Publicité

L'Oreille fougueuse de la voisine présente l'album Du soir au matin

Après la sortie de leur album Du soir au matin, L’Oreille fougueuse de la voisine dévoile le clip Comme il me plaira.

L'oreille fougueuse de la voisine

Qui se cache derrière L'Oreille fougueuse de la voisine et pourquoi avoir choisi ce nom ?
Un trio : Il y a Manon Gilbert qui est interprète, compositrice, pianiste et multi-instrumentiste. Il y a Aldo Gilbert qui est compositeur, saxophoniste, flûtiste, multi-instrumentiste et interprète. Et il y a moi, Philippe Patois, qui suis l’auteur des textes puis également interprète, compositeur et guitariste.
L’univers du groupe est imprégné du lien fort que nous entretenons tous les trois avec le théâtre. Manon et moi sommes comédiens et Aldo joue et compose pour le théâtre.
Le nom du groupe ? C'est à cause d'un chat, tout ça... le chat de la troisième chanson de l'album,Toits, qui raconte sa fugue. On suit son départ, son regard qui s'immisce à travers les fenêtres des gens... et la dernière chose qu'il voit, c'est... "L'oreille fougueuse de la voisine" qui se redresse au son d'un violoncelle. C'est un chat qui a choisi le nom du groupe! ;)   

Pouvez-vous nous présenter l'album Du soir au matin et son univers ?
L'album est l'invitation à une errance nocturne, tendre et mélancolique au cœur d'une ville moderne, à la rencontre de confidences intimes et poétiques. Les mots fusent et se mêlent avec une certaine malice sur des mélodies douces et des sons éclectiques tantôt urbains tantôt oniriques. On rencontrera une multitude de sons et d’instruments contribuant à l’atmosphère assez douce de l’album. Lui conférant des couleurs aux reflets Felliniens ou proches du monde de l’enfance. Teintes qui se mélangent avec les sons bruts de la ville disséminés par petites touches.                                                                               Certains titres sont chantés. D’autres sont parlé-chantés ou même susurrés. Au fil des histoires racontées, plusieurs voix se passent le relai.

Comment composez-vous ensemble pour créer un titre ?
Pour réaliser l'album, On a décidé de ne rien décider au départ. On a crée librement, sans choix préétabli qui cadre notre inspiration.
Nous sommes partis des textes que j'avais amassés. Rien n'était figé et chacun avait la liberté de venir avec une proposition musicale sur un texte de son choix. Ensuite, tout le monde se mettait au service de la proposition pour enrichir la compo.

Quelle importance accordez-vous à l'écriture des paroles de vos textes ?
Grande forcément, puisque c’était la matière première du projet. Et si l'album rassemble des morceaux assez différents musicalement les uns des autres, ils sont tous reliés par l’écriture : des textes poétiques contemporains.
Par moment, on croisera des chansons à texte sous forme de couplets-refrains. Par moment, des « textes à chanson » sous forme de poèmes flirtant avec le rap et le slam.

Quels ont été vos choix sur la partie instrumentale ?
L’Oreille fougueuse de la voisine a assuré la réalisation, les arrangements, le mixage, l’interprétation et la musique (Claviers, flûte, guitares, banjo, basse, mélodica, orgue, percussions, pianet, saxophone, scie musicale, synthétiseur microkorg, ukulélé électrique, sound design, programmations).
Le groupe a eu le plaisir d’inviter des musiciens qui sont venus enrichir certains morceaux : Clarisse Catarino à l’accordéon, Chadi Chouman à la guitare acoustique, Thierry Garcia à la guitare électrique, Florence Hennequin au violoncelle, David Lesprit à  la clarinette, Jeff Quellec au soubassophone et Soheil Tabrizi-Zadeh à la trompette.

Selon vous, que doit apporter la musique ?
Que ce soit pour la musique ou l’interprétation, notre état d’esprit n’est pas de chercher la performance. Nous privilégions l’aspect intime, l’incarnation et l’émotion. Notre objectif étant de faire ressortir les images nichées dans la musique ou dans les mots. La musique est la meilleure compagne des mots. Dans Au creux de tes riens par exemple, le violoncelle à la fin du morceau poursuit l'histoire, nous laisse imaginer la course contre le temps des personnages évoqués.

 Quelle était l'ambiance lors des enregistrements ?
On avait tendance à vouloir optimiser le temps des séances ensemble. Heureusement, lorsque des musiciens invités venaient, ils nous faisaient réaliser que c’est pas mal de faire des petites pauses par moment ;)

 Parlez-nous du titre Comme il me plaira et de son clip...
« En manque de théâtre » pourrait être le sous-titre de cette chanson. D'où le clin d'œil à la pièce Comme il vous plaira de Shakespeare et d’où le champ lexical de l’addiction. Une personne dont le métier et la passion sont à l’arrêt. Et en parallèle, le vide (tout aussi dur à vivre) pour les gens privés du plaisir simple d’aller au théâtre pour ressentir des émotions et partager un moment "humain". Cette chanson parle de ce vertige quand quelque chose d'essentiel pour l'âme vient à manquer. Je trouve que la musique de Manon et Aldo sur ce morceau apporte une fraîcheur entraînante et l'interprétation délicate de Manon met en avant l'aspect en équilibre, sur un fil ... 
En fait, on a très vite pensé qu'un clip de ce morceau pouvait être chouette et on avait déjà une matière bien fournie: chacun de nous avait des idées, envies, images précises, j'avais même écrit plusieurs synopsis possibles. Et puis, on s'était accordés tous les trois sur une trame et un univers communs. Finalement, pris par d'autres chantiers, on a laissé de côté le projet
Et là, récemment, l'idée du clip me revenait quotidiennement de par cette résonance troublante avec l'actualité. Et ce "un vaccin qui s'agrippe quand le monde part en vrac" écrit il y a longtemps...
J'en ai parlé à Manon et Aldo qui ont tout de suite été partants. Très vite, en cherchant des pistes, Manon nous a montré le travail de Thomas Finas qui est l'ami d'un ami de son ami ;) On a trouvé que ce type de performance avec le dessin, collait parfaitement pour la poésie simple, un peu "naïve", dont on avait envie. On a puisé dans la matière dont on disposait pour affiner notre trame, on savait précisément ce qu'on voulait. On a laissé le talent de Thomas s'exprimer et on est très heureux du résultat.

Qu'en a pensé L'Oreille fougueuse de votre voisine (la vraie) concernant votre album ?
Haha ! La question piège... Notre album lui plait beaucoup et elle nous a même offert son regard fougueux, figure-toi, pour la relecture du livret... Elle est correctrice de métier et fait partie des "Oreilles rapprochées" remerciées en dernière page.

Peut-on en savoir plus sur l'artwork de l'album Du soir au matin ?
C'est l'artiste Stéphane Humbert-Basset qui a assuré la création graphique et les illustrations de notre album. Il a eu cette idée lumineuse pour la pochette : utiliser une gravure de Martin Lewis, un artiste australien connu pour ses travaux représentant la vie nocturne new-yorkaise de l'entre deux guerres. Cette gravure est incroyable. Il faut la voir en grand ! (format 33 T) Perso, je peux rêver des heures durant devant... à imaginer ce qu'il se passe derrière ces fenêtres éclairées... Tiens, tel personnage de telle chanson aurait-il pu habiter au deuxième ?... Et la poésie simple du linge séchant sur les fils électriques... C'est d'autant plus surprenant car c'est une référence involontaire à la chanson Les saisons du désordre. En tous cas, la plupart des amis qui ont le disque chez eux, l'ont exposé :) Manon, Aldo et moi, sommes plus que ravis du travail de Stéphane. On voulait un bel objet qui accompagne l'errance nocturne et que les gens puissent écouter le disque en regardant la pochette, en lisant les textes. On rêvait d'un objet poétique à entendre, à lire, à voir et à toucher. Et le travail effectué par Stéphane nous a comblé.  

Qu'appréciez-vous dans le vinyle pour proposer l'album dans ce format ?
Alors, l'album que l'on présente, ce n'est pas seulement un vinyle : c'est un objet hybride 3 en 1 qui comprend 1 Vinyle+ 1 CD+ 1 Livret. C'était très important pour nous de proposer ce coffret aux gens : un support palpable avec les textes, des illustrations et le vinyle que l'on adore (pour répondre à ta question) pour le son particulier et le charme visuel, tactile et historique qu'il dégage mais aussi le CD pour ceux pour qui c'est plus simple et qui préfèrent ce format. Il y’en a pour tous les goûts et tous les astres : le CD en forme de soleil couchant du soir et le vinyle en forme de lune du matin qui s'éclipse...

Une indiscrétion à nous donner sur l'album Du soir au matin ?
Tous les sons d’ambiance de la chanson Gare d’Austerlitz, nous les avons nous même enregistré, Manon et moi, en nous rendant en gare. On a tout dérushé ensuite avec Aldo et sélectionné ce qui nous intéressait : des annonces, des dialogues de voyageurs un peu à la Jacques Tati et les parties de piano jouées en live par Manon!

 Deux titres ont été sélectionnés pour être diffusés en radio. En quoi est-ce important ?
Le fait d’avoir un titre (Comme il me plaira) qui est choisi pour figurer dans des playlists alors que l’album vient juste de sortir, c’est déjà énorme. Ensuite, que ce titre soit sélectionné pour être diffusé à la radio, c’est une joie encore plus grande pour nous.
On a consacré plusieurs années de notre vie à l’élaboration de cet album alors c’est un honneur incroyable d'être diffusés si vite sur les ondes... et dans la foulée, un deuxième titre (Ma belle) !! … C’est juste fabuleux de figurer deux fois parmi les nouveautés de FIP. On ne remerciera jamais assez cette radio pour ce cadeau.

 Etes-vous du genre à jouer de la musique du soir au matin en concert et ne vous manquent-ils pas ?
A vrai dire, on a la sensation d’être coupés dans un élan. On s’était lancés dans une adaptation sur scène du disque, tous les trois. On a quand même eu la chance de pouvoir assurer deux sets de concert de sortie d’album au Walrus (un bar disquaire fantastique auquel on pense très fort en ces temps compliqués pour Julie et Caroline qui tiennent l’endroit avec tellement de passion et de professionnalisme...).
Les autres sets prévus ont dû être annulés.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Pensées émues cette semaine pour Monsieur Jean-Pierre Bacri et pour ses proches. Les artistes qui comme lui et Agnès Jaoui, tirent l’être humain vers le haut avec talent, humour et intelligence sont pour longtemps marquants et peuvent devenir d'un coup, manquant...

Merci à L'Oreille fougueuse de la voisine d'avoir répondu à nos questions !
Suivez leur actualité sur Facebook.

Comme il me plaira - L'Oreille fougueuse de la voisine

Musique interview

Singuila : le clip Les Gars annonce un album Singuila : le clip Les Gars annonce un album
Découvrez le dernier clip de Singuila : Les Gars. Dans ce titre, il se positionne en avocat d...
  La saga Resident Evil se poursuit avec Resident Evil Village
Capcom livre le plein d’informations sur sa saga Resident Evil qui fête ses 25 bougies, ...
La saga Resident Evil se poursuit avec Resident Evil Village

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire