Publicité

La Route des Airs prépare l'album Racines

Maxime Lopes Par Le mercredi, 26 janvier 2022 à 15:28 0

Dans Culturel

Originaires de la région nantaise, La Route des Airs est un groupe d'amis qui prépare l'album Racines avec le soutien des internautes.

La route des Airs

Qui se cache derrière La Route des Airs et comment le groupe s'est-il formé ?
La Route des Airs est un groupe originaire de la région nantaise, composé de 5 copains passionnés de chanson française.
Richard Larignon, guitariste et chanteur, a créé ce projet en 2008, accompagné seulement d’une clarinettiste. Puis, de fil en aiguille, ou plutôt de rencontres en rencontres, le groupe s’est agrandi et s’est professionnalisé pour donner la formation d’aujourd’hui :
Richard Larignon (Guitare, Chant Lead)
Florent Jolly (Guitare, Accordéon, Chant)
Didier Lenoir (Saxophones et Clarinettes)
Mathieu Nielassoff (Percussions)
Luc-Antoine Duret (Contrebasse, Chant)

Pouvez-vous nous présenter votre album Racines et son univers ?
Pour ce nouvel album, nous avons voulu revenir à nos sources et créer un fil conducteur, qui en est donc devenu le titre : « Racines ». Nous avons abordé ce thème sous différents angles, de l'enfance jusqu'à notre environnement naturel et social, reliant ainsi les huit titres de cet opus autour de chansons énergiques, délicates et sincères. Un vrai retour à l’essentiel !

Quelles sont vos sources d'inspirations et comment composez-vous ?
Pour les textes, nous puisons nos inspirations en observant ce qu’il se passe autour de nous. Les différents confinements nous ont bien aidé à cette introspection, même si nous n’avons pas voulu aborder ce sujet sur notre album. Nous essayons de raconter des histoires et de toucher le public avec des sujets qui nous parlent à tous.
Niveau musique, nous nous inspirons de grands chanteurs tel que Brassens ou Renaud, mais aussi de la scène francophone actuelle : Les Ogres de Barback, Gauvain Sers, La Rue Kétanou, Tryo, Les Cowboys Fringants, etc.
Côté composition, certains d’entre nous proposent des textes avec une base musicale, et nous travaillons ensuite tous ensemble pour créer les arrangements.
Nous avons aussi été accompagnés par un arrangeur, Fabrice Chaussé, qui se trouve être l’ancien contrebassiste du groupe. Cela nous a beaucoup aidé sachant qu’il connaissait bien notre musique. Il nous a d’ailleurs proposé quelques-unes de ses compositions pour l’album, puisqu’il est également auteur-compositeur !

Certains de vos titres évoquent l'environnement. En quoi est-ce important de parler de ce thème ?
L’environnement fait partie de nos thèmes de réflexion. Nous avions déjà évoqué le sujet dans notre précédent album, au travers de la chanson « Que Faisons-nous ? ». Dans « Racines », Nous n’avons pas du tout abordé ce thème avec un côté moralisateur, mais plutôt avec un côté descriptif et objectif de notre environnement naturel. Cela nous concerne tous et c’est important d’en parler pour prendre conscience de ce qui nous entoure.

Qu'appréciez-vous dans la chanson française et en quoi est-ce important de chanter dans cette langue ?
Le français est une langue très riche en vocabulaire. Nous pouvons parler d’une même chose de tellement de manières différentes que c’est toujours intéressant de rechercher le bon mot, la bonne phrase ou métaphore, la bonne rime pour rendre un texte agréable à écouter. Brassens savait manier cela à la perfection et c’est pour cela que c’en est devenu une si grande inspiration aujourd’hui.
Et puis, nous ne savons pas chanter en anglais alors nous n’avons pas trop le choix ! *Rires*

Quels sont vos choix sur le plan instrumental ?
Sur le plan instrumental, nous avons toujours défendu le côté acoustique de notre groupe. Nous ne surproduisons pas nos albums comme ce qui peut se faire aujourd’hui, nous y reproduisons juste ce que nous faisons en concert. Cela est important pour nous car nous sommes un groupe de scène avant tout ! L’album a donc été composé avec un cajon et autres percussions, une contrebasse, des guitares acoustiques et électriques, un accordéon, des clarinettes et saxophones.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
Nous avons enregistré nos chansons au studio Brown Bear Recording, chez notre ami Arthur Lauth, qui avait déjà enregistré notre précédent album et qui connaissait donc bien notre son. Il est également de très bon conseil et c’est très agréable de travailler avec lui. Nous y avons passé une vingtaine de jours, entrecoupés de pauses, entre Juin et Novembre 2021.
Sur un titre de l’album, nous avons invité Gabriel Saglio, un artiste de la région dont nous apprécions tout particulièrement la musique. Il y chante en duo avec Richard et y joue de la clarinette également.

Parlez nous du single Jardin d'enfance et de son clip...
Jardin d’Enfance est une chanson sur la nostalgie que nous pouvons avoir lorsque nous repensons à nos premières années. Nous sommes tous, quelque part, à la recherche de l’insouciance de cette époque, loin de nos soucis actuels, et c’est ce que nous souhaitions évoquer à travers ce texte.
Pour réaliser le clip, nous nous sommes entourés d’Océane Pesset (réalisation et montage) et d’Edouard Raynaud (captation vidéo). Ensemble, nous avons pensé à un scénario simple : nous apparaissons en train de jouer dans différents lieux évoquant l’enfance ou faisant référence au texte. Nous avons tourné notamment dans une classe et une cour d’école, où nous avions dessiné une fresque au sol, pour finir le clip. Celui-ci a été plutôt bien accueilli par le public et nous n’avons eu que de bons retours !

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Depuis le début du groupe, nous sommes en quasi total auto-production. Pour cet album, nous arrivons à couvrir la moitié du budget avec l’argent de nos concerts et nos investissements personnels. Nous sommes également accompagné par une production « Rock with you » avec qui nous travaillons depuis quelques années et qui nous aide financièrement, mais cela est loin de couvrir tous les frais. Un album coûte très cher à produire : cela se chiffre en plusieurs dizaines de milliers d’euro, en comptant la production de l’objet lui-même, mais aussi toute la communication autour pour pouvoir le faire vivre par la suite.
C’est pour cela que nous avons besoin de notre public pour nous accompagner dans cette aventure. Le soutien de nos fans est très important pour nous, sans quoi notre album ne pourrait peut-être ne jamais prendre « Racines »... Nous savons très bien que nous n’existerions pas sans eux et nous leur devons beaucoup. Nous essayons donc de donner et de transmettre au maximum lors de nos concerts, pour les remercier.

Que souhaitez-vous apporter au public avec l'album Racines ?
En premier lieu, nous faisons de la musique pour raconter des histoires, divertir et donner, si possible, une petite bouffée d’air à notre public. Maintenant, si nous pouvons apporter une petite prise de conscience de ce qui nous entoure, et sur ce qui est vraiment important dans notre monde actuel, ce serait une petite victoire pour nous. Et peut-être qu’au travers de notre musique, nos auditeurs laisseront divaguer leur imagination à la rencontre de leurs propres racines, qui sait ?

Avez-vous un souvenir de concert à nous raconter ?
Je pense que l’un de nos meilleurs souvenirs est notre concert au festival de Poupet. Nous avions gagné le tremplin pour jouer en première partie de soirée, juste avant The Inspector Cluzo et Manu Chao ! C’était l’une de nos premières grosses scènes, cela nous impressionnait un peu. Mais L’équipe du festival était vraiment très accueillante, et nous avons même pu partager un boeuf musical avec Manu Chao en fin de soirée. L’expérience était vraiment chouette !

Espérez-vous pouvoir repartir en tournée ?
Après 2 ans de flou total dans le monde de la culture, nous ne sommes toujours sûrs de rien. Mais nous croisons les doigts pour pouvoir faire plus de concerts que l’année dernière, qui était assez pauvre en évènements. Nous commençons d’ailleurs à avoir des dates de programmées pour l’été, et même si cela reste encore timide pour le moment, nous gardons espoir !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Pour ceux qui ne nous connaissent pas encore, venez nous découvrir sur notre site ou sur votre plateforme numérique préférée.
Et si vous aimez notre musique, n’hésitez pas à soutenir notre projet d’album sur notre page Ulule, jusqu’au 29 Février.
Nous avons besoin de vous !
Merci et à bientôt sur La Route !

Merci à La route des airs d'avoir répondu à notre interview !

La Route des Airs - Jardin d'Enfance [CLIP OFFICIEL]

Musique interview Crowdfunding

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam