Publicité

Kurma prépare son premier album

Maxime Lopes Par Le jeudi, 10 décembre 2020 à 15:25 1

Dans Culturel

Kurma prépare son premier album avec l'aide des internautes. Le groupe propose un projet musical inspiré du kirtan.

Kurma

Peut-on en savoir plus sur le groupe Kurma ?
Le groupe s’est formé autour de trois personnes : Samuel Lenaerts (harmonium, chant, guitare, percussions), belge d’origine, Gabriel Girard (guitares, lapsteel, synthétiseurs), québécois, et Stéphane Wintenberger (guitares, handpan, chant). Tous trois sont pratiquants sincères du yoga, qu’ils enseignent ensemble depuis de nombreuses années. Ils ont entamé leur collaboration musicale il y a 4 ans au centre de yoga lyonnais onlYoga. En mêlant musique spirituelle et intuitive à leurs influences variées (rock, blues, jazz, classique, world…), leur entente musicale fut instantanée et les a conduits rapidement à composer des œuvres originales, puis à animer des soirées de chants de mantras dans les studios de yoga Lyonnais. Au cours des 3 dernières années, ces rencontres musicales vibratoires ont grandi pour devenir des soirées attendues où la communauté se rassemble autour des chants et de la méditation.
Cette dernière année, le groupe s’est agrandi en accueillant la chanteuse-bassiste Lou Roulleau Jove et le talentueux percussionniste Antoine Chrétien, consolidant ainsi la structure musicale du groupe. Enfin, la présence au violoncelle de Michael Cobb, qui est un chef d’orchestre international, apporte une réelle magie à la musique envoûtante de Kurma.
Kurma, dont le nom signifie « tortue » est hautement symbolique : en Europe elle nous invite à ralentir, tandis qu’en Chine, elle se fait l’allégorie du monde. En Afrique, elle représente la fertilité. Dans les traditions amérindiennes, la tortue tient un rôle cosmogonique, contribuant grâce à sa sagesse à bâtir le monde. En Inde, d’où le nom « kurma » est issu, la tortue est le second avatar du dieu Vishnu, descendu sur terre pour montrer la voie aux hommes.Kurma :

  • Samuel Lenaerts : harmonium, chant, guitare, percussions
  • Gabriel Girard : guitares, lapsteel, synthétiseurs, mohan veena, chant
  • Stéphane Wintenberger : guitares, handpan, chant
  • Vanessa Goldberg : chant
  • Lou Roulleau Jove : chant, basse
  • Antoine Chrétien : percussions, batterie
  • Michael Cobb : violoncelle

 

Est-il possible de nous présenter le premier album que vous préparez ?
Le projet d’enregistrement en studio mûrit depuis 1 an déjà : l’objectif est de réarranger les différentes compositions du groupe en recréant l’intensité vibratoire des soirées de chants de mantras des dernières années pour la retranscrire en studio. Ce premier opus sera ainsi une collaboration avec une chorale, dirigée par Mariette Wilson – cheffe de chœur – qui regroupe une vingtaine de personnes ayant régulièrement participé aux soirées Lyonnaises. Ce projet musical sera ainsi photographique : nous souhaitons fixer cette expérience vivante, foisonnante, sensible sur un support - à la façon d’un photographe qui capte la lumière qui émane de ses sujets. Ce projet a pour intention de rendre compte, de témoigner de ces espaces musicaux ouverts et libérateurs. Afin de vous permettre, chez vous, quand vous le souhaitez, avec qui vous le souhaitez, au plus grand nombre de toucher cette étincelle vibrante. Par ces chants, nous nous soignons chaque fois un peu plus. Nous nous élevons en tant qu’être humains, chaque fois un peu plus. Nous croyons que cette musique doit maintenant exister par elle-même, par vos oreilles, par vos chants intérieurs.

Comment composez-vous et dans quelles conditions ?
Les compositions sont issues de deux sphères principales :

  1. des moments musicaux méditatifs où nous jouons simplement entre nous. Notre jeu est basé sur l'écoute : le calme intérieur est fondamental pour pouvoir entendre la musique, et se laisser aller dans sa grâce. L'harmonie collective, quand elle apparaît, nous guide ensuite et nous permet d'écrire des passages, des bribes de morceaux que l'on développe jusqu'à créer des parties de morceau. La notion de temps est très élastique : le temps s'étire et les silences et les modulations sont nombreux. Nous appelons ça "musique organique"
  2. le jeu en "live" : les soirées de chants de mantras où le public est invité à participer en chantant est pour nous un terrain de création. En effet, nous jouons les morceaux sans savoir où ils iront exactement, comment ils seront reçus, perçus, assimilés et chantés par tout le monde. Un morceau peut durer jusqu'à 45 minutes ! La magie opère, l'harmonie s'installe lorsqu'il n'y a pas de barrières !

La musique de Kurma met en scène des paysages sonores progressifs, mystérieux, parfois sombres et souvent lumineux qui permettent un voyage intérieur à travers le son, vers le son, et dans le son. Autour du silence, les notes cristallines, les murmures, les bruits, les sifflements et les chants existent dans une cohérence qui s’élève comme la lumière de l’aube. Les compositions du groupe laissent beaucoup de place à la création spontanée. Improviser lorsqu’on est 6 ou 7 musiciens et que 40, 50 ou 70 personnes chantent ensemble crée des possibilités infinies !Lorsque Kurma joue, il s’agit d’une pratique participative : en écoutant leur musique, vous êtes invité(e) à chanter, à vibrer, et faire partie de l’expérience. En effet, Kurma explore les kirtans, chants dévotionnels généralement pratiqués en groupe sous forme d’un chant à répondre, et les mantras. Traditionnellement, les mantras sont des chants spirituels répétitifs dont le but vise la transformation et la libération du mental. L’audience participe en chantant et entrant dans le cercle et la vibration.L’audience a un rôle vibratoire important, et plus elle est nombreuse, plus les effets sont ressentis instantanément et puissamment. Dans la tradition des mantras, le son est vibration et les mantras sont des formules mystiques contenant des forces vibratoires, lesquelles créent des états modifiés de conscience. Littéralement, MAN (mental) TRA (instrument), le mantra est un instrument vibratoire de transformation du mental. L’expérience des chants de mantras est singulière : que vous chantiez, ou simplement écoutiez, vous serez surpris par la puissance des vibrations de toutes ces voix vibrant à l’unisson. Les effets sont instantanés : le cerveau se relâche, le mental s’apaise, et le cœur s’ouvre !
Le mantra est un son qui crée des vibrations particulières ayant pour but d’ouvrir la conscience.
Les intentions véhiculées par les mantras sont élevées : ces chants parlent de la paix, de la lumière, de la terre mère, de la félicité, du cosmos ou du divin sous toutes ses formes. Ces réunions chantées sont des parenthèses enchantées imprégnées de poésie, de douceur, des instants de communion avec la nature profonde de ce que nous sommes.Ainsi, pour revenir à votre question sur le premier album : nous avons recompilé des dizaines et des dizaines d'heure d'improvisation pendant les soirées en public pour ne garder que les passages magiques, que nous avons réarrangés, retravaillés et recomposés en partie.

Qu'est ce qui vous plaît dans le fait d'interpréter des chants traditionnels et spirituels ?
Ces chants nous connectent avec une notion essentielle pour l'être humain. La liberté.
Au cours des soirées, chacun peut être libre en chantant. L'intention même des chants de mantras est de libérer le mental des conditionnements. Ainsi, au-delà des nombreux effets vibratoires qui procurent du bien être (apaisement des tensions physiques ou émotionnelles), en chantant des mantras on se connecte à notre centre : à qui nous sommes en essence. On peut appeler cela l'âme ou le Soi.

Peut-on en savoir plus sur les instruments que vous utilisez ?
On retrouve des instruments modernes classiques comme guitares, basse ou batterie et synthétiseurs. Et puis d'autres instruments un peu plus exotiques amènent des touches plus mystérieuses : des percussions traditionnelles indiennes ou africaines, des bâtons de pluie.
Enfin des instruments singuliers donnent beaucoup d'âme à notre musique :
La mohan veena : Une guitare indienne, fort épaisse, avec 4 cordes de mélodies, 4 cordes de bourdons et 12 cordes sympathiques. Les cordes sympathiques se trouvent sous les cordes de mélodies et sont à l’origine de la profondeur timbrale de cet instrument, car ces 12 cordes résonnent par... sympathie ! Pour faire simple, lorsque la note qui leur correspond est jouée par moi sur les cordes principales, elles vibrent et se font ainsi entendre par elles-mêmes, donnant aux oreilles une forme de dédoublement timbrale. Ce sont ces mêmes cordes sympathiques qui donnent la couleur tellement particulière du son d’un sitar. Le Mohan Veena, en revanche, se joue comme un lapsteel, c’est-à-dire en faisant glisser une slide sur la corde pour en faire varier la hauteur
L'harmonium : C'est un instrument à anches libres, une sorte de clavier à soufflet - importé d'occident en Inde depuis la fin du XIXème, et qui est devenu là-bas un des instruments des plus populaires, même s'il ne comporte pas tous les quarts de ton, les shrutis. C'est un instrument encore très employé dans beaucoup de genres de musique hindoustanie, en particulier dans les chants qawwalîs et les bhajans, ainsi que dans beaucoup d'églises ou d'écoles ou d'Âshrams.
Le handpan : Le handpan est inspiré du Hang, un instrument créé dans les années 2000 en Suisse. Il est une sorte de fusion de nombreux instruments dont le ghatam (instrument de percussion d’Inde) et le Steeldrums (instrument de percussion mélodique des Caraïbes). L'objectif initial de l’instrument était de trouver spontanément « sa propre musique intérieure avec un outil créatif, méditatif et spirituel ».
Il s'agit d'un instrument généralement en acier (nitruré ou inoxydable) dont la conception requiert un énorme cœur de la part des fabricants !
Derrière chacun des ces magnifiques petits dômes d’acier, il y a une quantité hallucinante d’énergie, d’amour, potentiellement des dizaines de milliers de coups de marteau et des jours d’accordage.
Et avant même qu’un fabricant ne commercialise son instrument et gagne sa vie, il faut considérer les mois de recherche et développement, les essais, les erreurs, les tests, les dépenses importantes pour le matériel, les machines et l’acquisition d’un atelier insonorisé.
La résonance et les vibrations harmoniques qui émanent de l’instrument, tout comme sa forme de soucoupe le rendent très particulier. En jouer devient très vite intuitif et contemplatif.

Qu'est ce qui est le plus important dans la musique que vous transmettez ?
Tout est important dans la musique : l'harmonie, l'équilibre, la technique... mais aussi toutes les petites tensions, les silences ou les notes qui créent un paysage dans lequel l'intention du morceau doit pouvoir voyager. Les intentions des morceaux sont fondamentales : ce sont les valeurs que nos cœurs vont chanter : la paix, la lumière, le divin, la tolérance et l'universalité des êtres.

Est-il possible d'en savoir plus sur les enregistrements en studio où vous souhaitez faire intervenir une chorale ?
Les chants de mantras sont une pratique participative : en écoutant la musique, vous êtes invité(e) à chanter, à vibrer, et faire partie de l’expérience. Traditionnellement, les mantras sont des chants spirituels répétitifs dont le but vise la transformation et la libération du mental. L’audience participe en chantant et entrant dans le cercle et la vibration.
L’audience a un rôle vibratoire important, et plus elle est nombreuse, plus les effets sont ressentis instantanément et puissamment. Dans la tradition des mantras, le son est vibration et les mantras sont des formules mystiques contenant des forces vibratoires, lesquelles créent des états modifiés de conscience. Littéralement, MAN (mental) TRA (instrument), le mantra est un instrument vibratoire de transformation du mental.
Voilà pourquoi nous souhaitons intégrer une chorale à ce premier album : nous souhaitons retranscrire l'intensité vibratoire du mantra sur un disque. Nous savons que c'est ambitieux, mais lorsqu'on a goûté à l'union des voix et à la force qui s'en dégage, comment ne pas l'être?
La chorale - qui est amatrice : ce sont des gens de notre communauté (les gens qui ont participé aux soirées) - interviendra sur presque toutes les pièces de l'album. Parfois au premier plan, comme un instrument, ou parfois au deuxième plan, en support ou soutien de la musique.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Le financement participatif a une double intention :

  • trouver le financement nécessaire : c'est l'aspect économique - mais sans passer par les banques
  • Etendre notre réseau, nous faire connaître, et permettre aux gens qui nous entourent ou qui ne nous connaissent pas de s'engager dans un projet qui leur parle. On retrouve le rôle de l'intention !

Quel sera l'univers visuel du projet ?
C'est une très bonne question ! Il n'est pas encore complètement défini. On peut simplement vous donner quelques éléments de réponse : imaginez la lumière se refléter dans l'eau, le vent agiter les feuilles de l'arbre...
Pour l'univers visuel du projet, la maman d'Antoine fait de magnifiques toiles, avec Antoine on en avait parlé. ça m'a vraiment touchée (Lou) les créations qu'elle a fait, peut-être qu'Antoine pourrait nous envoyer plus de choses.
Elle fait pas mal de pastel, et ce serait cool elle pourrait nous faire plusieurs tortues en différentes couleurs pourquoi pas.
J'aime bien le côté que notre visuel soit quelque chose de sensible fait par des techniques artisanales.

Vous vous êtes rencontrés en séance de yoga. Est-ce que mêler votre projet musical avec cette activité vous plairait ?
Nous le faisons déjà. Il nous est déjà arrivé d'accompagner musicalement des séances de yoga. C'est extraordinaire !  C'est une activité qui nous plaît et que nous approfondirons un jour. Le yoga et la musique existent chacun individuellement : il n'y a aucun besoin de les réunir car ils sont si vastes et profonds...
Mais les associer peut être une expérience fabuleuse !

Quelle relation entretenez-vous avec le public et quelle est l'ambiance en concert ?
C'est très particulier... au sens précis où il y a dès l’arrivée, tombée du rideau : le quatrième mur n’existe pas. Le public n’est pas public : il est acteur, chanteur, danseur, chercheur. Il est un avec les musiciens. C’est précisément là que réside l’envolée intérieure de chacun qui va des profondeurs de la terre vers les lointaines frontières cosmiques.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Nous remercions la vie pour l'opportunité qu'elle nous offre. GRATITUDE !

Merci au groupe Kurma d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité également sur Facebook.

KURMÅ - Premier album !

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Kim

    1 Kim Le lundi, 14 décembre 2020

    Merci beaucoup pour le partage !!

Ajouter un commentaire

Anti-spam