Publicité

La trilogie Lieder du baryton Matthias Goerne

Rédaction Divertir Par Le mardi, 14 juin 2022 à 15:47 0

Dans Culturel

Le baryton allemand de renommée mondiale Matthias Goerne conclut une trilogie de lieder avec Daniil Trifonov.

Les deux premiers albums de Lieder de Matthias Goerne pour Deutsche Grammophon, enregistrés respectivement avec Jan Lisiecki et Seong-Jin Cho, ont reçu des critiques élogieuses et de multiples récompenses. Le baryton allemand de renommée mondiale vient de clore sa trilogie prévue en collaboration avec Daniil Trifonov. Leur programme contient des méditations visionnaires sur le sens de la vie et de la mort, telles qu'exprimées dans les chansons de Schumann, Brahms, Wolf, Berg et Chostakovitch. Matthias Goerne · Daniil Trifonov – Lieder, dont la sortie est prévue le 10 juin 2022, retrouve deux artistes au sommet de leur art dans des œuvres qui exposent le cœur de la condition humaine.

L'album sera précédé de deux e-singles, avec « Im wunderschönen Monat Mai » du Dichterliebe de Schumann sorti le 22 avril et « Denn es gehet dem Menschen wie dem Vieh » du Vier ernste Gesänge de Brahms le 20 mai. Les mélomanes auront également bientôt la chance d'apprécier les performances de Goerne et Trifonov de toutes les œuvres de l'album telles qu'elles ont été capturées en direct à la Philharmonie de Berlin en janvier 2019. Le récital acclamé des artistes sera diffusé sur DG Stage le 24 juin 2022.

Matthias Goerne · Daniil Trifonov – Lieder comprend Dichterliebe de Schumann (1840), un cycle de seize mélodies écrites l'année du mariage du compositeur, et Michelangelo-Lieder de Wolf (1897), trois réflexions profondes sur la nature du temps, de la mortalité et de l'amour écrites quelques mois avant la descente finale de Wolf dans la folie. Goerne et Trifonov débutent avec Vier Gesänge op. 2, quatre évocations brèves mais enchanteresses du sommeil et de l'univers infini des rêves. Leur voyage dans la métaphysique de l'être comprend également trois chansons de la Suite de Chostakovitch sur des vers de Michel-Ange Buonarroti (1974), achevée un peu plus d'un an avant la mort du compositeur soviétique. L'album se conclut par Vier ernste Gesänge (1896) de Brahms, la dernière de ses œuvres publiées de son vivant, dans laquelle la mort prend sa place inévitable dans l'ordre naturel des choses. Les paroles prophétiques du cycle de chants, associées à une musique de réconfort, sont tirées de textes bibliques, dont le Livre de l'Ecclésiaste.

Depuis le début de sa carrière au début des années 1990, Goerne a travaillé avec plusieurs des plus grands pianistes du monde, dont Christoph Eschenbach, Alfred Brendel, Elisabeth Leonskaja et Leif Ove Andsnes. Il a accepté volontiers une invitation à enregistrer des monuments du répertoire de Lieder avec trois des jeunes pianistes exceptionnels de Deutsche Grammophon. Le premier de sa série d'enregistrements, un album de Beethoven Lieder et de chansons avec Jan Lisiecki (mars 2020), a reçu les prix Diapason d'Or et Edison Klassiek. Il a été suivi en avril 2021 par Im Abendrot (« At Sunset »), une anthologie de Lieder de Wagner, Pfitzner et Richard Strauss enregistrée avec Seong-Jin Cho. Im Abendrot a été choisi par le magazine australien Limelight comme son enregistrement vocal de l'année 2021.

Ce troisième et dernier album voit Goerne créer un autre partenariat en duo étonnant, avec le pianiste russe Daniil Trifonov répondant à chaque nuance émotionnelle de leurs œuvres choisies. « Dès le premier moment où nous avons travaillé ensemble, j'ai été enthousiasmé par l'approche sérieuse de Daniil – jusque dans les moindres détails – et par la réflexion qui nourrit sa sensibilité poétique », commente le baryton. "C'était fascinant d'être témoin de l'infinité, de la maturité et de la compréhension qu'il a apportées à ces chansons."

Le partenariat intuitif et intense des deux artistes dans ce répertoire s'est forgé à l'origine lors de récitals donnés au Festival de Salzbourg 2017, à Die Glocke à Brême et au Carnegie Hall de New York. Passant en revue le récital de Brême, Der Spiegel a félicité leur performance pour sa «symbiose complète du piano et de la voix». La « stature vocale puissante » de Goerne, concluait-il, « fournissait une contrepartie puissante à l'élégance polyvalente de Trifonov. Cette grande occasion a vu deux individualistes forts interagir avec une étrange unanimité.

Coïncidant avec la sortie de Matthias Goerne · Daniil Trifonov – Lieder, le duo s'apprête à rejouer le programme complet au Concertgebouw d'Amsterdam (9 juin), au Klavier-Festival Ruhr à Wuppertal (11 juin), à la Laeiszhalle de Hambourg (13 juin ) et la Philharmonie de Paris (15 juin).

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam