Publicité

Ivan Tirtiaux : son album L'oasis

Ivan Tirtiaux présente son futur album L'oasis, réalisé avec le soutien des internautes. Ce deuxième album est attendu au printemps 2019.

Ivan Tirtiaux

Pouvez-vous nous présenter votre deuxième album L'oasis et son univers ?
C’est de la chanson française dans un univers plutôt folk avec des textes parfois denses ou au contraire assez épurés.
Comme sur le précédent, l'instrumentation est boisée, des guitares acoustiques et électriques, une contrebasse, de la mandoline et du banjo, trois percussionnistes dont une joueuse de marimba, de la clarinette basse, des cordes, quelques claviers… J’ai pris soin de travailler la production de façon à ce qu’elle ne souffre pas trop avec les années. En général sur mes albums je privilégie les vrais instruments, l’analogique plutôt que le numérique, la poésie, la lenteur, la rugosité, la sueur.
L’écriture des textes ont une forme délibérément classique, du moins en apparence, voire médiévale. De petites histoires qui se voudraient intemporelles, pas tout à fait quelque chose qui se réclame de l’ère du temps.
Pour définir le style en trois syllabes, je dis que c’est du « Folk Nouveau » car je me sens autant influencé par Brassens que par Cohen mais musicalement, il y a une recherche sur le son, quelque chose d’assez organique et des passages instrumentaux que l’on crée ensemble avec mes musiciens.

Quelles sont vos sources d'inspiration et est-ce qu'il y a un endroit dans lequel aimez composer ?
Je creuse en général dans le terreau de mes expériences. Les thèmes que j’aborde en général sont assez universels et quand ils traitent d'un sujet d’actualité (par exemple : La plage, qui parle d’un exil ou La ruade, d'une dictature), ils le font toujours dans un contexte plus large et dans une temporalité plus vaste que l’ici et maintenant. Dans ce deuxième album je parle aussi de l’enfance, des rosiers de mon grand-père, d’amour, d’exorcisme, de cailloux…
J’aime composer partout, mais c’est plus difficile de le faire chez moi car je suis vite happé par le quotidien. Quand c’est possible, je préfère m’isoler pour écrire et composer, aussi pour ne pas trop l’infliger à mes proches, c’est pour moi un processus assez bullique, sans m’en rendre compte je deviens un peu distant et distrait ce qui paradoxalement prend de la place.

Que représente la musique pour vous et quelle importance accordez-vous aux textes ?
Je leur accorde autant d’importance à tous les deux. J’essaye que la musique ne soit pas qu’un simple habillage mais agisse aussi comme un élément dramaturgique pour révéler d’autres lectures de mes textes, ceux-ci se meuvent dans des arrangements parfois fouillés et dont le rôle est un peu scénographique.
Je travaille autant les textures que les mots.

Vous avez écrit notamment sur une ile italienne et à Aix en Provence, en quoi ces voyages vous permettent de trouver de nouvelles idées pour l'album L'oasis et d'où vient l'idée du nom de l'album d'ailleurs ?
Sur Comacina, cette île Italienne où j’ai séjourné durant trois semaines, j’ai notamment écrit La plage. Dans cette chanson j’incarne un homme qui sur un coup de tête emmène sa femme et son fils en vacances, au fur et à mesure des couplets on comprend qu’il s’agit d’un exil forcé. Bien que l’île de situe sur le Lac de Côme et non en Méditerranée, c’était pendant l’été 2016, on parlait beaucoup de l’île de Lampedusa et des nombreux bateaux de migrants qui y ont échoué, cela m’a marqué comme pour beaucoup de gens.
Le nom L’oasis vient d’une chanson du même nom, elle fait référence à la serre de mon grand-père qui inventait des roses parfumées, j’ai pensé que ce titre ferait un bon titre pour l’album aussi, comme une invitation dans ma serre à moi.

Est-il possible de nous partager les coulisses des enregistrements en studio qui ont déjà commencé ?
C’était une ambiance sereine et bon enfant. J’ai créé un nouveau groupe pour enregistrer les bases, deux des musiciens (Raphaël Dumas et Mathieu Verkaeren) sont de vieux complices, ils ont rencontré les deux autres (Wilfried Manzanza et Nyllo Canela) le jour du studio et ça a fonctionné. Nous jouerons dans cette formule quintet le jour du concert de sortie à Bruxelles le 25 avril et pour d’autres futures dates aussi.

Cet album voit de nombreuses collaborations artistiques se nouer, quelle importance accordez-vous à ces échanges et est-ce qu'il y a quelqu'un avec qui vous aimeriez partager un titre en particulier ?
Ma musique se nourrit énormément de ces échanges avec les musiciens et je pense pouvoir dire que c’est réciproque. Même si le projet porte mon nom et ce sont mes chansons, ce n’est pas juste un backing band avec des musiciens interchangeables, ils ont tous une forte personnalité, un style très singulier et suffisamment d’expérience pour savoir comment se mettre au service sans s’effacer.
Si je pouvais partager un titre avec quelqu’un… Sans que ce soit présomptueux, je rêverais de rencontrer Chico Buarque et partager ne serait-ce qu’un café avec lui, c’est un des mes compositeurs préférés (encore vivant).

Vous réalisez un financement participatif, en quoi vous sera-il utile et quel serait l'argument pour convaincre de vous aider ?
Il me sera très utile car à ce stade, je suis en totale auto-production et j’aimerais presser un vinyle, je dois investir aussi dans la promo, un attaché de presse, un clip. Je n’ai pas d’autre argument que celui de dire que l’album en vaut la peine et que cette simple précommande va me permettre d’aller au bout de ma démarche. Les quelques personnes qui ont déjà écouté l’album ont certainement d’autres arguments, ils m’ont fait de très beaux retours, moi je n’ai plus trop de recul à ce stade.

Vous pouvez soutenir l'album L'oasis d'Ivan Tirtiaux sur Ulule.

 

Peut-on en savoir plus sur le livre qui accompagne certaines contreparties de L'oasis ?
Vous voulez dire le live ?
Il n’y a pas de livre. Mais bien un concert en formule quintet, grâce au soutien du 140 à Bruxelles qui co-produit le spectacle, nous allons bientôt rentrer en résidence pour restituer l’album en version live avec une créa lumières, une scéno. Si j’ai déjà joué avec chacun des musiciens dans des versions duo ou trio, je ne les ai rassemblé que pendant l’enregistrement en studio, jamais sur scène.

Comment avez-vous imaginé l'artwork de l'album avec l'illustratrice Fanny Michaëlis ?
J’ai rencontré Fanny il y a des années, elle vivait à Bruxelles du temps où je donnais pas mal des cours de chant, c’était une de mes élèves. Elle est retournée vivre à Paris mais on ne s’est jamais complètement perdus de vue, notamment quand je suis allé écouter son groupe Fatherkid quand elle jouait à Bruxelles ou quand elle est venue à plusieurs de mes concerts à Paris. J’adore son univers à la fois coloré et grinçant, elle cultive une mythologie et un folklore imaginaire, tout comme moi. Au moment où il fallait réfléchir au visuel, j’ai tout de suite pensé à elle pour réaliser l’artwork de L'oasis.

Je crois que des clips sont déjà prévus pour accompagner L'oasis, avez-vous déjà des idées à ce sujet ?
Pas encore vraiment, mais il va falloir que je m’y attèle, je viens à peine de sortir du mixage, c’est l’étape suivante.

Une indiscrétion à nous donner sur l'album L'oasis ?
J’ai beau chercher, mais non je ne vois pas. Il faudrait que j’invente quelque chose.

Aurez-vous des concerts de prévus prochainement et avez-vous un rituel avant de monter sur scène ?
Les concerts vont arriver, la première date à noter c’est le 25 avril au 140 à Bruxelles. Mon seul rituel c’est de faire une sieste quand c’est possible quelques heures avant de jouer, ça me permet de méditer un peu sur la playlist et sur ce que je pourrais raconter ce jour là en dehors des chansons. J’aime que mes concerts ne se ressemblent pas trop.

Merci à Ivan Tirtiaux d'avoir répondu à notre interview !
Vous pouvez également le suivre sur Facebook.

Le nouvel album de Ivan Tirtiaux

interview Musique

Alpine : Collections Elégance et Racing 2018/19 Alpine : Collections Elégance et Racing 2018/19
Alpine vient de dévoiler deux nouvelles collections de prêt à porter. La collect...
  The Angelcy : le clip de Mona Lisa
Découvrez le titre Mona Lisa extrait de l'album Nodyssey de The Angelcy. Le groupe d&eacu...
The Angelcy : le clip de Mona Lisa

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Françoise de Closset
  • 1. Françoise de Closset | vendredi, 14 décembre 2018
Bravo Ivan, on a envie d'entendre la suite...

"Tante" Françoise

Ajouter un commentaire