Publicité

Laurence Bertinchamps présente son livre Conte sur Toi

Maxime Lopes Par Le jeudi, 30 septembre 2021 à 11:49 1

Dans Culturel

Laurence Bertinchamps publie un livre guide appelé Conte sur Toi. Le mieux-être par l’écriture ça existe !

Laurence Bertinchamps

Qu'est-ce qui vous a motivé à faire "un guide" pour nous aider à raconter notre histoire ?
J’anime des ateliers d’écriture depuis près de 15 ans. Il s’agit d’ateliers un peu différents des autres car je les vois comme un lieu de découverte de soi et de réflexion sur soi à travers les textes qui y sont produits.
Avant de démarrer ces propositions d’atelier, j’avais entrepris d’écrire un conte pour mettre en mot une difficulté de mon vécu. L’effet bénéfique de cette démarche m’a donné l’envie de la faire connaître à d’autres personnes. Afin d’alimenter cette pratique, je me suis alors formée à différentes techniques issues du développement personnel.
C’est le fruit de toute cette pratique que je souhaite transmettre aujourd’hui.
Je pense réellement que bien se raconter, s’écrire une histoire riche de sens conditionne son vécu etpermet de mieux le vivre.

Vous avez un parcours de juriste. D'où vous est venue l'idée de changer en quelque sorte de voie pour passer à l'écriture et la transmission ?
Je n’ai pas tout-à-fait changé de voie, quoi qu’il arrive, je reste une passionnée des mots et je suis attentive à l’interprétation qu’on leur donne. Si j’ai décidé de consacrer une grosse partie de ma vie professionnelle aux histoires, c’est parce-que j’observais trop souvent que de nombreuses personnes ne donnent pas suffisamment de chance à leur histoire. J’ai eu envie d’aider le plus grand nombre à réaliser que si leur vie leur semblait triste, terne ou sans intérêt, ils avaient probablement des choses à raconter ou à partager. Je pense que la résilience est possible.
J’ai voulu transmettre ma passion à d’autres, dès le moment où j’ai observé les effets que procuraient sur moi, l’art de se raconter, mais surtout les effets que cela générait chez les participants. Dès ce moment, je n’ai eu de cesse de vouloir trouver d’autres formules, d’autres propositions qui pouvaient « faire du bien » !

Quelle place occupe votre famille pour votre passion de l'écriture ?
Mes deux grand-mères et mon père occupent une place de choix.
En effet, ma grand-mère paternelle a consacré un temps précieux à inventer des histoires et à les raconter à mes sœurs et moi-même lorsque nous étions enfants.
Elle y incluait les messages qu’elle voulait nous faire passer et nous étions les personnages principaux de toutes ses histoires. C’était une conteuse hors pair qui mettait véritablement de la magie dans nos vies. Ma grand-mère maternelle quant à elle écrivait de la poésie. Avant ma naissance, elle souffrait d’une maladie mentale et je sais que l’écriture a été une ressource pour s’en sortir.

Est-ce que le lieu où l'on écrit son récit est important et où aimez-vous écrire ?
Je pense qu’on peut vraiment écrire partout. Les lieux où l’on se trouve peuvent néanmoins constituer une grande source d’inspiration. J’incite souvent mes participants à faire « feu de tout bois ». Ce qui nous entoure peut être décrit, les émotions que nous y ressentons aussi…
Mes « premiers jets » sont souvent écrits sur un bout de carnet au détour d’un lieu, d’une idée ou d’une conversation. Lorsque je rassemble mes idées, j’ai juste besoin d’une table et d’une chaise, le lieu n’a pas véritablement d’importance pour moi.

Pourquoi avoir voulu créer quelques exercices dans votre livre ?
Les exercices, les « formules magiques » que je propose, sont des pré-textes, c’est à dire comme leurs noms l’indiquent ce qui vient avant le texte. Ils sont là pour faire réfléchir les lecteurs, pour leur faire comprendre que le contenu de leurs histoires personnelles constitue la source de leurs inspirations mais aussi de leurs blocages. Ces exercices les invitent donc à se dépasser dans la vraie vie, à vaincre le syndrome de la page blanche, à se connecter à une créativité qu’ils pensaient ne pas avoir…

En quoi le développement personnel et la réflexion sur soi est importante dans l'écriture ?
On n’écrit pas à partir de rien, on écrit toujours à partir de soi, ce sont nos émotions, notre sensibilité, nos pensées, nos croyances, nos valeurs qui nous incitent à écrire.
Ecrire pour soi est une attitude introspective qui nous permet réellement de nous observer à travers le miroir de notre écriture. Du reste, s’il s’agit d’écrire pour transmettre, il est important de savoir qui l’on est et quel est le message que nous souhaitons faire passer. Si on n’a pas fait un travail sur soi, cela peut à mon sens, s’avérer plus fastidieux voire plus douloureux.

Quelle est la première personne à qui vous avez offert votre livre Conte sur toi ?
A ma sœur. Je suis l’ainée d’une famille de trois filles. Une de mes sœurs, la deuxième a beaucoup souffert et a vécu une histoire assez lourde. Je pense que je lui dois beaucoup car au départ, mes recherches en matière de psychologie et de développement personnel avaient pour dessein de comprendre comment l’aider à surmonter ses difficultés. Elle a fait partie des éléments déclencheurs de toute cette aventure. Je voulais la remercier pour cela.

En quoi les ateliers que vous réalisez sont utiles et que vous disent vos stagiaires en sortant ?
Mes ateliers permettent une réflexivité et une qualité d’échanges qu’il est, parait-il difficile de trouver ailleurs. Il s’agit d’une introspection tout en douceur car elle passe par l’intermédiaire de la fiction et des métaphores. Ils donnent également accès à l’authenticité, à une meilleure confiance en soi, ils réveillent la créativité. Ils permettent aux participants de se donner des permissions, de devenir les héros de leur propre histoire !

Quels livres aimez-vous lire ?
J’aime tout lire !
Que ce soient de la poésie, les grands auteurs, les contes, des albums jeunesses, les romans fantastiques, policiers, ou même des romans à l’eau de rose comme les appelait ma grand-mère. Je lis aussi des ouvrages de psychologie, de neurosciences, de développement personnel, de philosophie, de sociologie. J’aime aussi les autobiographies et les autofictions.
Je pense réellement que l’on peut lire de tout ! Je conseille même de lire de tout. Tout est bon à lire dans la mesure où la lecture peut procurer du plaisir, des clés de compréhension, de l’évasion, de la compassion, de l’ouverture. Lorsque j’étais enfant, j’allais à la bibliothèque tous les samedis et je repartais avec minimum trois livres, parallèlement je lisais également ce qui se trouvait dans la bibliothèque de mes parents qui prenait tout le mur du salon. Et lorsque je me retrouvais dans un magasin, je dépensais tout mon argent de poche à cela.
J’ai compris énormément de choses en lisant, particulièrement sur le fonctionnement de l’esprit humain. Et je pense vraiment que la lecture, comme l’écriture d’ailleurs, ne doivent pas être réservées à une élite ! D’où mon idée de proposer à chacun de s’initier à l’art de « conter sur soi » en utilisant de justes mots.

Merci à Laurence Bertinchamps d'avoir répondu à notre interview !
Suivez son actualité sur Facebook.

Laurence Bertinchamps - Conte sur Toi

interview Livres

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Laurent

    1 Laurent Le lundi, 04 octobre 2021

    D'avoir participé à ces ateliers, je ne peux que vous recommander . Je m'en vais commander son livre, merci pour l'info

Ajouter un commentaire

Anti-spam