Publicité

Le duo A3C souhaite conquérir son public

Après son EP éponyme et porté par le single On n'est pas bien là, le duo A3C souhaite conquérir son public.

Duo A3C (crédit Obruy photography)

crédit visuel Obruy photography

Pouvez-vous nous présenter le duo A3C et son univers ?
Le Duo A3C est un duo de musique pop-folk française, composé de Anna (auteur-compositeur-interprète-arrangeur) et de Cat (violoniste). Notre musique se veut pétillante et ensoleillée, à la fois facile d'écoute mais riche en harmonies.
L'univers d'A3C est empli de mélodies et de contrechants, toujours au service de l'esprit de convivialité et de partage qui nous caractérise.

Souhaitez-vous nous parler de l'EP éponyme que vous avez sorti ?
Avec plaisir ! Nous avons auto-produit notre 1er EP A3C en 2019. Enregistré au studio Pica Pica de la Friche culturelle de Toulouse, il a été mixé et masterisé au Funk you Studio de Goutevernisse. Entourées de nos musiciens, tous originaires de Toulouse et de ses environs, nous avons travaillé des mois sur les arrangements, pour réaliser ces 5 chansons, dont nous sommes très fières. A la fois populaires et inventives, elles représentent bien notre univers.

Qu'appréciez-vous dans le violon pour l'utiliser comme instrument ?
Le violon est clairement la valeur ajoutée de notre duo. Le violon peut être tout à la fois : langoureux et classique, tsigane, folk... Cat est une merveilleuse violoniste qui met tout son art au service d'A3C. Pour nous, le violon a une âme qu'il apporte à notre musique. C'est pourquoi il est le troisième membre du duo.

Parlez nous du titre On n'est pas bien là et de son clip...
On n'est pas bien là est né sur une plage française de la côte basque. Pendant que d'autres partaient à l'autre bout du monde. Nous nous sommes dits, que même en étant à deux pas de chez nous, tant que nous étions entre amis, avec notre famille, avec les gens qu'on aime, on était au meilleur endroit.
Cette chanson a fonctionné de suite. Dès qu'on l'a joué sur scène, le public a été enthousiaste. A partir de là, on a recherché l'endroit idéal pour tourner notre clip. Et nous avons choisi le lac de Saint-Ferréol, au pied de la montagne noire (Revel). Ce lieu sublime (classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO) est à la fois simple et sauvage. On en a plein les yeux, tout en conservant cette nature protégée.
C'est ce que l'on essaie de transmettre à notre public. On envoie du son, mais le plus naturellement possible, donc le plus acoustique possible. C'est ce qui nous différencie des autres, actuellement, dans l'industrie musicale. Car la tendance est à l'autotune, le bling-bling. Nous offrons l'inverse : revenir à l'essentiel, les choses simples sont souvent les meilleures.

Quel est le lieu où vous vous sentez bien et où vous aimeriez vous évader ?
Nous nous sentons bien quand nous sommes ensemble. Peu importe l'endroit, tant qu'on peut jouer de la musique et la partager avec nos amis ! Après si c'est au bord de l'eau, c'est encore mieux !

Qu'est ce qui est le plus important pour vous dans votre musique ?
L'authenticité. Notre musique est vraie et elle nous ressemble. Nous sommes pétillantes, joyeuses. Nous travaillons énormément et ne lâchons rien. Notre musique est à notre image et on y tient !

Vous avez récemment rencontré Rhedji. Une collaboration est-elle en vue ?
On ne peut rien vous cacher ! On s'est compris dès notre première rencontre. On s'entend hyper bien, donc la collaboration coulait de source. Rhedji et nous, travaillons ensemble pour un son à mi-chemin entre nos deux univers. Nous avons beaucoup à nous apporter l'un l'autre.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Nous avons parcouru un long chemin pour en arriver là où nous en sommes, et il est temps pour nous de nous développer à l'échelon national. Cela a un coût. Il faut pouvoir payer les attachés de presse, les plateformes des radios, etc... La période étant ce qu'elle est, nous ne pouvons pas jouer sur scène et donc nous demandons l'aide de notre Communauté, et plus largement, de tous ceux qui croient en nous ou en notre projet.
Nous avons la chance d'avoir un avenir radieux, rempli de projets, il suffit donc de se donner les moyens de les accomplir et c'est ce que nous faisons, comme d'autres l'ont fait avant nous (Grégoire, Irma, etc...).
Il est l'heure de la diffusion nationale !

Qu'est ce qui vous a motivé à signer avec le label new-yorkais Bentley records ?
Quand nous avons sorti notre EP, nous l'avons envoyé à bon nombre de maisons de disques françaises. Aucune ne nous a répondu à l'époque. Parallèlement, nous publiions sur les réseaux sociaux certaines de nos vidéos. C'est par ce biais là, qu'on a été repérées par un artiste Bentley. Il nous a conseillé d'envoyer notre EP au label. Nous l'avons fait sans trop y croire, pour être honnête. Mais à notre grande surprise, nous avons reçu une proposition de contrat au bout de 24 heures. Depuis, nous sommes entrées dans un tourbillon. Nous avons découvert la manière de travailler des Etats-Unis, qui est impressionnante. Car tout est vraiment possible ! Et nous en sommes la preuve !

Selon vous, est ce facile de trouver sa place en tant qu'artiste et de se faire un public ?
C'est tout sauf simple ! On essaie de faire croire à tout le monde, que l'industrie musicale, c'est comme la fée bleue de Pinocchio, qu'il suffit de faire un vœu, et hop ! Il est exaucé si on a de la chance. Mais non, être artiste, c'est avant tout, beaucoup de travail, de plaisir aussi, bien-sûr, mais c'est un sacerdoce. Nous mangeons A3C, nous buvons A3C, nous dormons A3C, etc...
De plus, nous sommes deux femmes et malgré toute la phase « Me too », il est encore difficile pour des femmes de tirer leur épingle du jeu.
Nous avons souvent souvent été les seules femmes en festival ou en concours. Et récemment, il m'a été rapporté que nous faisions partie des seules femmes française signées par un important label aux Etat-Unis.

Vous comptiez faire une tournée aux USA, avant un revirement pour la France. Qu'est ce qui vous attire outre-atlantique ?
Comme nous l'avons dit, aux Etats-Unis tout est possible. Et les françaises sont très bien accueillies ! Nous apportons l'image de la femme française et ça vend encore du rêve de nos jours. De plus, il y a une importante communauté d'expatriés français aux Etats-Unis. On devait d'ailleurs commencer la tournée par le théâtre de l'alliance française de New-York.

Qu'appréciez-vous dans la scène et comment la ressentez-vous ?
C'est une drogue pour nous ! Nous sommes complètement addict ! Nous avons la chance d'être entourées par des musiciens exceptionnels et chaque scène est une nouvelle aventure humaine. C'est l'endroit où nous nous sentons le mieux, car c'est le moment où on peut partager avec notre public. C'est un vrai partage d'énergie et de joie pure !

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Merci ! A toute notre Communauté de fans, d'amis, qui nous soutiennent. Merci à tous ceux qui nous aideront à partir de maintenant ! Et surtout ce message d'espoir : croyez en vos rêves, ne lâchez rien, persévérez !

Merci au duo A3C d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité sur Facebook.

ON N'EST PAS BIEN LA - Clip officiel 2020

interview Musique

Waykiki Boys prépare son 1er album Waykiki Boys prépare son 1er album
Les Waykiki Boys sont une vague de cumbia péruvienne, electro et surf music qui déferl...
  Improbable Evidence : le single Tellement toute seule
L'histoire d’une rencontre, entre un businessman repenti, fou de musique, auteur-composite...
Improbable Evidence : le single Tellement toute seule

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire