Publicité

Junior Rodriguez : l'album Stellar Dream

Découvrez le premier album solo de Junior Rodriguez et intitulé Stellar Dream.

Junior Rodriguez - Stellar dream

S’il est multi-instrumentiste, le trentenaire franco-portugais est aussi multi-projets. Comme tout rockeur, son histoire est d’ailleurs des plus originales. Dès lors, rien d’étonnant de l’apercevoir en compagnie de Loudblast ou de Betraying The Martys le temps de tournées et, de façon plus surprenante, de le retrouver batteur de Dick Rivers le temps d’un album.

En 2019, si,  comme annoncé à l’instant, il sort son premier album, Stellar Dream il fait aussi face à un challenge de composition dans la web série Starting from nowhere, sortie le 3 Mai dernier !

Quoi qu’il en soit, ce road trip musical tourné en Islande et réalisé par Alberic Jouzeau, dont l'avant-première eut lieu au Grand Rex, le met en effet à l'épreuve des éléments et des inspirations. En résulte un morceau de 9 minutes très onirique, influencé par les paysages, les hommes et qui se mue en première piste de Stellar Dream ! L’Iceberg et les aurores boréales de l'artwork achèveront de faire le lien entre cette aventure extraordinaire et ce premier album d'un citoyen du monde.

Stellar Dream n’est autre qu’un "onze titres" aussi rock que psychédélique mixé par Mark "Spike" Stent (Depeche Mode, Oasis, Muse, Paul McCartney, etc.) aux East West Studios de Los Angeles & Olivier T'servanx. Un premier album aux airs de voyage initiatique d’une cinquantaine de minutes dans l’univers de Junior Rodriguez. Un périple allant des chaudes sonorités du désert de Namibie (comme le montre le single Just Like You) aux tonalités emplies de cet air frais et revigorant inhérent aux fjords des terres de glace. Un album personnel et universel à la fois.

Starting From Nowhere - Episode 1 [HD] /// multi-language

Interview de Junior Rodriguez

Pouvez-vous nous présenter votre album Stellar dream et vos sources d'inspirations ?
Stellar Dream est un disque personnel, introspectif et contemplatif. Je m’inspire du monde, de l’univers, de la nature. Tout ce qui touche au mystique m’inspire…

L'album s'apparente à un vrai road trip, pour lequel vous avez été dans plusieurs pays. Peut-on en savoir plus à ce sujet ?
Tout à démarré au pied des glaciers Islandais, à partir d’une page blanche pour voir en quoi cette connexion avec la nature allait influencer l’écriture de ma musique…
Les voyages et les rencontres ont une part très importante dans ma vie et influencent directement ma musique et ma personnalité. Alberic Jouzeau le réalisateur de Starting From Nowhere ayant très vite cerné cette part de moi a décidé alors d’entreprendre cette aventure et de tout documenter. Je ne savais pas à ce moment là que je débutais l’écriture d’un album. C’est deux ans plus tard, une fois le disque finalisé, qu’il a décidé cette fois-ci de m’emmener en Namibie, chez les Himbas. Une histoire et des rencontres incroyable mises en images sur le clip de Just Like You.

Comment avez-vous abordé la partie instrumentale de l'album Stellar dream ?
Très simplement en fait. Mes idées de chansons m’apparaissent souvent comme un flash, une sorte d’instantané très complet dans lequel je vois toute la forme globale de la chanson dans ma tête... C’est très prenant et il faut alors que je l’enregistre rapidement. J’ouvre alors des pistes sur mon logiciel d’enregistrement et pose l’idée directement et le plus vite possible. Je commence par l’instrument qui m’inspire le plus sur le moment. Puis je commence à broder autour, élément par élément en essayant d’aller le plus droit au but possible. Puis après je m’amuse à monter tout ça pour y donner la forme finale qui deviendra une chanson… puis un album. J’aime quand les choses se font simplement et efficacement, j’ai du mal à rester enfermé trop longtemps dans un studio. La première idée est très souvent la meilleure.

Vous avez été le temps d'un album batteur de Dick Rivers, quels souvenirs gardez-vous de ce moment et cela vous a-il aidé sur ce projet ?
J’ai même eu la chance d’en faire deux... Ce sont des souvenirs incroyables et impérissables. Dick était vraiment quelqu’un de bien et jouer pour lui m’a ouvert un bel horizon auquel je n’aurais peut-être pas pensé sans terre aventure. Au delà de Dick lui même, il y a surtout Oli le Baron, mon Evil Dady, qui m’a mis le pied à l’étrier sur ce disque et m’a embarqué dans cette aventure à la suite d’une simple rencontre.
Un mec extraordinaire et visionnaire comme il en existe peu dans ce monde du Rock n’ Roll en France. Je lui dois maintenant cette audace dans ma création. Je me suis
tout de suite reconnu en lui et vice-versa. On a passé 6 années de dingue que ce soit en studio, en tournée ou aux Etats-Unis…

Est-il possible de nous faire partager les coulisses du studio d'enregistrement ?
Il y a deux phases en studio me concernant. Il y a la première partie qui se passe dans mon studio à Paris ou avec mon studio portable un peu partout où je vais en voyage... Je pose les idées, j’arrange tout ça et avance déjà à 90% le son, le mix, les textures… Je bosse quand ça me vient, je ne me donne pas d’horaires ni de limites.
Mon maître-mot c’est : liberté. Pour cet album, une fois que j’ai eu tout bouclé, que le disque sonnait comme je voulais, alors je suis parti avec ma chérie m’enfermer en autarcie au Powerplay Studio en Suisse qui possèdent une magnifique console Neve des années 70 et du très beau matériel vintage. J’ai tout installé dans la salle de prises avec mon assistant : Batterie, amplis et micro chant. Tout connecté à la console, puis on a commencé à coucher les instruments un par un et titre par titre.
C’était très expéditif. Au bout de 4 jours quand tout était enregistré je suis passé à la partie la plus cool du studio, brancher des synthés, des réverbes à plaque, des délais à bande et mettre un peu le dawa dans tout ça. Je suis revenu avec tout ça à Paris, un peu de nettoyage dans mes pistes et direction Lille où je suis allé mixer et Masteriser le disque avec mon ami Remy Delliers pendant une semaine. On se connait tellement bien depuis longtemps avec Remy, grâce aux autres disques que j’ai pu faire avec lui et l’amitié qui s’est liée entre nous que tout est spontané et naturel, on va très vite et je lui voue une rare confiance aveugle dans son travail et son talent... Je le laisse beaucoup faire en restant dans la pièce et on échange au fur et à mesure jusqu’au moment où on se regarde en se disant : yes c’est ça !
Pour le titre Just Like You c’était différent puisque c’est Mark Stent qui l’a mixé de son côté à Los Angeles, on a échangé par email et c’était fait !

Le premier et le dernier titre de l'album sont plus long (8 minutes 40), pourquoi ce choix ?
Cet album n’est pas une simple addition de chansons ou de « singles »... C’est un tout. Le premier titre est un moyen d’entrer dans le disque et le dernier d’en sortir… Je veux vraiment que les gens vivent l’écoute de ce disque comme une expérience.
Après libre à chacun d’écouter les titres dans l’ordre qu’il veut, seulement je pense que l’expérience de ce disque se fait d’une traite, du premier au dernier titre pour en comprendre la contenance. Pour atteindre les étoiles, le décollage et l’atterrissage sont très importants…

Peut-on en savoir plus sur le clip de Just Like You et son tournage ?
Une aventure incroyable. Une très forte rencontre avec le peuple Himba mais surtout avec Yepua cette petite fille qui joue avec moi dans ce clip et avec qui nous avons passé une semaine 24H/24H ensemble. Nous nous sommes liés d’un lien très fort ainsi qu’avec son père. Pendant le tournage, sa maman a mis au monde une petite
soeur dont ils m’ont fait parrain et demandé de lui donner son prénom. C’était un moment très fort…

Dîtes nous en plus sur l'artwork de Stellar dream où l'on voit un iceberg et une aurore boréale…
Cette pochette représente cette aventure mystique en Islande… C’est une allégorie de la beauté de ce monde glacé dans lequel se reflète les étoiles et les aurores boréales. Il y a plusieurs lectures à cet artwork, mais à vous de les trouver ;)

Une anecdote à nous raconter sur Stellar dream ?
Sur Just Like you, il y a une piste de guitare qui est montée à l’envers. Une erreur au moment où Mark Stent a monté les pistes dans sa sessions au studio à Los Angeles. On l’a laissée comme ça pour le fun... mais sauriez-vous la trouver ?

Avez-vous des concerts de programmés et qu'appréciez-vous dans la scène ?
Oui, nous commencerons le 26 Novembre à la Boule Noire et d’autres dates seront annoncées bientôt pour 2020… La scène reste mon meilleur moyen d’expression et c’est là que ces chansons prennent réellement vie… Je vous invite grandement à venir voir ça en live.

Quel serait votre plus grand rêve stellaire ?
Bonne question… je préfère laisser le hasard faire les choses.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Prenez soin de notre planète.

Merci à Junior Rodriguez d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Junior Rodriguez - Just Like You (Official Music Video)

A propos de Junior Rodriguez

 Junior Rodriguez est un mélomane. Des musiques extrêmes aux sonorités psychédéliques. De Loudblast ou Betraying The Martyrs à Junior Rodriguez & The Evil Things. Du Day By Day de Bullworth paru en 2008 au Under The Painted Sky de Darkness Dynamite en 2013, le multi-instrumentiste se plait à distiller son talent ci et là. Mais c'est bien en solo que Junior Rodriguez exerce son art depuis 2014 et un premier EP, Welcome Home : Tryptyk Album, Vol.1, sous le nom de Junior Rodriguez & The Evil Things. Puis le second volet de ce tryptique deux ans plus tard en 2016. 2019, quant à elle, se veut fructueuse pour Junior Rodriguez. Après la sortie d'une web-série, Starting From Nowhere, coréalisée avec Albéric Jouzeau et disponible intégralement sur Youtube, le musicien s'apprête désormais à sortir son premier album le 4 Octobre.

Tracklist

  1. Starting From Nowhere
  2. Stellar Dream
  3. Just Like You (Single déjà sorti) 
  4. My Love, My Friend
  5. Dali Was A Liar
  6. Sur les Toits de Montréal
  7. Pissed Off
  8. Be My Guest
  9. Down Your Tears
  10. Panopticon Revolution
  11. Heavens Curse

interview Musique

Hopla Guys : l'album Maschugga Hopla Guys : l'album Maschugga
Hopla Guys prépare l'album Maschugga qui sortira le 16 novembre 2019. Découvrez de...
  Loïc Nottet : le clip de Candy
Loïc Nottet enchante Halloween et dévoile le clip de Candy.
Loïc Nottet : le clip de Candy

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire