Publicité

Kevin Amiel, le soleil dans la voix

Maxime Lopes Par Le lundi, 11 avril 2022 à 19:56 0

Dans Culturel

On l’entend une fois et on ne l’oublie plus : lumineuse, solaire, agile et à la tessiture large... la voix du ténor Kevin Amiel fait ressurgir avec panache la générosité d’Alfredo Kraus et Luciano Pavarotti dont elle porte indéniablement l’héritage.

Kevin Amiel

Tourbillon d'excellence

Le début de saison a emmené Kevin Amiel dans un tourbillon étourdissant qui préfigure l’année charnière du jeune ténor de 32 ans. Mozart et Salieri de Mozart et Rimsky-Korsakov à l’opéra de Toulon a une fois encore démontré l’agilité linguistique du chanteur, déjà familier du compositeur. À Limoges ensuite, Kevin Amiel s’est plongé dans la musique espagnole avec le rôle de Fernando des Goyescas de Granados. « Mes trois années à l’atelier lyrique de l’Opéra de Paris m’ont permis de travailler dans plusieurs langues : l’allemand, l’anglais, l’italien ou encore le russe »... une formation d’excellence couronnée par une révélation classique de l’ADAMI en 2011, un prix de l’AROP en 2013, et un prix au concours Voix Nouvelles en 2018.

L'intelligence des choix

La richesse et la diversité des projets ne font pour autant pas perdre pied au ténor, très vigilant à la progression de son instrument : « Je ne laisse personne me dire comment chanter, mais je suis ouvert à la discussion sur l’interprétation du rôle, qui diffère d’un chanteur à l’autre, d’un metteur en scène à l’autre ou d’un chef à l’autre, je suis plutôt ouvert dans une certaine logique ».
 
Intelligent dans le choix du répertoire, il aborde la scène avec instinct et maturité. Fin janvier, Kevin Amiel endossera le costume de Nicias dans Thaïs à Tours, une prise de rôle complètement évidente et naturelle : « Massenet est très respectueux des artistes ; l’orchestre accompagne la voix sans jamais la couvrir. »

Des promesses dans la voix

Autre prise de rôle : celle du Comte dans le Barbier de Séville à Toulouse en mai prochain. « Christophe Ghristi a insisté pour que je le fasse après un coup de cœur en m’entendant dans sa Traviata de Verdi, Opera pour lequel nous avions réalisé une audition et qui a provoqué la proposition du rôle de Nemorino dans l’Elisir d’Amore et maintenant du Barbier de Séville, ainsi qu’un autre projet pour 2022/2023, mais chut » Kevin Amiel complètera une distribution au sommet, aux côtés d’Eva Zaïcik et Florian Sempey. Cette immersion dans l’univers de Rossini représente un nouveau défi de taille, à la hauteur des promesses abritées par sa voix. « Les vocalises, la rapidité des textes et les moments parlés sont un challenge vocal mais j’en rêve depuis toujours : le cynisme de Rossini, son humour, et ses intrigues théâtrales sont délectables. Je jubile à l’idée de bientôt rejoindre cette production ! » Quant à Nemorino, il le retrouvera début avril à Bordeaux : « j’aime tellement l’opéra que j’ouvre souvent la partition pour le plaisir de l’écouter ; Nemorino est un rôle que j’affectionne particulièrement » - l’adulte encore baigné d’enfance, la tendresse des sentiments, et l’audace dénuée de toute malveillance... ce personnage dont le tempérament est bien connu de notre ténor lui offre « une leçon de chant sur pattes » en exigeant une diversité des couleurs, une énergie et une dextérité toutes particulières.

Culture populaire et joyeuse

Alors que la voix de Kevin Amiel murit progressivement vers une couleur de ténor lyrique, celui-ci élargit ses horizons vers Lucia di Lammermoor, la Bohème, Roméo et Juliette ou Rigoletto qu’il affectionne particulièrement et connaît déjà par cœur. Berlin, Zurich et Londres lui tendent déjà les bras pour des saisons à venir qui s’annoncent extrêmement riches. Nourri d’une culture populaire et joyeuse, celui qui se définit volontiers comme un « conservateur vocal » cultive et protège son équilibre en compagnie des grandes comédies françaises où se côtoient Daniel Auteuil, Gérard Depardieu, Jean-Paul Belmondo et Louis de Funès par-dessus tout. Sans oublier, les films de superhéros, les arts martiaux qu’il pratique régulièrement et bien sûr la musique jazz, pop, variété, techno, rock ou même hard rock !

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam