Publicité

Jeff Bernicchia : le single Stay home

Jeff Bernicchia dévoile le single Stay home en version quartet.

Jeff Bernicchia

Pouvez-vous nous présenter le single Stay home ?
La vidéo live que nous avons faite de cette chanson, mes 3 amis musiciens et moi, a plutôt bien marché en quelques jours sur les réseaux sociaux. La presse locale m'avait d'ailleurs consacré un article pour ma version solo en avril.
On m'a beaucoup complimenté pour ce titre, pour la simplicité de la chanson elle-même, (même si elle est en anglais), pour la dynamique de la vidéo et surtout pour le message, collant à l'actualité du confinement.
Alors, plusieurs personnes m'ont demandé ensuite si je sortirais Stay Home en single ou si je comptais l'inclure dans un prochain projet, type EP. Au départ, je ne voulais pas qu'on me taxe de « surfer » sur le contexte de l'épidémie. J'ai donc choisi de la sortir en single « dématérialisé », disponible ne téléchargement / streaming sur les plate-formes dédiées à cela , type Deezer ou Spotify.
J'ai fait mixer et mastériser le titre à distance par Simon Derasse, une référence dans le métier pour ne pas perdre de temps. Stay Home est donc en ligne depuis le 8 mai.

Pourquoi écrire un titre sur le confinement et le coronavirus ?
J'ai réagi, le jour où j'ai vu à la TV des gens ne respectant pas le confinement, à Paris, parce qu'il faisait beau ; c'était le 1er week-end du confinement.
Tout le climat était très anxiogène.
L'épidémie se propageait à toute allure. Je trouvais ce manque de civisme et de responsabilité dramatique et inconscient. J'ai réagi, à ma façon.

Comment avez-vous travaillé à distance avec vos musiciens ? N'était-ce pas trop compliqué ?
Non. En aucun cas.
Ce sont des musiciens professionnels et talentueux, des amis aussi, avec lesquels j'ai souvent l'habitude de jouer sur scène.
Je peux même dire que cela a été peut-être plus vite que si nous étions allés en studio, avec les contraintes d'organisation que cela suppose souvent. Cela les a amusés. Parce que la chanson était simple, aussi.
C'était un petit défi et aussi l'occasion de jouer « ensemble » de loin, si l'on peut dire !
Le contrebassiste m'avait entendu jouer les 30 secondes d'ébauche de Stay Home fin mars, en solo sur un Instagram live. C'est lui qui m'a incité à en faire une chanson complète. Que j'ai fini d'écrire en une petite heure.
Une fois que j'ai eu fait ma version solo « video selfie » (+ de 3500 vues sur facebook) j'ai appelé le batteur, Julien, 2 jours après, qui s'est calé sur ma version solo live ; il s'est filmé et
enregistré avec son I-Phone. Léo le contrebassiste a fait de même quelques jours après. Idem pour Serge, le saxophoniste. Je leur avais au préalable préparé les partitions bien sûr.
Il ne restait qu'à faire le montage de tout ceci. J'ai la chance d'avoir à mes côtés mon ami Christian, vidéaste et photographe - qui réalise mes clips et photos d'albums - il a pu finaliser, de chez lui aussi, cette video collaborative.
Enfin, j'ai envoyé cela au studio de mastering pour avoir le meilleur son possible en vue d'une diffusion radio et / ou Internet.

Selon vous, que doit transmettre la musique de manière générale ?
De l'émotion. Des sentiments. Faire réfléchir. Transmettre des messages, pourquoi pas.
Et divertir. Permettre de rêver, de danser ou de s'évader.

Quels souvenirs gardez-vous de vos échanges de perfectionnement avec François Grosborne ?
Il m'a appris les bases du piano jazz. Et à travailler mon piano...

Pouvez-vous nous en dire plus sur l'album In Time / Intime ?
Je voulais réunir toutes les compositions qui me tenaient à coeur et que je n'avais jamais pris le temps d'enregistrer sérieusement. En inclure des récentes. (comme Tourne La Ronde ou Every Rose). J'en ai « jeté » quelques autres aussi... Projet auto-produit bien sûr. 14 titres.
Aboutir un projet auquel j'ai convié la plus grande partie des musiciens avec lesquels j'ai joué au cours de ma vie. Ou avec qui je joue toujours. Tous se sont prêtés au jeu admirablement.
J'ai tout écrit, composé, arrangements compris, tout chanté. J'y ai mis 2 reprises dont une de Brel.
Je voulais faire ressortir ce qu'est mon univers, ce qu'il a de plus intime. (D'où le titre).
Le double titre est un jeu de mots, et aussi le reflet de ma « marque de fabrique », qui est de chanter en français et en anglais.
On me qualifie volontiers de chanteur « pop intimiste, tendance jazzy ».
Projet participatif, cet album, au sens très large en quelque sorte.
Cela m'a permis aussi d'y faire participer mon père, (à la clarinette), par exemple, ou de rencontrer de nouvelles personnes, comme les violonistes , qui ont joué sur cet album. Mes enfants y ont collaboré également, pour la conception de la pochette et pour un texte écrit.
Ainsi que Christian dont j'ai parlé plus haut.
Cela a pris cinq ans et demi. Mais je n'étais pas pressé.

Quelle importance accordez-vous à partager la musique avec d'autres artistes ?
C'est juste vital. L'essence même du partage d'émotions, de vibrations. L'expression d'une idée de la fraternité, de la joie, d'échanges humains. Avec parfois son lot de hauts et de bas.
La vie, en soi.

Comment ressentez-vous la scène et en quoi est-elle importante pour vous ?
Là encore, c'est le partage avec le public, auquel on essaie de donner du rêve et du plaisir, en donnant le meilleur de nous-mêmes, et en restant sincères et authentiques.
C'est un frisson de jouer en public. Irremplaçable.
C'est malheureusement pas très facile de trouver des salles, des lieux, des dates de concerts, dans des conditions raisonnables, quand on n'est pas un artiste connu.

Quels vont être vos projets artistiques dans les prochains mois ?
Peut-être sortir un EP, donc, avec Stay Home, et d'autres titres dont deux sont d'ores et déjà prêts. Je continue d'écrire.
Un clip aussi, au moins sur l'un des deux autres titres.
J'ai également composé cet hiver la musique d'un spectacle de théâtre « son et lumière », qui devait avoir lieu en juin, mais qui sera reporté pour les raisons que l'on sait.
Et tout projet de composition, ou de collaboration pour d'autres artistes - comme pour mon ami Serge, le saxophoniste - sera le bienvenu.
J'espère aussi faire des concerts le plus souvent possible avec mes compositions, en jazz aussi.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Qu 'on y gagnera tous à essayer d'être meilleurs les uns envers les autres. Croire en nos rêves, travailler, persévérer, s'améliorer. Faire le bien. Jouer collectif. Prendre soin de nous et de ceux que nous aimons, et de notre planète.
Et merci à vous de diffuser et de parler de Stay Home !

Merci à Jeff Bernicchia d'avoir répondu à notre interview !
Suivez le également sur Facebook.

STAY HOME ( live quartet version)

A propos de Jeff Bernicchia

Jeff Bernicchia joue du piano depuis l’âge de 10 ans sous l’influence de son père qui en jouait en amateur. Sa formation était tournée essentiellement vers la musique classique.
Il a choisi de se perfectionner durant 3 ans auprès de François Grosborne (jazz).

De nature autodidacte, curieux et aimant apprendre des autres, Jeff Bernicchia s’est intéressé au chant mais également à la musique pop. La musique anglo-saxonne est une des influences musicales que l’on retrouve le plus souvent dans ses chansons (Beatles, groupes des sixties...). Il est également influencé par divers genres de musique tels que la chanson française et italienne, le jazz, les crooners, les chanteurs de blues et le piano jazz Jeff Bernicchia aime passionnément le jazz parce que cette musique laisse libre cours à la liberté d’interprétation de chacun.

Les harmonies vocales ont toujours fait vibrer cet artiste et lui ont donné envie de chanter. Ce plaisir lui vient de ses origines méditerranéennes et familiales. Jeff Bernicchia a toujours préféré chanter et écrire en anglais, sa voix ayant un grain tout particulier lorsqu’il chante dans cette langue.

La composition et la création sont pour lui une façon de trouver sa place dans la musique. Cela lui permet de partager avec son public des émotions, de raconter des histoires au travers de quelques notes...

Musique interview

Akius : l'application de soutien aux spectacles vivants Akius : l'application de soutien aux spectacles vivants
Akius est la nouvelle application mobile de livestream interactive en soutien au spectacle vivant. ...
  Ayez l'Afro rythm avec Louis Félix Basile
Avec Afro rythm, Louis Félix Basile propose des danses influencées par l'Afrique, ...
Ayez l'Afro rythm avec Louis Félix Basile

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire