Publicité

Le groupe Earthstate dévoile son album éponyme

Le groupe de pop punk / rock alternatif Français Earthstate, qui a dévoilé, le 22 Mars 2019, son premier album éponyme !

Earthstate

Earthstate est un groupe de pop punk / rock alternatif originaire de Lyon. Le groupe est composé de Stane (chant), Maxime (guitare), Dewi (basse) et deThibs (batterie). Leur rencontre en 2016 marque les fondements d'une amitié solide, fruit de leur volonté de monterensemble un ultime projet afin d'y partager leurs influences, leurs ambitions et leur vision du monde.

Les deux premiers singles, No Turning Back et Castle in the Air, disponibles depuis début 2019, ont annoncé la couleur de leur premier album éponyme. Disponible partout depuis le 22 Mars, cet album vous offre à la fois des refrains catchy, desriffs endiablés, mais aussi des mélodies ambiantes et modernes ! Au sujet de ce premier album, le groupe nous révèle :
“L'album raconte l'histoire d'un personnage fictif, qui décide de quitter sa routine quotidienne dans laquelle il ne se plaît pas vraiment. Il part affronter l'inconnu et se construire une vie meilleure dans un endroit qu'il ne connaît pas (une autre ville ? Un autre pays ? Une autre planète ?). Chaque titre de l'album va raconter une étape de son voyage, du moment où il prend la décision de partir, jusqu'à son arrivée dans son nouvel el-dorado fictif, Earthstate.
Il passera ainsi par toutes sortes d'aventures et d'émotions, de l'euphorie au doute, en passant par la peur et la détermination. Ce récit de voyage ne sera volontairement pas évident à la première écoute ou à la première lecture des paroles, le but étant que l'auditeur puisse également comparer chaque étape vécue par notre personnage, à des événements de sa vie de tous les jours. Par exemple, le premier single No Turning Back parle de l'importance de décisions irréversibles que nous devons parfois prendre, et des conséquences que nous devons assumer ensuite.”

Le groupe continue : “Au final, le message principal de l'album est que rien n'est insurmontable si vous vous en donnez les moyens, quels que soient les obstacles que vous rencontrerez sur la route et qui vous empêchent de vous lancer par peur de l'échec. La vie est bien trop courte pour se morfondre dans une routine écrasante qui nous empêche d'être heureux. Si vous avez des projets, des rêves, des passions : lancez-vous ! Comme le dit l'expression, « Qui ne tente rien n'a rien ! »"

Interview avec Earthstate

Comment vous êtes-vous rencontrés et qu'est-ce qui vous a motivé à créer le groupe Earthstate ?
Stane et Maxime se sont rencontrés sur un forum pour musiciens en 2015, et ont décidé de monter le projet ensemble après plusieurs mois de discussions. Après avoir mis des annonces en ligne et rencontré plusieurs candidats, ce sont finalement Dewi puis Thibs qui ont rejoint le groupe respectivement à la basse et à la batterie. Nous avons tous joué dans des formations pop-punk différentes avant Earthstate, et partagions la même envie de passer à l’étape supérieure et de s’investir à 200% dans ultime projet. Malgré des goûts très éclectiques, nous partagions aussi un grand nombre de références communes, ce qui a consolidé le choix du line-up.

Est-ce que Thibs va mieux ? Il a un peu trop forcé avec sa batterie en répèt' ?
Les nouvelles sont rassurantes ! Une belle fracture des os de la main, mais heureusement pas d’opération en vue, juste quelques semaines de repos. C’est un banal accident de snowboard qui est à l’origine de sa blessure… Heureusement, il devrait être de retour très bientôt derrière les fûts !

Dans votre album, qu'est-ce qui vous a poussé à créer une histoire autour de ce personnage qui part en voyage pour sortir de son train-train quotidien ?
Au moment de choisir les thèmes à aborder dans les paroles, nous avons fait le choix de créer un lien entre les chansons pour qu’elles forment une seule et même histoire. On imagine donc un personnage fictif, qui décide de laisser derrière lui une routine qui ne lui convient pas vraiment pour se construire une nouvelle vie ailleurs. Chaque titre de l’album raconte donc une étape de son voyage ainsi que toutes les émotions qui le traversent au cours de son périple, de l’euphorie du départ jusqu’à l’atteinte de son objectif, en passant par des périodes de doutes et autres turbulences.
Au final, c’est un peu ce que nous vivions avec Earthstate : nous voici dans un projet complètement nouveau, avec des gens qui sont devenus nos meilleurs amis mais que nous ne connaissions pas au début, dans un style musical qui nous sort de notre zone de confort… L’inspiration est donc venue directement de là, de nos propres expériences et de celles que nous voyons autour de nous.

Pourquoi avoir volontairement fait un récit de voyage qui ne ressort pas volontairement à sa première écoute ?
Il est très difficile de raconter une histoire complète et aboutie en 10 chansons. Nous avons préféré jongler avec la ligne directrice tout en restant suffisamment vagues dans l’écriture pour que chacun puisse y retrouver son propre vécu et ses propres expériences. C’était pour nous le meilleur moyen de transmettre les émotions. L’aventure vécue par notre personnage pourrait très bien être un déménagement, un changement de job, une rupture amoureuse… Autant d’évènements de la vie quotidienne que nous avons tous vécu un jour à différents degrés d’importance et d’intensité.

Peut-on dire que cet album est un peu le reflet de nos modes de vie et de notre société actuelle ?
Complètement ! Nos modes de vie ont beaucoup évolué en peu de temps. Les gens veulent profiter, accorder plus de temps à leurs loisirs et leurs passions, voyager... Les pressions sociales et économiques sont toujours présentes mais sans doute plus facilement contournables grâce notamment aux nouvelles technologies et à l’évolution des mœurs. Le message que nous avons voulu faire passer est qu’il n’y a pas d’obstacle réellement insurmontable lorsque l’on veut vraiment quelque chose. Les barrières de l’esprit sont souvent les plus difficiles à surmonter, et de plus en plus de nos contemporains semblent adopter cette philosophie.

Comment travaillez-vous au niveau du groupe pour créer vos titres et est-ce évident de vous mettre d'accord sur le résultat ?
Nous avons un mode de fonctionnement assez particulier, et plutôt chronophage dans le sens où nous avons mis un point d’honneur à composer absolument tout l’album tous ensemble dans la même pièce. L’objectif était que tout le monde ait son mot à dire, puisse réagir et apporter ses idées en temps réel. La règle était simple : soit tout le monde était d’accord, soit on recommençait ! Cela demandait beaucoup de disponibilité et de patience, mais au moins, nous sommes tous satisfaits à 100% du rendu final.

Sur quoi attachez-vous le plus d'importance dans votre musique ?
Sans doute la cohérence des morceaux, ainsi que l’ambiance générale qui ressort de l’album. Le challenge était de mélanger nos influences issues du metalcore, du pop-punk et autres styles alternatifs ou non. Au démarrage d’un projet, beaucoup de groupes ont la prétention un peu utopiste de proposer quelque chose de nouveau. Sans tomber dans ce schéma, nous souhaitions simplement personnaliser notre son avec un ensemble de références qui nous parlent et qui nous plaisent. Mais surtout, nous voulions que l’album soit homogène, et n’apparaissent pas comme un enchainement de titres sans réelles connexions entre eux.

Vous communiquez énormément en anglais, et pas seulement dans vos titres, quel est l'intérêt pour vous de maitriser la langue de Shakespeare ?
Nous communiquons effectivement à la fois en anglais et en français sur nos réseaux sociaux. Notre volonté est clairement de sortir des frontières de l’hexagone et de toucher un public international. Il n’y a aucune forme de prétention derrière cette démarche, simplement un constat simple : les styles alternatifs comme le nôtre fonctionnent mieux à l’étranger ! L’anglais est la langue universelle par excellence : à notre sens, ce n’est pas stratégique, mais plutôt indispensable de communiquer ainsi.

C'est votre premier album, quelle a été l'étape la plus stressante et comment se sont passés les enregistrements en studio ?
C’est effectivement le 1er album d’Earthstate, mais certains d’entre nous ont déjà eu l’occasion d’enregistrer des albums avec leurs précédentes formations. Nous étions donc rôdés à l’exercice, ce qui nous a permis d’aborder l’exercice beaucoup plus sereinement. Nous avons enregistré avec notre ami Romain de chez Acrom Records (également chanteur du groupe Apply For A Shore). Il a tout de suite adhéré à la direction que nous souhaitions prendre, et ce choix nous a également permis de travailler dans une ambiance à la fois studieuse et décontractée.

Parlez-nous du titre No Turning Back et du tournage de son clip...
No Turning Back est le 1er single que nous avons choisi pour représenter l’album, car c’est un mix plutôt représentatif de nos influences et de la direction générale de l’album. Le titre évoque ce moment précis où nous prenons conscience de la responsabilité qui nous engage suite à une action ou une décision, et que l’on sait qu’il faudra assumer et qu’il n’est plus possible de faire demi-tour.
C’est ce que nous avons voulu représenter dans le clip, à travers 4 situations (chacune présentant un membre du groupe). Le tournage a été certainement l’une de nos plus belles expériences à ce jour : il a nécessité pas moins de 6 jours de tournage, des dizaines d’heures de montages, plus de 20 personnes mobilisées pour les installations techniques ainsi que les figurants… Grâce à eux tous, et en particulier grâce à Clara de Lupus Production (cadrage) et Marylaure (réalisation), tout s’est déroulé dans les meilleures conditions. Les retours sont très positifs pour le moment, et on espère qu’il vous plaira également !

Vous avez noué quelques partenariats avec des marques pour vos guitares, en quoi est-ce important pour Earthstate ?
Nous sommes endorsés par la marque de cordes Skull Strings, ainsi que par Third Eye guitars. C’est très important pour nous dans le sens où la qualité du matériel sur lequel nous jouons est primordial pour évoluer dans les meilleures conditions et obtenir le son idéal à l’approche de nos premiers concerts. Nous sommes absolument ravis que ces marques, symboles du savoir-faire Français, nous fassent confiance.

Une indiscrétion à nous donner sur votre album éponyme ?
La quantité astronomique de Porto avalée pendant les séances d’enregistrement… C’est la boisson officielle du groupe maintenant !

Aurez-vous l'occasion de donner des concerts prochainement et quelles émotions vous procure la scène ?
Notre release party du 5 avril à Lyon ayant dû être reportée, nous travaillons sur de nouvelles dates pour les prochains mois et avons hâte de défendre notre album sur scène. Nous avons passé d’excellents moments pendant toute la phase de préparation du projet, mais les concerts et la proximité avec le public restent un aboutissement, et procurent une joie assez indescriptible qu’il nous tarde de ressentir à nouveau.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Un grand merci à vous pour l’interview, ainsi qu’à tous ceux qui prendront un peu de leur temps pour écouter l’album (disponible sur toutes les plateformes de streaming et téléchargement). A très bientôt sur une scène près de chez vous ! :-)

Merci à Earthstate d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les aussi sur Facebook.

EARTHSTATE - No Turning Back (Official Music Video)

interview Musique

Cotton Belly's : l'album Missi Cotton Belly's : l'album Missi
Ce quartet francilien nous propose une synthèse blues, rock, folk des "ventres de coton&...
  Bare Teeth annoncent la sortie d’un split international !
La nouvelle est enfin sortie ! Les punk rockeurs Lillois Bare Teeth sortiront prochainemen...
Bare Teeth annoncent la sortie d’un split international !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire