Publicité

L'EP éponyme de Springbok

Maxime Lopes Par Le dimanche, 03 octobre 2021 à 15:30 0

Dans Culturel

Le premier EP du quartet Springbok est désormais disponible.

Springbok

Entretien avec Matthieu Marthouret

Qui se cache derrière le groupe Springbok et pourquoi avoir choisi ce nom ?
Springbok est un quartet pensé comme la continuité artistique directe de mon projet BounceTrio que j’ai mené entre 2014 et 2018 (2 albums et 1 EP enregistrés).
J’ai décidé de changer le nom de groupe en même tant que le changement de line-up et je cherchais un nom en lien avec le concept de “bounce”.
Bounce faisait référence au “rebond musical” caractéristique du jazz en général et de ce que l’on appelle aussi le swing en particulier, mais aussi à la capacité de rebond de l’être humain dans les situations difficiles, en d’autres termes le concept de résilience...
Dans Springbok il y a le mot “spring” qui a des significations multiples (“ressort”, “printemps”, “source”, “bond”...) et de proche en proche je suis tombé sur Springbok qui signifie aussi gazelle en anglais. J’ai trouvé l’idée intéressante car la gazelle est un animal qui court vite et loin et qui sait s'adapter à un milieu naturel hostile, échapper peuplé de nombreux prédateurs.
Ce nouveau projet Springbok a d’ailleurs pris forme suite à une période difficile (la disparition soudaine d’un proche) et juste avant les crises successives sociales et sanitaires que nous subisson depuis 2019 (le mouvement des gilets jaune puis la crise sanitaire...).

Pouvez-vous nous présenter votre EP éponyme ?
Cet EP ou “mini-album” a été enregistré pendant le second confinement de 2020, une période où les supports vidéos étaient un des seuls adaptés aux contraintes du moment.
Enregistrer ces titres nous a permis de nous donner une échéance et de concrétiser ce projet qui mûrissait depuis plusieurs mois.
Cet EP au format numérique regroupe quatre titres que nous avons enregistrés en novembre 2020. C’était une étape importante pour le quartet qui se retrouvait pour la première fois en studio.
Nous avons tiré de cette séance également trois captations vidéo disponibles sur YouTube (chaines label et artiste).

Quelles ont été vos sources d'inspirations ?
Les sources d’inspiration sont diverses et variées et surtout collectives avec une recherche de groupe lors de l’élaboration des arrangements.
Pour ma part j’ai beaucoup écouté dans mes “jeunes années” le jazz des années 50-60 appelé “hard-bop,“ ou “post-bop” et j’y reviens régulièrement avec toujours autant de plaisir.
Ensuite je me suis intéressé au jazz moderne et contemporain des années 90-2000 pour effectuer des va-et-vient vers toutes les périodes du jazz.
Stylistiquement, s'il faut à tout prix mettre une étiquette, je dirais que l’on joue du jazz “contemporain” dans le sens où notre musique est le fruit d’influences multiples allant des prémices du jazz jusqu’à aujourd’hui. Mais surtout, je pense (et j’espère) que nous jouons une musique, sincère, originale et "fraîche" susceptible de plaire autant au mélomane averti qu’à l’auditeur novice.

Comment avez-vous travaillé ensemble sur ce projet et qui décide de quoi ?
Je propose en général des compositions abouties écrites spécialement ou adaptées pour ce projet sous forme de partitions simplifiées au format “lead sheet” et laissant beaucoup de place à l’interprétation. Nous travaillons ensuite collectivement les structures en répétition et au fil des concerts.
J’apporte ensuite des modifications pour les adapter au mieux aux personnalités des musiciens du projet et en proposer un arrangement sur mesure pour le quartet.
Pour mon projet précédent Bounce Trio, le répertoire était constitué au 2/3 de compositions originales et d’un tiers de reprises et d’adaptations provenant de tout horizon (pop, rock, classique..) que nous interprétions avec une très grande liberté.
Pour mon projet Organ Quartet nous jouions exclusivement des compositions, c’est donc un peu un retour aux sources que de proposer à nouveau un répertoire 100% original.

Quels ont été vos choix sur le plan instrumental ?
Comme indiqué plus haut, Springbok est la continuité de Bounce Trio : une formule orgue / batterie / saxophone augmentée d’un trompettiste : Julien Alour.
Ma première formation en leader était un quartet avec orgue / guitare / batterie / saxophone (Organ Quartet, 2 albums publiés) j’ai ensuite pensé Bounce Trio autour d’une formule réduite en trio saxophone/ batterie/ orgue.
Avec Springbok je reviens à une formule en quartet que j’apprécie particulièrement, qui regroupe ici le tandem historique saxophone/ trompette et permet un travail d’écriture et d’arrangement particulièrement intéressant..
Cette instrumentation n’est pas si commune et apporte immanquablement une forte connotation “bebop /hard bop” mais elle est surtout le fruit d’une envie sincère, la trompette et le saxophone étant deux instruments que j’apprécie particulièrement avec lesquels j’ai eu l’occasion de jouer dans plusieurs formations par le passé.

On dit que le springbok est doté d'une grande agilité. Est-ce le cas pour vous lorsque vous jouez ou composez ?
La comparaison est intéressante mais ce serait un peu prétentieux de dire que je compose ou je joue aussi facilement qu’une gazelle évoluant dans la savane !
Ce qui est sûr, c’est qu’au fil des ans, je pense avoir progressé aussi bien en tant qu’instrumentiste, improvisateur ou compositeur grâce à un travail constant et une démarche de recherche et de remise en question permanente.
Pour ce qui est de la composition par exemple, le fait de m’imposer une certaine routine de travail en composant et en analysant des œuvres d’autres musiciens me permet d’accéder à des périodes particulièrement créatives où les idées semblent venir naturellement, me permettant d'écrire de composer plus spontanément et rapidement.

Parlez-nous du titre Hymn...
Hymn est une composition inspirée par le blues et le gospel et qui évoque la disparition d’un proche. Ce titre fait donc une fois encore référence au concept de résilience qui peut être traduit en musique par une sorte de “mélancolie joyeuse”, propre à des musiques comme le blues, la maloya ou le fado. Une illustration de notre capacité de résilience face à des épreuves qui nous affaiblissent ou génèrent temporairement une grande souffrance pour nous rendre plus fort sur le long terme.

Pourquoi avoir choisi de tourner une vidéo à 360° pour ce titre ?
Le titre Hymn capté en studio au format 360° était une proposition de notre vidéaste Dimitri Louis.
Il nous restait un peu de temps de studio et Dimitri nous a proposé de faire une prise supplémentaire afin d’expérimenter ce nouveau format. Cette captation au format inhabituel vient donc parfaitement compléter les deux vidéos enregistrées le même jour.
N.B : la  prise de la version vidéo diffère de la version présente sur l’EP.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
Pour enregistrer ces titres, nous avons opté pour une configuration se rapprochant des conditions scéniques et du live, favorisant la proximité et la spontanéité : les quatre musiciens jouant sans casques, dans la même pièce en évitant les montages et les re-recording.
L'enregistrement des vidéos et de l’EPK tirés de cette session d’enregistrement ont été possible grâce à une aide proposée par la SPEDIDAM.

Que souhaitez-vous apporter au public avec votre EP ?
J’espère que la sortie de ce premier EP permettra à un public plus large et à des professionnels de nous (re)découvrir et nous permettre ainsi de continuer à évoluer et nous produire sur scène pour aller à la rencontre du public, ce qui est l’élément moteur de notre activité de musicien.
Nous rentrons en studio dans quelques semaines pour enregistrer un album complet qui devrait sortir au printemps 2022 et j’espère sincèrement que ces actualités vont nous permettre de retrouver le chemin de la scène aussi souvent que possible !

Que peut-on savoir de l'artwork de Springbok ?
Comme la plupart de mes albums, j’ai souvent lors de la phase de préparation, un moment où des idées de visuel me viennent et m’entraînent à chercher des images ou des illustrations qui me permettent d’établir un premier brouillon de visuel de l’artwork.
Je suis tombé sur ces photos de gazelles qui m’ont plu, puis quelques temps plus tard j’ai proposé l’idée à notre graphiste de la réaliser avec des outils et sa vision de professionnelle.
NB : Aya Kobayashi (Tissko) a déjà réalisé six visuels du catalogue du label We See Music.
À noter que j’attache beaucoup d’importance aux visuels et aux présentations car on écoute aussi souvent “avec les yeux” :
Qui n’a jamais été attiré par une belle pochette de disque d’un artiste inconnu ?
C'est d'ailleurs un peu le slogan du label WeSeeMusicRecordsque j’ai créé et qui distribue et promeut mes productions depuis 2014.
Ce que je recherche en général, que ce soit pour un visuel créé à partir d’une photo ou d’un graphisme original, c’est une certaine “élégance sobre”. J’aime garder une part de mystère en choisissant des titres et des images aux multiples significations en évitant volontairement les photos figuratives (du leader ou du groupe). J’apprécie les visuels qui traversent bien le temps en évitant les effets trop tape à l’oeil ou trop marqués par la mode ou la dernière trouvaille technologique...

Des concerts sont-ils prévus prochainement ?
Nous présenterons notre nouvel EP le vendredi 8 octobre au 38 riv’ Jazz Club à Paris dans le cadre du festival Jazz Sur Seine.

 Réservez par téléphone au 01 48 87 56 30

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci beaucoup de nous donner la parole : Ça n'est pas si courant par les temps qui courent, que ce soit pour des critères de notoriété ou en raison du nombre limité de médias spécialisés, sollicités par un très grand nombre d’artistes.
Le “jazz” est une musique extrêmement riche stylistiquement qui est considérée comme une musique “de niche” mais qui finalement résiste bien au temps. Merci de nous aider à la défendre sur disque ou sur scène et de nous permettre d’atteindre un public curieux et en perpétuel renouvellement.
Note aux professionnels du secteur : Springbok est prêt à prendre la scène et nous sommes à la recherche d’entourage professionnel pour développer ce projet sur le long terme (tourneur, agent, attaché de presse, community manager...).

Merci au quartet Springbok d'avoir répondu à notre interview !
Suivez également leur actualité sur Facebook.

SPRINGBOK (Matthieu Marthouret Quartet) - HYMN (360° video)

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam