Publicité

La bande dessinée Une légende d'Oléron

Maxime Lopes Par Le mardi, 04 janvier 2022 à 14:00 0

Dans Culturel

Une légende d'Oléron est une bande dessinée régionale qui dépoussière une vieille légende du Poitou Charente.

BD Une légende d'Oléron

D'où vient votre passion pour l'écriture ?
Question complexe, je vais tenté de vous répondre de manière exhaustive.
J'ai avant toute chose développé la passion de raconter des histoires : étant père de quatre enfants (qui sont bien trop grands maintenant), il fallait occuper les longs voyages en voiture pour les vacances entre deux "quand est-ce qu'on arrive Papa..."
J'ai essayé de leur apprendre le calcul mental pendant ces voyages mais ils n'étaient pas trop partant. Alors je me suis mis à improviser des histoires que je leur racontais pour occuper et gagner quelques minutes au cours du trajet. On alternait aussi avec des devinettes, je gagnais encore plus de temps pendant qu'ils réfléchissaient.
Le soir sous la tente, quand le sommeil tardait à venir, il m'arrivait aussi de leur raconter des histoires qui étaient bien plus longues, construites et détaillées car je ne devais pas surveiller en même temps la route.
Et puis un jour, naturellement, je me suis imaginé fixer sur papier ces histoires éphémères qui ne duraient que le temps de les imaginer et de les conter. Et j'ai ressenti un bien être immense. Et ça devenait presque pour moi une psychanalyse surtout dans les moments difficiles de mon existence...
Au lieu de raconter ma vie à un inconnu, j'écrivais celle de personnages imaginaires à qui je faisais vivre des choses horribles. C'était ma façon à moi de projeter mes peines, mes doutes, mes desespoirs sur des personnages pour qu'ils souffrent à ma place.
Jusqu'à ce que j'écrive une nouvelle au cours de laquelle, le héros qui était écrivain, comprenait que l'imagination créait réellement un monde parallère dans lequel ses personnages existaient réellement. Je n'ai pas pu finir cette nouvelle... C'est bête, je ne saurais jamais la fin.
A partir de là, mes écrits (que pratiquement personne n'a lu, ce n'était pas le but recherché) n'étaient plus aussi noirs et traumatisants pour mes héros... Je repensais à ma nouvelle inachevée.
Et puis arrive une rencontre avec un dessinateur de Bédé qui est devenu mon ami. Et là, il m'a dit "pourquoi pas ?"
Je n'y croyais pas, je savais que le parcours était très compliqué pour se faire éditer. Mais le plaisir d'écrire était toujours encré en moi.
Je me suis donc mis à écrire des histoires mais en imaginant en plus, le découpage des pages, le storyboard. Je me suis essayé dans beaucoup de domaines : comics, humour, récits fantastiques, récits historiques, histoires pour enfants et aussi... légendes.

Pouvez-vous nous présenter la BD Une légende d'Oléron ?
Il s'agit d'une histoire d'amour dans un contexte fantastique. Une histoire d'amour comme j'aurai aimer en vivre. Elle se déroule sur les terres de cette merveilleuse île qu'est l'Ile d'Oléron.
Le contexte fantastique complique un peu les choses pour nos héros, il faut bien l'avouer mais chaque histoire d'amour porte en elle une malédiction... non ?

Pourquoi avoir voulu revenir sur une vieille légende du Poitou Charente : le monstre Galipote ?
Cette légende est passionnante, infinie et permet d'en faire de multiple déclinaisons. Je prends quelques libertés d'ailleurs mais c'est ce qui m'intéresse dans les légendes. Qui peut prétendre connaître la réalité d'une légende ?
L'idée de faire évoluer un loup garou sur les plages d'Oléron me fascinait. D'autant plus que cette louve, en l'occurence, bien jolie et bien sympathique, vit avec sa malédiction sans pour autant faire du mal aux autres. Pour des raisons scénaristiques, elle n'est pas obligée de sauter sur le dos des hommes pour parcourrir les lieux. On n'en reparlera peut-être un peu plus tard.
Et sa malédiction est quelque part, merveilleusement écologiste et naturiste, dans l'air du temps, paradoxalement : courir nu de nuit sur les plages et dans la forêt est tellement attirant... Une sorte de bain de minuit terrestre.

Que peut-on savoir du personnage principal, Océane, et de sa relation avec le journaliste Jérôme ?
Océane porte le nom que j'aurai aimé donner à ma 2ème fille !
Plus sérieusement, Océane est guide touristique dans l'Île mais surtout une passionnée d'Oléron. Elle n'est pas attirée par le continent, par ses lumières, par ses artifices. Sa malédiction est en fait sa raison de vivre : la communion avec la nature, le retour à la liberté. Elle ne s'en rendra compte que très tardivement.
Jérome lui est journaliste, comme ma première fille qui s'appelle Marine, et à cause de laquelle je n'ai pas pu appeler ma 2ème fille Océane. Vous me suivez ? Marine.. Océane... ma femme a trouvé que c'était trop...
Jérome est donc journaliste, mais à ma manière, c'est à dire qu'il a soif d'apprendre et de transmettre. Il est en visite sur l'ïle pour découvrir les métiers de saulniers, d'ostréiculteurs et tout ce que son aventure lui permettra de découvrir (le phytoplancton lumineux, les bains de minuit, etc...). Et au final, il va découvrir et transmettre ce qu'il ne venait pas chercher : l'Amour.
Les deux personnages se trouvent par hasard mais en fait, ils sont deux moitiés perdues d'un tout qui se retrouvent et s'unissent. Ils ont de la chance...

Quels lieux seront mis en avant dans Une légende d'Oléron et qu'est ce qui vous a intéressé de mettre en avant ce coin de France ?
Pour coller un peu à la légende, la louve Océane va s'approcher de sept très belles églises de l'Ile. Mais on découvrira plus précisement le port des salines du Grand Village et le métier de Saulniers, le port de la Cotinière pour un diner romantique, le port du Chateau d'Oléron dans le contexte ostréicole ainsi que le pont des rèves (un concept que j'adore), une très belle scène devrait aussi se dérouler dans les arènes de Saintes, un lieu que je trouve magique.
Il y aura aussi les grandes étendues sauvages, les plages, les dunes, les bois...
Il y aura enfin des petits visuels sur le phare de Chassiron, le fort Boyard et le train de Gatseau...
D'ailleurs, avant les premières planches de la Bédé, une page desinnera l'île avec tous les lieux touristiques visités par le lecteur. Cela permettra au touriste de passage de s'y retrouver et pour les oléronnais de coeur, de savoir là où ils vont être portés.
Je suis amoureux de cette Île. Elle est ma source de vie. J'y retourne dès que je peux pour y retrouver des forces. Je l'ai présentée au reste de l'équipe de la Bédé et ces moments de communion resteront gravés à jamais dans mon esprit et mon coeur.

Comment sont travaillés les dessins ?
À partir de photos prises sur place et de la visite que j'ai effectué avec mes compagnons d'aventure. Après, le dessinateur revisite les lieux en fonction de son trait. Mais on devrait reconnaître les lieux sans souci.
Et notre coloriste s'est inspirée de la lumière sur place pour faire ses couleurs, magiques...

Que souhaitez-vous apporter aux lecteurs avec votre livre ?
Du plaisir...
le plaisir de lire une bande dessinée dont l'histoire j'espère est passionnante,
le plaisir d'apprendre : les marais salants, l'ostreiculture, etc... et d'aller se renseigner pour compléter sa connaissance
le plaisir de retrouver des lieux existants dans une bande dessinée
le plaisir de découvrir une légende locale
le plaisir d'avoir un souvenir pour le touriste qui aura passé quelques jours sur Oléron.
Et pour une lectrice en particulier, le plaisir de voir une histoire de son papa transformée en bande dessinée...
et pleins d'autres plaisirs encore.

Qu'est-ce qui vous a intéressé de faire un financement participatif ?
Dans la mesure où l'intégralité du financement est prise à ma charge (paiement du dessinateur, de la coloriste, des impressions et de la distribution), un apport financier n'est pas négligeable.
Mais en contrepartie, comme il est de mise avec ce genre de financement, au delà des compensations traditionnelles, je trouve que certaines sont très originales et peuvent trouver leur public : le possibilité d'apparaitre comme figurant est très amusante et peux faire un très beau cadeau, le making-of pour les passionnés de Bédé peut leur apprendre des choses sur la conception de ce genre d'ouvrage, l'atelier cuisine permet de découvrir des plats locaux, l'atelier peinture permet de repartir avec un tableau original créé soit même sur une planche de bois flotté...
Quels sont vos choix sur l'impression du livre ?
Nous avons décidé de faire une impression de qualité, avec une couverture rigide, pour que dans la vitrine des libraires, notre oeuvre n'ait pas à rougir des productions professionnelles industrielles.

Une indiscrétion à nous donner sur Une légende d'Oléron ?
Une galipote doit couvrir les nuits de lune noire, sept paroisses. Moi, j'ai été gentil avec Océane, je ne lui demande que de se rendre au pied de sept églises d'Oléron.
Oléron représente qu'une seule paroisse en fait... mais comme je vous ai dit précédemment, j'ai fait quelques entorces avec la "vraie" légende pour mes choix scénaristiques...
Et dernière indiscrétion, j'espère que dans un monde parallèle, Jérome existe, il a beaucoup de chance...

Des séances dédicaces sont-elles prévues et présenterez-vous votre livre en salons littéraires ?
Des séances sont envisagées, mais sans vouloir être le pessimiste de l'histoire (même si je le suis dans les faits), le projet n'est pas encore gagné. Disons que si tout se passe bien, nous pourrons envisager de faire des dédicaces dans les librairies partenaires et/ou les marchés de nuit sur l'Île.
En ce qui concerne les salons littéraires, je ne pense pas.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Merci à ceux qui ont toujours cru en ce projet et merci à celle qui l'a fait revivre par son enthousiasme...

Merci aux auteurs d'Une légende d'Oléron d'avoir répondu à notre interview !

Une légende d'Oléron : Ulule

interview Livres Crowdfunding

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam