Publicité

L'EP A la Source de La vie sur Mars

La vie sur Mars dévoile l'EP A la source. Habile, concise et redoutablement entrainante, cette pièce offre des mélodies pop audacieuses sur des textes en français, du rock indé sur fond d’écriture expressive et imagée.

La vie sur Mars

Entretien réalisé avec le chanteur Christian Le Corre

Peut-on en savoir plus sur La Vie Sur Mars et d'où vient l'idée du nom du groupe ?
Ce projet a débuté en 2007 en solo suite à la fin de l'histoire d'un groupe rock - Archipel - dont j'étais le chanteur/auteur/compositeur. L'envie d'écrire des chansons + pop et d'explorer des sons électro-acoustiques m'a donné l'idée du nom LA VIE SUR MARS : faire de la chanson française sous influence anglophone. Tout môme, je voulais être astronaute... un rêve qui se réalise ! (rires)
Après 3 EPs et un LP en solo, le projet a évolué de nouveau vers l'idée d'un groupe avec les arrivées successives d’Olivier (ancien batteur) puis Rémi (guitare) et Vince (basse) et enfin Jacques (nouveau batteur) et les influences rock sont revenues à la charge.

Pouvez-vous nous présenter votre album A la source ?
Il comporte 6 titres dont une cover de DominiqueA et un titre live. C'est le 1er enregistrement studio avec Jacques.
C'est un album qui revient "à la source" de nos influences. Il correspond au son qu'on aime développer en live. On y a ajouté des parts de clavier sur 2 titres. Ce qui n'est pas vraiment une nouveauté dans la discographie de Mars. Mais sur cet EP, on les voit plutôt comme un élément qui ramène encore de l'intensité et des ambiances plus appuyées.

Comment travaillez-vous l'écriture de vos compositions ?
A partir d'un texte dans un stock que je ne cesse d'entretenir, la guitare sèche et la voix prennent le relais. Mélodie de chant et grille d'accords sortent de mon home-studio. Et puis arrive le travail de groupe, le grand chantier pour arranger, dynamiser le morceau et lui donner une direction.

L'EP débute avec le titre La Voix et les paroles commencent par "Sa chevelure arienne", vous n'y allez pas de main morte. Selon vous, que doit transmettre vos textes ?
Pour le thème abordé, il fallait vraiment que ce titre démarre en fanfare. Et que l'auditeur sache tout de suite de quoi ça parle. Et ce, contrairement à d'autres titres où le sens est moins évident, et son interprétation plus libre. A vrai dire, nos textes n'ont rien d'autre à transmettre qu'un peu de poésie dans ce monde de brutes. C'est à dire une proposition avant tout musicale de par leurs sonorités.
L'écriture étant assez imagée, il s'avère que certains textes se révèlent avec plus ou moins de sens avec parfois des explications de texte qu'on n'avait pas soupçonnées de la part d'auditeurs. Aidés par le fait que les thèmes abordés sont universels et leurs expressions plutôt personnelles.

Quelle importance accordez-vous à la partie instrumentale et aux sonorités ?
On y cherche une cohésion avec le texte. A force de jouer, on trouve une voie. Faut que ça matche, que ça fasse sens. Raison pour laquelle on essaie plutôt d'insuffler un maximum d'efficacité au détriment de l'aspect technique. Lui nous intéresse que par souci de la mise en place d'une bonne dynamique et d'ambiances qui nous semblent coller au texte. C'est une approche qu'on retrouve dans nos influences.

Parlez-nous du titre Oiseau de mauvais augure...
Ce titre aborde justement un thème universel à titre personnel, celui d'une disparition et de la résilience qui s'en suit. Il est mis en musique d'une façon qu'on souhaitait directe et efficace. Avec un côté pop renforcé par des parts de clavier qui rendent le titre faussement guilleret.

Est-il possible d'en savoir plus sur les enregistrements en studio ?
Cet EP a été enregistré en condition live dans les studios de METASSOS, l'association qui gère la SalleDeLaTour à Voisins-Le-Bretonneux (78). Julien Goutte-Broze (clavier de WHITE HEAT ex I LOVE UFO) nous avait déjà fait le son sur deux concerts dans cette salle. On s'est naturellement tourné vers lui à la quête d'un son live bien rock pour cet EP. Toute son expérience à la prise, au mix et au mastering (et ses parts de clavier) nous y a grandement aidés. Il nous a mis à disposition une salle d'une centaine de m2 pour développer un son assez ample, vivant avec une bonne résonance entre instruments qui ne donne pas l'impression d'un son étriqué type direct-to-console. Notre préparation (période pendant laquelle on a fait pas mal de concerts) conjuguée aux talents de Julien ont permis de rendre une copie dont nous sommes très heureux.

En secret est une reprise de Dominique A, pourquoi ce choix ?
J'ai toujours beaucoup aimé ce titre et l'album - Auguri - dont il est issu. Une mélodie efficace pour un texte aussi tendu que mystérieux. Il se trouve que c'est aussi le préféré de Jacques, ce qui a fini de convaincre Rémi et Vince de reprendre ce titre.
A force de le répéter, on a tous senti que ce morceau était suffisamment à notre portée d'un point de vue technique et de son interprétation, pour espérer en faire une cover assez personnelle. La voix grave s'est décidée au dernier moment, à l'enregistrement. Et c'est Julien qui a tranché en ne cachant pas qu'il préférait cette tonalité plutôt que celle d'origine. Pour son approche "contre-pied", il a eu bien raison. Sans parler du fait qu'il est plutôt casse-gueule de rivaliser avec les envolées vocales de Dominique A... (rires)

Récemment vous avez indiqué que l'écoute de musique de manière dématérialisée rapportait peu. Quel regard portez-vous sur les sites de streaming ?
Effectivement il s'agit d'un post facebook dans lequel on faisait la promo de l'album sur Bandcamp.
C'est une plateforme qui répond totalement aux besoins de financement d'un groupe auto-produit (ou émergeant d'un label à taille humaine). Outre des commissions modestes prises sur nos ventes, on peut y proposer des versions physiques d'albums et aussi des goodies (t-shirt par exemple). Le direct-to-fan, essentiel pour la relation privilégiée avec l'auditeur.
L'utilisation de cette plateforme depuis le 1er album martien nous semble efficace. Les sites classiques de streaming restent cependant nécessaires pour les abonnés aux sites type Deezer ou Spotify. Je ne sais pas si ce n’est qu’une question générationnelle mais il existe clairement 2 types d'auditeurs : les "playlisters" et les "albumers" auxquels il faut s'adapter si on souhaite gagner en visibilité.

Peut-on en savoir plus sur l'artwork de l'album A la Source ?
C'est une photo de Philippe, un ami photographe qui suit le groupe depuis son démarrage solo et même avant. Il nous a dévoilé un peu sa photothèque et cette photo est apparue comme une évidence. Jeanne notre graphiste a retravaillé l'image, l'a géométrisée pour mieux coller au son, en lui apportant un côté rock et sombre. On est très contents du résultat.

Une anecdote à nous donner ?
14 titres dont 9 des 1ers et 2nd albums ont été enregistrés durant ces 2 jours passés au METASTUDIO. Une relecture d'anciens morceaux qui va nous permettre de proposer un live studio pour le printemps/été prochain.

En quoi la scène est-elle importante pour La vie sur Mars et quelle est l'ambiance lors de vos concerts ?
La scène c'est un peu plus que la récompense du travail de répétition. C'est un terrain de jeu sur lequel on essaie de vivre et partager des émotions. Tout ça par le biais d'un son de groupe qu'on explore à chaque nouvelle scène dans des conditions techniques souvent différentes. C'est aussi le moyen le plus efficace pour développer et rencontrer notre public. L'ambiance y est chaleureusement électrique. On aime voir les gens bouger.

Des représentations sont-elles prévues prochainement ? D'ailleurs, prêt à faire un spectacle sur Mars pour y donner un peu de vie ?
La prochaine a lieu sur l'eau le 18 mars puisque nous serons en concert à la Péniche L'Antipode. On n'a pas encore trouvé d'eau sur Mars... mais tant qu'il y'a de la vie, y'a de l'espoir. (rires)

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci pour l'interview ! Et si un tourneur vous lit, alors qu'il nous écoute, qu'il vienne nous voir en live ;)

Merci à La Vie sur Mars d'avoir répondu à notre interview !
Suivez son actualité également sur Facebook.

LA VIE SUR MARS - La Voix (Live)

interview Musique

BLVL : l'EP Turning Worlds BLVL : l'EP Turning Worlds
Derrière les quatre lettres BLVL se cache un groupe avec des (ex) membres de Comity, Dysfunct...
  Après Sous l'eau, So'Filles dévoilera un EP
So’Filles, c’est la voix dans tous ses états ! Un savoureux mélange &eacut...
Après Sous l'eau, So'Filles dévoilera un EP

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire