Publicité

Kolinga prépare l'album Legacy

Maxime Lopes Par Le lundi, 14 juin 2021 à 14:11 0

Dans Culturel

Kolinga est désormais accompagnée de 6 musiciens et ils préparent le deuxième album Legacy avec l'aide des internautes.

Kolinga

Qui se cache derrière Kolinga et comment vous êtes-vous rencontrés ?
Je suis Rébecca, interprète principale, auteure et compositrice du groupe Kolinga. En 2014, j'ai décidé de suivre cet appel de la musique qui résonnait de plus en plus fort en moi. C'est là que j'ai rencontré Arnaud, guitariste avec qui nous avons formé le duo Kolinga en premier lieu. C'était lors d'un concert où je venais voir des amis jouer. Arnaud était à la guitare et j'ai de suite beaucoup aimé sa manière de jouer. Je lui ai proposé que l'on essaye de faire de la musique ensemble et dès les premières répétitions des morceaux sont nés, que nous jouons toujours aujourd'hui d'ailleurs. Nous avons tourné plus de 4 ans avec cette formule et maintenant nous sommes un groupe de 6 musiciens.

Pouvez-vous nous présenter l'album Legacy et son univers ?
Avec l'album Legacy j'ai eu envie d'aller vers une écriture plus intime, plus personnelle. Legacy c'est l'héritage immatériel que je porte en moi. Il peut être culturel, familial, traditionnel, spirituel... En tout cas je lui rend hommage, tout en me l'appropriant. Au niveau du texte, c'est pareil, je me réapproprie mon histoire. Et je fais plusieurs clin d'oeils à tous les courants musicaux qui ont accompagné ma vie.

Comment composez-vous et quelles sont vos sources d'inspiration ?
Je compose et j'écris en premier lieu seule. J'ai besoin de faire le "squelette" du morceau seule sans que personne ne l'entende avant, pour essayer d'en extraire l'authenticité la plus pure, non influencée par l'extérieur. Ensuite, quand j'ai quelque chose que je considère comme "écoutable", je le transmets à Jérôme, le batteur du groupe, qui fait les arrangements et avec qui je compose pour cet album Legacy. Une fois la chanson un peu plus aboutie, on la fait écouter au reste du groupe et chacun vient apporter sa sensibilité, et c'est ce qui fait que l'œuvre appartient au groupe.

Pourquoi avoir choisi le nom de Legacy ?
Cela fait quelques années que j'ai ce projet en tête. Sans savoir trop pourquoi, il est pour moi une nécessité, comme si j'avais besoin d'écrire ces chansons avant d'accueillir les nouveaux événements de la vie. C'est comme un processus alchimique, le besoin de transformer tout ce que j'ai reçu en moi. Legacy est donc un des mots anglais pour dire "héritage" et je trouve le mot tout simplement beau et puissant, et puis ça me plaît qu'il rime avec prophétie... :-)

Sur quoi attachez-vous le plus d'importance lorsque vous composez ?
J'attache beaucoup d'importance à mon ressenti dès que je joue ou chante les premières notes d'une nouvelle composition. Il faut qu'elle m'apparaisse comme une évidence, qu'elle me fasse du bien, qu'elle est presque une dimension médecine pour moi. Même avec le reste du groupe, on marche beaucoup au ressenti, au feeling, ça ne passe pas vraiment par la réflexion mais on le ressent dans le corps si c'est bon ou pas.

Quels sont vos choix sur les instruments utilisés ?
Sur notre premier album il y avait seulement de la guitare et des petites percussions. Aujourd'hui, avec la famille qui s'est agrandie, notre palette instrumentale est beaucoup plus large. En plus, certains membres du groupe son multi-instrumentistes et ça permet de varier encore plus les sonorités. pour le choix, c'est pareil, le feeling !

Qu'apportent les musiciens qui sont arrivés à votre musique ?
Je dirais qu'ils y apportent richesse, générosité et sensibilité. C'est tellement agréable de jouer avec chacun d'eux. Et humainement, c'est un bonheur aussi.

Parlez nous du titre Mama (Don't let me) et de son clip...
Le titre Mama (don't let me) est le premier extrait de notre futur album. Il est à l'image de cette écriture plus personnelle et intime. J'ai grandi seule avec ma mère, c'est elle qui m'a élevé. Elle a dû jouer tous les rôles pour moi "You are the sun when the day comes, You are the moon when the night falls". Maintenant que je suis adulte, je me rends compte des sacrifices qu'elle a fait pour que je sois toujours sa priorité. Cette chanson je l'ai écrite pour lui témoigner ma reconnaissance, et pour lui promettre que je serais toujours là pour elle comme elle l'a été pour moi.
J'ai eu la chance de rencontrer le travail d'Emma Cormarie qui a réalisé le clip et qui a mis en images des bouts de vie de ma maman et moi. Je suis fascinée par la manière dont elle a su retranscrire ces émotions en dessin.

Que souhaitez-vous transmettre avec votre musique et qu'est ce qui fait le charme de votre musique selon vous ?
Etre sincère et authentique dans l'écriture, dans l'interprétation, c'est quelque chose qui nous tient vraiment à coeur. Je pense que c'est parce qu'on est vrais que l'on arrive à toucher une part profonde chez les gens.

Souhaitez-vous évoquer les enregistrements en studio ?
Nous sommes en ce moment en train d'enregistrer le second album. On n'enregistre pas avec la totalité du groupe en même temps mais en petit comité à chaque fois. ça permet d'être plus au calme, que l'énergie soit moins dispersée et d'être à fond impliqué dans ce qui se passe au studio. Pour l'instant on a enregistré les basse/batterie de chaque morceau.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Nous sommes entièrement auto-produits de l'enregistrement au master et c'est une indépendance que l'on veut absolument garder et défendre. Déjà, cela nous permet d'être entièrement propriétaire de notre musique mais aussi de pouvoir garder notre intégrité artistique. Cependant produire un album a un coût très élevé, surtout maintenant que nous sommes 6 et que nos créations sont un peu plus ambitieuses. Co-produire cet album avec notre public nous paraît sain et logique, vu que c'est avec lui que l'on veut avoir le lien le plus étroit. Nous demandons 15 000 euros sur un budget global qui s'élève à 50 000 euros. Nous proposons tout un tas de chouettes contreparties ce qui fait que les gens ne donnent pas de l'argent "dans le vide" mais reçoivent l'album en échange ou bien le vinyle ou des t-shirts etc.... C'est au final comme une pré-commande.

En quoi le fait d'être indépendants est important pour vous ?
Cela nous permet de faire nos propres choix, de rester intègres dans la démarche sans que personne d'extérieur vienne mettre son nez dedans !

Quel sera l'univers visuel de Legacy ?
Suprise...

Espérez-vous pouvoir faire une tournée pour présenter cet album et que revêt la scène pour vous ?
Bien sûr et il nous tarde de défendre cet album sur scène. Nous sommes avant tout des artistes du Live, c'est pour cela que l'on a fait ce métier. Pour vivre ce genre de moment unique.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci pour les questions, merci de m'avoir lue, et au plaisir de vous croiser après un concert !

Merci à Kolinga d'avoir répondu à notre interview !
Suivez son actualité sur Facebook.

KOLINGA - Mama (Don't let me) [Official Music Video]

interview Crowdfunding Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam