de Bourges 2022, Le Lou prépare actuellement la sortie de son 1er EP. Vous pourrez le retrouver sur plusieurs festivals cet été, notamment au Cabaret Vert le 21 août prochain.

« Mue », c’est un point de départ pour Le Lou. Le rappeur apprend à se connaître, change, grandit. Son premier EP vous invite à le rejoindre et oscille entre humour, bangers, sensualité, fête et fin du monde.

En pleine puberté à 27 ans, Le Lou affirme son identité avec beaucoup de tendresse, sa voix en pleine évolution pour parti pris. Autotune, kick qui tape, et sonorités actuelles sont de rigueur. Le tout passe par le prisme sensible du Lou, également influencé par la Soul, la Pop, le Jazz, mais également par de nombreux artistes tels que Népal, Némir, Hamza, Moussa, Sheldon, Eesah Yasuke, Lala &ce, Lawlow ou encore Mac Miller et Kae Tempest.

D'où vient votre passion pour la musique ?
J'ai grandi dans une famille où la musique est très présente. De ceux qui la pratiquent à ceux qui l'écoutent, j'ai toujours eu un tas de sons dans les oreilles depuis toujours. J'aime le côté universel et accessible de la musique.

Comment avez-vous choisi votre nom d'artiste ?
Mon prénom c'est Lou, et je me sens plus proche de l'idée d'une meute de loups que d'un troupeau de moutons. Donc : Le Lou.

Pouvez-vous nous présenter votre EP "Mue" et son univers ?
"Mue" est comme une carte de visite, un nuancier de mes différents moods et différentes facettes de ma personnalité. On y retrouve plusieurs thèmes et plusieurs esthétiques, du banger au son plus émo...

En quoi votre personnalité et votre parcours affectent vos compositions ?
Mon projet est très proche de ma personnalité. Dans ma musique, en interview ou encore sur les réseaux sociaux, j'essaye d'être au plus proche de qui je suis. J'essaye au maximum d'être transparent et je pense dans tous les cas que ce qui touche le plus les gens c'est quand tu restes toi même. Ça ne sert à rien de jouer un rôle, les gens finissent par s'en apercevoir.

Comment composez-vous et avez-vous un lieu où vous aimez écrire ?
Je travaille principalement chez moi. J'aime bien être seul pour écrire, mais ça m'arrive aussi d'écrire en studio. Je n'ai pas de méthode de travail figée, mais ce qui revient le plus souvent pour l'écriture des textes, c'est que je mets des instrumentales en aléatoire. Je laisse tourner les sons et quand l'un me plaît, je le joue en boucle et je commence à écrire dessus. Quand j'en ai marre je passe au suivant, et ça continue comme ça.

Quelle importance accordez-vous aux textes ?
Les textes occupent une place centrale dans ma musique. Je viens de cette école du rap où la rime et l'exercice de style sont très importants. J'aime aussi les morceaux très légers avec des textes très aérés, mais il faut que le texte soit percutant.

Quels sont vos choix sur le plan instrumental ?
Je suis très très ouvert. Sur l'EP "Mue", on reste sur quelque chose d'assez actuel et sans trop de prises de risques, mais à l'avenir j'aimerais beaucoup pouvoir poser sur plusieurs styles différents : 2step, house, reggaeton... J'ai aussi un gros faible pour les prods un peu plus expérimentales à la James Blake ou Sevdaliza.

Quel regard portez-vous à l'autotune et aux bangers ?
J'adore les bangers, quoi dire de plus ? J'avoue que j'ai été en retard sur l'autotune, pendant un moment j'ai eu du mal. Aujourd'hui j'en écoute beaucoup et je l'utilise moi même dans ma musique.

Comment se sont passés les enregistrements en studio ?
Je n'ai pas été en studio pour cet EP, j'ai tout enregistré de chez moi avec mon petit matos basique. Par contre, j'ai envoyé toutes les pistes à Rico, un super ingé son de Strasbourg qui s'est occupé de tout le mixage du projet.

Que souhaitez-vous proposer au public avec l'EP "Mue" ?
J'ai envie de les inviter à ma rencontre. Sur scène, j'ai envie de créer une ambiance presque intimiste mais où le banger peut partir à tout moment et déclencher de gros pogos. Vraiment, cet EP est un point de départ pour présenter un peu les différents mood qui me traversent, et beaucoup d'autres sont encore à venir.

Parlez-nous du titre "C'est la fête" et de son clip...
"C'est la fête", c'est pour moi le son le plus intime de l'EP. C'est un peu l'idée d'une fête qui bat son plein mais où l'on est incapable de s'intégrer à une conversation et de s'amuser avec tout le monde. On n'a pas envie de la louper cette fête, mais une fois qu'on y est on est un peu perdus dans notre tête (FOMO... !!)
Le clip a été réalisé et animé par Yolaine Roux, un super artiste qui étudie à l'ENSAD. Les dessins ont tous été faits à la main, au fusain et à l'aquarelle. Il a fait un boulot de dingue, et tout traduit vraiment bien l'énergie et le propos du son.

En quoi la scène est importante pour vous et que vous procure-t-elle ?
La scène c'est ce que je préfère dans la musique. Bien sûr, j'adore écrire, composer, aller en studio... Mais la scène c'est vraiment un moment à la fois hors du temps et 100% dans le présent. Tu es face à un public à qui tu communiques directement ton propos, tes émotions. Et ça fonctionne en vases communicants : plus ton public est chaud, plus tu reçois l'amour et tu peux le redistribuer pendant ta performance. Je pense que c'est mon endroit préféré sur Terre.

Quel souvenir gardez-vous de votre sélection aux iNOUïS du Printemps de Bourges ?
C'était une expérience incroyable ! J'ai vraiment aimé passer une semaine avec les autres artistes dans cette énergie "colonie de vacances". Tout le monde était vraiment sympa, il y avait une très très belle synergie entre nous, et on a été super bien accueillis par l'équipe du PDB.

Etes-vous plus festival ou concert où vous êtes à l'affiche d'une salle ?
Je crois que les deux sont très différents. Je dirais festival pour l'ambiance folle et l'énergie du public en plein air ; et tête d'affiche d'une salle pour ce qu'on peut se permettre en terme de scéno et de durée de set. En festival, on doit proposer quelque chose de court et efficace qui plaise au plus grand nombre, alors qu'en salle les gens viennent nous voir nous, et on peut se permettre plus de choses, on peut vraiment poser notre univers.

Où pourra-t-on vous retrouver prochainement ?
Cet été, je serai au Cabaret Vert le 21 août, et pour la suite des dates on reprend à la rentrée et elles seront annoncées à ce moment-là...

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Répandez l'amour, prenez soin de vous, et faites votre truc quoi qu'on vous dise !
Et n'hésitez pas à me suivre sur Insta.

Merci à Le Lou d'avoir répondu à notre interview !

le Lou - C'est la fête

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam