Publicité

Komodor : l'album Nasty Habits

Maxime Lopes Par Le vendredi, 17 décembre 2021 à 09:40 0

Dans Culturel

Après un double concert aux Trans Musicales de Rennes et la sorties des singles et clips “Just an Escape” (octobre 2021), “Believe It” (novembre 2021) et “Nasty Habits” (décembre 2021), le groupe de rock 70's Komodor dévoile son premier album Nasty Habits.

Komodor (crédit Erwan Larzul)

crédit photo : Erwan Larzul

Les jeunes Bretons de Komodor ont les cheveux longs mais pas la mémoire courte. Sans doute élevés aux riffs distordus du MC5, des Stooges, d’Alice Cooper et d’autres rockeurs énervés issus de la "Motor City".

Komodor revisite avec brio les codes d’un hard rock millésimé seventies en y ajoutant une dose de psychédélisme. Douarnenez n’a jamais semblé aussi proche de Detroit.

Leur premier album Nasty Habits sort le 17 décembre. À mi-chemin entre le rock psychédélique 70's et le rock 60's revival, le groupe Komodor fait perdurer cette tendance musicale à grand coup de riffs fuzzy non sans nous rappeler Them, James Gang ou autres MC5.

Deux concerts très remarqués aux Trans Musicales de Rennes

À l'occasion des Trans Musicales de Rennes, Komodor a eu l'occasion de performer en formation classique le 3 décembre au Liberté, puis en formation mixte avec le groupe Moundrag le 4 décembre dans les halls du Parc Expo. L'occasion de présenter leur nouvel album sur scène ainsi que le projet Komodrag and the Mounodor !

Cette présence aux Trans Musicales a fait l'objet de deux captations diffusées sur France Télévision : le single “Set me Free” issu du nouvel album, enregistré depuis la Salle de la Cité à Rennes, et le live Culture Box du concert de Komodrag and the Mounodor au Hall 3 du Parc Expo le 4 décembre 2021.

Ce qu'en pense le groupe

La démarche que nous avions envisagé pour l’album était sensiblement la même car à la base on voulait réenregistrer en suède, mais le monde en a décidé autrement (covid). Notre bassiste Goudzou est un super sondier et passionné de matos de studio vintage, après de longues discussions on s’est dit que ça pourrait être cool de se mettre dans une bulle tous les quatre et acheter de quoi enregistrer. Avec une bande de potes on s’est procuré une console analogique TAC Bullet ainsi qu’un magnéto à bande tascam 38. Goudzou a une palanquée de micros, AKG D12, neumann, Beyer dynamique, une DI ACME motown du bon sm 57 et 58 qui passe sur n’importe quoi et qui sonne, une bonne reverb à ressort vermona et un écho à bandes Korg et le studio était monté en un temps records. Évidemment on ne pouvait pas éviter de passer par le numérique aux vues de nos envies. On avait donc une carte son Antelope Orion Rev 2017 avec un convertisseur ADAT creamware et un vieux macbook qui nous a lamentablement lâché en plein mixage. Panique à bord, mais il en faut plus pour nous abattre!
En ce qui concerne le backline on avait une vieille batterie Premier des 70’s, avec une caisse claire ludwig. Pour la basse il y avait deux vieux Amplis Kustom un K100 et un K200 tête et baffle qui ressemble plus à des vieux canaps cool que des amplis, mais bon dieux que ça sonne! Une fender mustang basse, une epiphone rivoli des années 90’s et une goudzoubacker réalisée par le talentueux luthier Brestois Antoine Cueff. Pour les guitares on a fait la majeure partie des prises avec des Gibson, Lespaul, firebird V, Flying V Gibson Es 335 td 1977, une telecaster ainsi qu’une Strat américaine montée avec des Texas spécial. Pour les amplis on a enregistré sur un Fender Bandmaster silverface 70’s, Wem westminster, Garen, Fender hot rod, Marshall Bluesbreaker, Gibson Titan III de 1965.
Après l’expérience de la Suède, sur les conseils de Zack on a aussi beaucoup enregistré de guitares directement dans la console, ce qui permet d’avoir un son très nerveux et acide comme on aime.

C’est un album de copains fait maison comme une bonne vieille soupe avec pleins de guest et c’est Goudzou notre bassiste qui l’a enregistré et mixé de A à Z comme un chef. Ça a vraiment été un enregistrement nomade même si la plupart de l’enregistrement a été réalisé dans le studio de Goudzou  dans le Finistère Nord en Bretagne. Une partie du studio a été transporté chez une amie, à Douarnenez “Yuna le Braz”,  fille du légendaire guitariste breton Dan Ar Braz. Cet album ne pouvait évidemment pas se faire sans un passage chez nos Paimpolais préférés, les ”Moundrag” pour enregistrer quelques pianos, orgues, voix dans cette bonne vieille Leslie et autres arrangements et percussions farfelus aux sonorités hippie. Ça y est, ça commence à prendre forme !

Nous avons finalisé dans notre fief de Douarnenez qui est une ville ayant une grosse concentration de musiciens. On avait besoin d’une section cuivre ( Sax, trompette et trombone)  pour certains morceaux. Boul, JIX et Sandrick ont débarqué un soir et ça a tout de suite pris. Ils nous on fait 3 morceaux en une soirée, c’était fantastique ! Pendant qu’on enregistrait il y avait du passage à longueur de journée, ça fait partie de la vie de l’album. Il a été réalisé avec une bonne énergie et beaucoup de fun, on a décidé de garder un maximum de bruits parasites qu’on a volontairement laissé. Les productions contemporaines sont de plus en plus calibrées et propres et ce qu’on aime, c’est tout l’inverse. Énormément d’interactions et d’échanges ont eu lieu lors de cet enregistrement, chacun donnait son avis et quand ce sont des potes ça à le mérite d’être honnête. Merci les copains.

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam