Publicité

Jérôme Fitzgerald Collet : un album sur les années folles de Maurice Chevalier

Maxime Lopes Par Le lundi, 05 septembre 2022 à 16:14 0

Dans Culturel

Pour célébrer le 50ème anniversaire de la mort de Maurice Chevalier (1888-1972), Jérôme Fitzgerald Collet nous plonge dans l’ambiance musicale des années folles à Hollywood. Un album de chansons de la star du music-hall français, disponible depuis le 26 août 2022.

Jérôme Fitzgerald Collet - album sur Maurice Chevalier

Passionné par la période des années Folles à Hollywood et la personnalité mythique de Maurice Chevalier, Jérôme Fitzgerald Collet renoue avec le style des crooners. Dans cet album inédit, il interprète 19 titres dans leur version anglaise et leur adaptation française. Grâce à la collaboration avec l’orchestre Big Band de Jacky Delance composé de ses 20 musiciens, il a obtenu un arrangement de qualité, contribuant à un univers musical évocateur du Fox trot et du Charleston. Une touche de Feel-Good pour l’actualité musicale de la rentrée !

Jérôme Fitzgerald Collet réalise un double rêve, celui de rendre hommage à une star mondiale de la chanson, Maurice Chevalier, et de chanter à nouveau, après quelques années de silence.
Comme lui-même l’explique : « Cet album intitulé La vie est belle ! Les années folles de Maurice Chevalier à Hollywood, correspond à des chansons oubliées, dont une seule est franco-française, signée de Maurice Yvain, compositeur à succès de l’époque, et ami de l’artiste. Même si on a l’impression que ce sont des chansons françaises, toutes ont été écrites en anglais par des auteurs américains, dans un style français, puis réadaptées en français. » Ainsi certains titres tels

Hello beautiful ne furent chantés qu'aux États-Unis, mais Chevalier introduisit en France les versions françaises, tels yes Sir, that's my baby, I Wonder where my baby is tonight, ou encore la désopilante Quand j'entends c't'air des Dolly sisters / Syncopation on the brain.
Renouant avec le style des crooners, Jérôme Fitzgerald Collet interprète 19 chansons dans leur version anglaise et leur adaptation française. En outre, la collaboration avec l’orchestre Big Band de Jacky Delance et ses 20 musiciens a permis un arrangement de qualité, contribuant à un univers musical évocateur du Fox trot et du Charleston.

Un peu d'histoire musicale et cinématropgraphique

Figure légendaire du Music-Hall français, Maurice Chevalier (1888-1972) reste associé à son canotier et son fameux sourire. Les générations familières de l’artiste fredonnent encore aujourd’hui ses chansons les plus populaires parmi lesquelles Ah ! Si vous connaissiez ma poule, Dans la vie faut pas s’en faire, ou encore Ma pomme, etc.
Moins connue est la carrière fulgurante qu’il a eue aux États-Unis. À l’époque, il avait un atout, celui de parler anglais.
En 1929, il tourne le premier film parlant de la Paramount, Innocents of Paris (La chanson de Paris). Et c’est la chanson Louise - qu’il n’enregistra pas en français - qui sera sa carte de visite auprès des Américains.
D'autres films suivront - Parade d'amour, Le lieutenant souriant, Une heure près de toi, Aimez-moi ce soir, La grande mare... - dans lesquels certaines chansons deviendront des succès en anglais et en français.
Après cinq ans outre-Atlantique, ponctués d’aller-retours, il revient définitivement en France dans les années 30 mais il continuera à se rendre régulièrement aux États-Unis. Il recevra même un Oscar pour l'ensemble de sa carrière, en 1958, notamment pour sa prestation dans le film Gigi. Il s'éteint dans sa maison de Marnes-la-Coquette le 1er janvier 1972.

3 questions à Jérôme Fitzgerald Collet

Comment la chanson s’est imposée à vous ?
Je suis issu d’une famille de la bourgeoisie provinciale. Professionnellement, je ne savais pas où m’orienter. En 1987, j’ai 20 ans : c’est la mort de Dalida. Étonnamment, cela provoque un déclic : celui de chanter ! Après quelques cours de chant, je participe à des radios crochets. En 1996, j’interprète une première chanson dans l’émission de Pascal Sevran La chance aux chansons. Mon répertoire est celui des années 40-50. Mais malgré près de 140 titres enregistrés en studio et une trentaine d’émission télé, ma vie prend une autre direction. L’aventure de cet album CD est une bouffée d’oxygène qui me remet le pied à l’étrier. La vie est belle, non ?

D’où vous vient cette passion pour Maurice Chevalier ?
Alors que ma génération a été marquée par des groupes emblématiques comme les Rolling Stones, fasciné par le glamour hollywoodien, je me suis toujours senti plus familier du répertoire musical des années 30. Sans doute est-ce l’influence de mes parents, nés à cette époque ! Quand on s’intéresse aux années 20-30-40-50-60, il est impossible d’ignorer Chevalier. Un jour, je me suis mis à collectionner sur EBay les enregistrements qu’il avait sortis aux États-Unis. J’espérais y trouver des idées d’arrangements. En écoutant ces 33 tours en stéréo avec les orchestrations de ses amis, et pas des moindres, Cole Porter et George Gershwin, j’ai pris la mesure de l’extraordinaire carrière de l’homme au canotier !
Quant aux Dolly Sisters (voir encadré), deux figures du glamour des Années Folles, c’est un ami de notre famille qui m'avait raconté les avoir vues "arpenter les planches" à Deauville avec son père en 1925... Cette image est restée dans ma mémoire. On leur doit d’avoir introduit en France le Charleston !

Quelle est la genèse de cet album ?
Alors que la date anniversaire de la mort de Maurice Chevalier approchait, l’idée trottait dans ma tête. Il y avait l’envie de lui rendre lui hommage et aussi de savoir si j’étais encore capable de chanter. J’ai alors pris contact avec l’orchestre de Jacky Delance qui a été l’accompagnateur de Pascal Sevran. Après deux séances pour tester ma voix, nous avons sélectionné des titres de sa période Hollywood. Je ne voulais surtout pas faire du Maurice Chevalier et encore moins l’imiter ! Tout s’est ensuite enchaîné. Pour la distribution, j’ai confié le projet à Christian de Tarlé qui est à la tête de EPM, un label fondé par François Dacla et Léo Ferré, orienté sur la chanson à texte, et sur les rééditions.

Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam