Publicité

L'EP de L'Ambulancier

L'ambulancier dévoile son EP éponyme.

L'ambulancier

Gyrophares allumés et sirènes hurlantes, L’Ambulancier fonce à travers un Manhattan francophone imaginaire. Derrière le pare-brise de l’ambulance customisée résonnent des refrains pop qui carburent aux riffs 90s, aux beats synthétiques et aux synthés tordus.

Il signe l’épisode pilote de ce cross-over “rock américain versus chanson française” avec un premier EP disponible le 26 mars 2021 chez Tadam Records, réalisé par Hugo Cechosz (Eiffel), et Arnaud Bascuñana (Les Wampas, Luke, Deportivo). Les textes ont été écrits sur le capot, après un drame polyamoureux (“Monogame”), une baston entre copains (“Évidemment”) ou après avoir trop traîné devant la vitrine d’un vendeur de TV (“Qu’est-ce qu’on s’amuse”). Il en sort un constat fataliste (“Alignement Désastre”) même si tout semble possible “quand faut monter sur scène”, et c’est ce que L’Ambulancier fait après son service de nuit, accompagné par deux brancardiers qui ont rempli le coffre de guitares et de basses. Aucun John Carpenter n’a été blessé durant le tournage.

L'Ambulancier, c'est le nouveau projet solo Post Punk chanté en français de Palem Candillier, ex-chanteur de So Was the Sun, et auteur de Nirvana - In Utero et The BEATLES (série Discogonie - éditions Densité). En version live, il accueille ses brancardiers, Charly Chevreux / Marine Danet à la basse, et Henrique Valadares à la guitare.

L'Ambulancier - Monogame

Titre par titre

Evidemment

C’est le premier morceau que j’ai composé en tant qu’Ambulancier. J’avais ce riff nerveux et j’imaginais dès le début des boîtes à rythme pour l’accompagner, pour créer une ambiance tendue, un peu comme un trailer de film de catastrophe. J’imagine très bien L’Ambulancier conduire son ambulance à 100 à l’heure dans une ville qui explose de partout, avec les pneus qui crissent et qui fument sur la route. Je parle dedans de la difficulté d’intégrer des groupes sociaux, d’être parfois rejeté, ballotté de cercle en cercle : la question de trouver sa place, de se sentir à part. C’est aussi ce sujet qui m’a fait inventer L’Ambulancier, parce que c’est un personnage solitaire, qui va d’endroit en endroit.

Alignement Désastre

J’ai mis très longtemps à finir ce morceau, parce que je voulais lui écrire une belle progression et que sa boucle ne tourne pas à vide. J’aurais pu trouver des arrangements sur cette chanson sans fin, mais je me suis arrêté sur les cuivres, qui sont les instruments orchestraux que j’aime le plus. Finalement cette boucle, ce riff, ça a pris sa place, comme une instru de rap, et même si je ne prétends pas faire du rap, ça a influencé ma façon d’écrire et de chanter. Les refrains viennent casser ça pour retourner vers un format pop, mais sous forme de slogan. Le fait de faire rimer “s’indigne” et “s’aligne” est venu par hasard (l’inspiration divine ?) mais ça a complètement dicté le reste des paroles, qui parle du fait de s’ouvrir au monde, mais d’en être bloqué par l’effet des réseaux sociaux qui en donnent une vision très déformée. Le refrain résume tout ça : dans leurs coins et derrière leurs écrans, beaucoup de gens s’indignent, mais dès qu’il y a urgence, un problème énorme, tout d’un coup tout le monde se range.

 

Qu’est-ce qu’on s’amuse

Quand j’ai commencé ce projet, cet autre riff est venu naturellement. Un journaliste avait écrit à propos de mon ancien groupe que je composais du “robot-rock” et ça m’a beaucoup plu, je crois que là j’ai voulu pousser le style aussi loin que possible et écrire un titre expéditif et sobre. Le texte parle de notre abrutissement, du fait qu’on se gave de divertissements qui ne sont plus seulement des divertissements mais des injonctions nocives où on nous demande d’être détachés de tout, de relativiser et de rire grassement de la misère et des choses difficiles. J’ai vraiment du mal avec ça, la frontière entre l’amusement inoffensif et l’idéologie est vraiment en train de tomber et ça légitime des comportements insupportables.

Monogame

Cette chanson date de mon projet précédent, je l’avais écrite comme une ode au voyage, aux États-Unis, j’avais même cité au pif Boston dedans et il se trouve que j’ai failli par y aller. Et puis au même moment l’idée d’écrire à nouveau en français, parce que je l’avais déjà un peu fait, m’a titillé. Je savais que le texte n’allait pas être très académique, sans rimes et avec un chant assez différent d’une partie à l’autre, mais des mots sont venus par hasard pour remplacer ceux en anglais, et ça m’amenait à écrire sur l’amour et les relations libres ou  polyamoureuses. Mais je ne voulais pas que ça ait l’air distant ou condescendant - au contraire. J’ai préféré prendre le point de vue d’une personne qui subit une relation libre de ce genre, parce que je pense qu’il n’y a pas toujours des gagnants dans ces modes de vie.

L'Ambulancier - Anti-Système Solaire

Musique

Jaj & The Family Hope : le single Qui dort danse Jaj & The Family Hope : le single Qui dort danse
Si vous pouviez remonter le temps pour vous adresser quelques mots à vous-même, enfant,...
  Falcko : le clip de Banshee et l'album Black Code Tome 1
Après avoir présenté le clip de Tu Lui Diras, Falcko poursuit avec celui de Ban...
Falcko : le clip de Banshee et l'album Black Code Tome 1

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire