Publicité

L'album éponyme de MHUD

La création de l'album de MHUD a été dictée par l’envie sans chercher à se soucier du format, d’une cible ou d’un genre.

MHUD

Originaire de Strasbourg, il vit en Région Parisienne depuis une dizaine d’année. Avec Romain Dowska (réalisateur artistique et  musicien), ils commencent dès 2016 à travailler sur les ébauches sonores de l’univers MHUD. Après plusieurs concerts en France et notamment à Paris sur les scènes du Réservoir, du Supersonic , du Bus Palladium…, ils décident de se lancer dans l’enregistrement du premier album.

MHUD trace sa route hors des sentiers habituels. Musicien aimant la peinture et les mots, son inspiration vient aussi de la vie de tous les jours. On peut parler de post punk, d’électro, de free jazz… c’est avant tout un amoureux de la musique qui mélange naturellement les genres. A une époque où il est même demandé à la musique d’aller plus vite que la musique, MHUD remet au fur et à mesure les pendules à l’heure.

Interview avec MHUD

D'où viennent les initiales de MHUD ?
Je trouvais que ça sonnait bien (M, H, U, D lettre par lettre) et visuellement j’aimais bien, ça ne va pas plus loin que ça et c’est très bien.

Que souhaitez-vous apporter au public avec votre album éponyme MHUD ?
Je crois que c’est plutôt les auditeurs qui pourront vous donner une réponse raisonnable à cette question.

Souhaitez-vous nous parler de la partie instrumentale ?
Lorsque j’écris une chanson que ce soit à la guitare, à la basse ou au synthé le texte me vient avec la musique et vice versa. Dans mon cas il n’y a pas de séparation entre les deux, les mots vont influencés la couleur de la musique, et la musique va jouer un rôle dans le choix des mots, les deux sont indissociables.

Parlez nous du titre Il ne s'évapore pas...
C’est une chanson que j’aime bien mais qui ne collait pas avec l’album, elle sortira peut-être un jour en inédit ou sur un autre album.

Avec cet album, en quoi était ce important de remettre "les pendules à l’heure" pour éviter d'aller plus vite que la musique ?
Pour ce faire une idée des différentes choses que je veux dire par là, il est nécessaire d’écouter l’album dans son intégralité.

Comment se sont passés les enregistrements studio ?
Je fais les maquettes des chansons chez moi, ensuite je les retravaille dans un premier temps avec Romain Dowska (réalisateur artistique, ingénieur son) en studio. On fait ensuite appel aux musiciens nécessaires pour finaliser l’enregistrement. Avec Romain, dès le départ nous avions pas mal de point commun dans notre vision de la musique et de l’art en général, la méthode de travail s’est assez naturellement mise en place, chacun acceptant les qualités que l’autre pouvait lui apporter. Il y a bien sûr eu des désaccords et des périodes de doutes, mais cela fait partie du processus de création.

Des clips sont-ils prévus et quels ont été vos choix sur l'univers visuel de l'album ?
Oui, un nouveau clip est prévu, avec les évènements actuels le tournage a dû être reporté, il devrait être prêt pour l’automne.

Comment organiserez-vous vos prochains concerts ?
Nous serons 3 sur scène, j’ai travaillé avec Hadrien Mabilat (guitariste sur l’album) pour réarranger les morceaux. Il fallait garder l’essence de chaque morceau, c’était pas gagné, mais le jeu en a valu la chandelle.
Le concert qui était prévu à la Dame de Canton a été reporté au 15 septembre 2020 en espérant que la situation le permettra.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Bonne journée !

Merci à MHUD d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Musique interview

Daniel Jea : l'album A l’instinct A l’instant Daniel Jea : l'album A l’instinct A l’instant
Découvrez le nouvel album du chanteur Daniel Jea, également guitariste rép...
  Yvan le Bolloc'h : le single Esperanza
L'appel de la musique gitane est irrésistible... Et si comme le dit la sagesse populaire ...
Yvan le Bolloc'h : le single Esperanza

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire