Publicité

L'EP de See You At Sunset

Maxime Lopes Par Le jeudi, 17 février 2022 à 11:25 0

Dans Culturel

Le groupe See You At Sunset compose rapidement ses premiers titres qui retiennent l’attention du producteur à succès Dave Schiffman qui leur propose de produire et d’enregistrer leur premier disque dans un studio où il a ses habitudes.

See You At Sunset

La musique de ‘See You At Sunset’ est à la fois ancrée dans les racines du rock (Queen, Nirvana, Muse,   Linkin Park) et proche des musiques électro pop (Twenty One Pilots,  30 Seconds to Mars, Panic! At the Disco), ce qui contribue à créer l’identité musicale forte et unique du groupe. Ses textes revendicateurs sont à l'image de sa musique, chargés en émotions et nourris d'espoir.
Se battre pour ses rêves et œuvrer pour un avenir meilleur grâce à une prise de conscience collective, le groupe vous garantit qu'il sera au rendez-vous.

Pouvez-vous nous présenter votre EP ?
Notre EP constitue le disque de lancement de See You At Sunset.
Il a été enregistré en mars 2019 au studio ‘Union Sound Company’ situé à Toronto (Canada) avec un producteur de disque américain de légende, aussi talentueux que discret, appelé Dave Schiffman.
Bien qu’il s’agisse d’un premier jet pour See You At Sunset, ce disque représente aussi la concrétisation d’un rêve pour nous en tant que musiciens, celui d’avoir pu collaborer avec la personne qui a enregistré les albums devenus iconiques d’artistes tels que System Of A Down, Red Hot Chili Peppers, Rage Against The Machine, Audioslave, Weezer... qui ont fait de nous les musiciens que nous sommes.

Comment composez-vous et quelles sont vos inspirations ?
Pour le moment, tous les titres sont composés par Fred. Sa manière de composer est inspirée de celle de Kurt Cobain, c’est-à-dire, qu’il créé d’abord la musique, puis dans un second temps la mélodie des voix et enfin il écrit les paroles.
Nous travaillons ensuite ensemble sur les compos pour les passer du stade de brouillon à celui de version finale en ajoutant chacun notre touche quand à l’interpretation de nos parties.
Pour ce qui est de nos inspirations, elles sont majoritairement anglo-saxonnes et vont de Queen à Twenty One Pilots en passant par Nirvana, Linkin Park, Muse, Panic! At The Disco, 30 Seconds To Mars... Fred étant par contre capable d’écouter du Children of Bodom puis 5 minutes après du Claude François, on est toujours en mode flip quand il amène une nouvelle compo. On est pas à l’abri qu’il nous serve un jour du ‘Children of Cloclo’... (rires)

Est-ce important d'avoir des textes forts ou engagés ?
Chaque ‘artiste’ voit midi à sa porte. Certains vous diront ainsi que non, du moment que le titre est accrocheur et bankable, le job est fait. D’autres comme nous vous diront au contraire que oui c’est important car la portée d’une chanson va souvent au-delà du seul aspect ‘divertissement’. Et de ce fait, l’artiste est responsable du message qu’il porte.

Quels sont vos choix sur le plan instrumental ?
Ayant écouté beaucoup de rock, nous sommes forcément attachés au combo ancestrale guitare/basse/batterie mais pour autant, vous trouverez aussi dans notre musique des instruments à cordes (violons par exemple dans You Don’t Care, Come into My Dreams et Blackout), des cuivres (trompettes et tuba dans Capitalism), des pianos, synthés et percussions. En fait, notre ligne de conduite est assez simple : chaque instrument doit être à sa place et rendre service à la musique.
Pour traduire ça dans les faits, Fred est par exemple guitariste mais ce n’est pas pour autant qu’il va mettre de la guitare partout. Le pont de Come into My Dreams illustre bien ce concept. Fred disparait carrément à ce moment-là (plus de chant ni de guitare) mettant ainsi au premier plan la basse et la batterie soutenues par un arrangement de cordes agrémenté d’un petit son synthétique à la ‘Tetris’ qu’on n’entend si on tend l’oreille.

Parlez nous du titre You don't care...
You Don’t Care est sans doute le titre le plus émo du disque. Il parle d’une rupture. Il commence par la phrase ‘Footsteps in the sand leading to a coming end’ qui décrit les traces de pas laissées par les personnages dans le sable d’une plage qui devait à la base être le cadre idyllique d’une histoire d’amour éternel mais qui fini au contraire dans la douleur et l’incompréhension. Les paroles finissant le 2nd refrain ‘You won’t dare to kill me’ insistent sur le fait que celui ou celle qui met fin à la relation n’a pour autant pas le courage d’avouer la vraie raison ayant conduit à ce choix, laissant ainsi l’autre personne non seulement avec un trou béant à la place du coeur mais aussi avec un sentiment de culpabilité. Beaucoup d’auditeurs/auditrices nous ont confié avoir été ému(e)s aux larmes à l’écoute de ce titre. L’émotion y est effectivement omniprésente et pour la petite histoire, on nous a fait remarquer que l’arrangement de cordes sur le 2nd couplet renvoyait à l’ambiance de Gangsta’s Paradise de Coolio... On vous avait dit que ça pouvait partir dans tous les sens avec Fred :) En conclusion, ce titre représente bien notre univers musical empreint de sincérité et d’émotion où la mélodie occupe la place centrale.

Comment se sont passés les enregistrements en studio ?
À merveille :) L’enregistrement s’est vraiment fait dans de très bonnes conditions. Le studio Union Sound Company dispose d’un équipement digne des studio californiens (au coût bien moindre grâce à la parité €uro/CAD$ plus favorable que la parité €uro/USD$) et le fait d’avoir eu Dave à nos côtés a rendu les choses vraiment faciles. Nous avions déjà remarqué lors de nos échanges en amont du studio que nous étions en phase artistiquement parlant et cette alchimie a vraiment pris forme lorsque nous avons commencé à travailler. Dave a assuré l’enregistrement, le mixage mais aussi et la production artistique du disque et il a vraiment su apporter la touche finale qui a permis aux titres de franchir un cap en terme de niveau de production et d’efficacité. Ce disque témoigne véritablement des enseignements de ses collaborations passées et ça a vraiment été un plaisir de le voir en action.

Que souhaitez-vous procurer au public avec l'EP See You At Sunset ?
Comme nous l’avons exprimé en réponse à la question ‘Est-ce important d’avoir des textes forts ou engagés?’, notre volonté à travers ce disque est bien sûr d’offrir au public une expérience musicale agréable et immersive (à écouter en mode posé dans le noir pour vivre une expérience optimale) mais aussi de transmettre un message inspirant rempli d’optimisme et encourageant la combativité et la prise de conscience pour rendre le monde un peu meilleur.

Quels ont été vos choix pour le clip de Capitalism ?
Capitalism parle des dérives du Capitalisme. Il nous est donc apparu naturel de mettre ces dérives en images. Et comme on a parfois l’impression que les anciennes générations ne réalisent pas toujours l’importance de la cause environnementale, on s’est dit que ce serait bien que la jeune génération leur donne une leçon pour leur faire prendre conscience qu’il est temps de se mettre en action, d’où le choix des (très) jeunes acteurs et du scénario.

Une anecdote ou une indiscrétion à nous raconter sur votre EP ?
Fred qui adore manger Grec (et pas Greg hein...) a fait découvrir le digestif ‘Ouzo’ à Dave qui n’a manifestement pas apprécié l’expérience... En témoigne la grimace qu’il a fait après avoir à peine trempé le bout des lèvres dans ce qui semblait pourtant être aux yeux de Fred un excellent breuvage. Le groupe qui a globalement été assez sage pendant le séjour a par contre profité des anecdotes racontées par Dave quand à ses collaborations précédentes. On a ainsi appris que Daron Malakian de System Of A Down est incapable de jouer juste si il ne fume pas de weed avant les prises, que Chris Cornell de Soundgarden / Audioslave enregistrait toutes ses prises chant assis et que Bono de U2 adore donner des sueurs froides aux ingés-son en studio car il veut absolument enregistrer toutes ses prises chant en régie avec le volume des retours pour ainsi dire... au taquet. On vous en garde quelques-unes au chaud pour les prochaines interviews :)

Des concerts sont-ils prévus et que vous procure la scène ?
L’évolution de la situation sanitaire et des restrictions a entraîné un retard dans l’annonce de nos dates 2022 mais il y a bien sûr des concerts dans les tuyaux qui seront annoncés au fur et à mesure des validations sur nos réseaux sociaux et sur notre site web (certaines news y figurent d’ailleurs avant publication sur les réseaux sociaux et garder notre site à l’oeil et surtout les rubrique ‘Actu’ et ‘Tour’ peut ainsi s’avérer être une bonne idée ;)
Pour vous dire ce que nous procure la scène, elle nous procure surtout des émotions et des moments de partage avec le public. Pour avoir donné de nombreux concerts dans le cadre de précédents projets, si il y a bien une dimension que nous avons envie de donner aux concerts de See You At Sunset, c’est la dimension immersive. Notre show a ainsi été calibré de manière à ce que le public ne soit pas simplement spectateur mais bel et bien acteur à nos côtés et les retours incroyablement enthousiastes que nous avons eu suite à nos premiers concerts confirment que la direction artistique va dans le bon sens :)

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci’ :) Merci pour cette interview et Merci pour l’intérêt que vous portez à See You At Sunset. On en profite aussi pour rappeler rapidement un adage qui nous tient à coeur : ‘Ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse’. Le monde a plein de problèmes à régler mais si chacun mettait déjà en pratique cet adage au quotidien, tout irait déjà beaucoup mieux.

Merci à See You At Sunset d'avoir répondu à notre interview !

See You At Sunset - Capitalism (Official Video)

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam