Publicité

Kazy Lambist : le single Work Ft Pongo

Découvrez le single Work de Kazy Lambist, en featuring avec Pongo. Il sera en concert au Trianon de Paris le 28 novembre 2018.

Il porte le prénom d’un roi de légende, mais c’est sous le nom de Kazy Lambist qu’Arthur Dubreucq s’invite à la table ronde de la pop électronique depuis quelques années. À tout juste 25 ans, le jeune homme, qui sort aujourd’hui son premier album 33 000 Ft., a déjà un beau parcours derrière lui.

Postés sur le net, ses titres ont été écoutés des centaines de milliers de fois, ouvrant les portes de son fan-club à de bien beaux noms. À l’étranger, le réalisateur oscarisé Guillermo del Toro et la réalisatrice anglaise Ana Lily Amirpour ont tous les deux clamé leur amour pour la musique de Kazy Lambist dans des tweets enflammés. En France, Jean-Charles de Castelbajac a encensé le travail du jeune homme, et les deux artistes ont fini par collaborer : Kazy Lambist a composé la bande sonore de Dessin-Destin, l’exposition de JCDC à La Panacée de Montpellier – le projet a ensuite donné naissance à un vinyle paru pour le Disquaire Day, dont JCDC a dessiné la pochette.

À ce parcours déjà impressionnant, il faut ajouter deux EPs, The City sorti cette année, et en 2016, The Coast, sur lequel il annonçait déjà la couleur avec le titre All I Wanna do : « All I wanna do : make music and love. » De nombreux DJ sets en France et à l’étranger ainsi qu’une belle série de concerts, dont une Gaîté Lyrique sold out avant même la sortie de l’album, complètent ce riche CV. « Tout est arrivé très vite, résume aujourd’hui Arthur. Au départ j’avais simplement posté quelques morceaux sur Soundcloud. Je ne m’attendais pas à tout ça. »

Retour en arrière.
Arthur est né, a grandi et vit à Montpellier. Petit, il apprend le piano classique, puis s’essaye à la guitare dans des groupes de rock. A la maison, les albums de Gainsbourg et des disques de musiques africaines tournent sur la platine du salon, tout comme la bande originale de The Virgin Suicides (signée Air) qui le marque particulièrement. Au panthéon personnel du jeune homme trônent des grands noms du jazz, comme Duke Ellington, à qui il fera d’ailleurs un clin d’œil sur son premier EP avec le morceau Duke Elise & I. Et c’est outre-Atlantique que son éducation musicale va se prolonger : un an avant le bac, un échange scolaire parachute Arthur au Canada aux portes de l’Alaska, « au milieu des ours et des caribous ». Le garçon ajoute alors une nouvelle corde à son arc : il suit des cours d’autodéfense pour apprendre à riposter en cas d’attaque d’ours blanc. Là-bas, tous les lycéens jouent de la musique. Le garçon s’y passionne pour le hip-hop. Ne se sentant pas suffisamment à l’aise en anglais pour rapper, il se met à composer des instrus pour les autres, sur son ordinateur. De retour en France, il conservera cette méthode de travail. « Peu à peu, j’ai acheté du matériel pour développer mon propre home-studio. Je compose toujours ainsi, seul et dans ma chambre. » Ainsi naît Kazy Lambist, projet au nom imaginaire, dont on recommande de ne pas chercher à comprendre l’origine. « J’aime inventer des nouvelles significations pour Kazy Lambist quand on me demande ce que ce nom signifie, sourit Arthur. En ce moment, j’ai envie de dire que c’est le nom de l’alcool typique bu dans le nord de la Colombie britannique au Canada. » Santé !

Musique

Joylie : son single Let it go... Joylie : son single Let it go...
Joylie dévoile son single Let it go, extrait de son futur EP Dirty Laundry soutenu par les in...
  Yara Lapidus et Iggy Pop, le clip d'Encor Encor !
Yara Lapidus est de retour avec un nouveau single Encor Encor sur lequel on découvre la parti...
Yara Lapidus et Iggy Pop, le clip d'Encor Encor !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire