Publicité

Human Pattern présente l'EP Rebirth

Rédaction Divertir Par Le vendredi, 10 septembre 2021 à 08:18 0

Dans Culturel

Dans son EP Rebirth, Human Pattern mélange le saxophone à la musique électronique.

Human Pattern

A propos d'Human Pattern

Après un voyage à Berlin, et un véritable coup de foudre pour la techno minimale allemande, Human Pattern se lance le défi de reproduire les sonorités chirurgicales des machines électroniques et les textures abstraites des synthétiseurs uniquement avec son instrument : le saxophone.
A l’aide de pédales d’effet de guitare, de microphones en tous genres et de son ordinateur, il détourne cet instrument à vent pour en proposer une version electrifiée, plus froide et synthétique.
Ses inspirations proviennent autant de producteurs de techno comme Daniel Avery, Len Faki ou Fabrizio Rat, que de saxophonistes singuliers comme Guillaume Perret ou Colin Stetson. Il est également très influencé par des groupes comme Meute, Cabaret Contemporain ou The Comet Is Coming.
Human Pattern, c’est une vision inhabituelle du saxophone : sombre, répétitive et minimaliste.

Interview

D'où vient votre passion pour la musique ?
Elle me vient de ma famille en particulier de mon père. Il jouait de la guitare et m’a motivé très jeune à apprendre un instrument.
Vers 16/17 ans je me suis acheté mon premier home studio. J’ai appris à me servir d’un logiciel de M.A.O, j’ai appris les bases du piano et de la guitare et j’ai très vite commencé à composer mes premiers morceaux.
C’est vraiment cet aspect enregistrement et création de la musique qui m’a motivé pour continuer à me perfectionner.
Je ne prenais pas le même plaisir à interpréter les œuvres d’autres compositeurs, je voulais apporter ma pierre à l'édifice.

Pouvez-vous nous présenter votre EP Rebirth ?
A travers cet EP, j’ai voulu intégrer mon saxophone dans un univers Techno Mélodique / Techno Minimal / Ambient.
J’ai fait un gros travail de recherche de son en utilisant des micros spécifiques et des pédales d’effet de guitare pour transformer le son de mon instrument. J’ai même utilisé le bruit des touches pour faire des sons de percussions. Tous les sons qu’on entend dans cet EP (à l’exception d’une Boite à Rythme) sont issus de mon saxophone.
Pour ce qui est de l’histoire de ces 4 titres, ils sont regroupés autour de la thématique du renouveau, cette sensation de vouloir revenir en arrière pour tout recommencer et corriger les erreurs du passé.

Comment l'avez-vous composé et quelles ont été vos sources d'inspirations ?
J’ai commencé les premières ébauches chez moi pendant la période de confinement en Mars 2020. Ensuite j’ai testé ces démos en concert pendant l’été 2020 puis je suis entré en studio pour retravailler les sources sonores et définir précisément les intentions de chaque morceau.
J’ai travaillé avec Pierre Chataignon du duo Lost Heritage qui m’a apporté son oreille de producteur de Techno par rapport au mixage.
Mes sources d’inspirations à cette période étaient beaucoup centrées sur des producteurs comme Tale of Us, Rodriguez Jr, Fort Romeau ou encore Daniel Avery. De manière générale, je suis très influencé par des groupes comme Meute ou Cabaret Contemporain par rapport à leur approche acoustique de la musique électronique.

En quoi cet opus est-il une sorte de "renaissance" ?
Il est une sorte de renaissance parce qu’il représente pour moi un nouveau départ artistique.
Après la sortie de mon 1er EP je me suis beaucoup questionné sur la place du saxophone dans ma musique. J’avais l’impression qu’il n’était pas au centre de ma musique et cela ne me correspondait pas.
Depuis Excavation j’ai toujours été attiré par l’enregistrement et le détournement des prises de sons acoustique. J’aime leur caractère imparfait et imprévisible.
Pour ce nouvel opus, je me suis dit que j’allais continuer le même processus mais uniquement centré autour de mon saxophone.

Qu'appréciez-vous dans le fait de reproduire des sons de machines électroniques et de synthés avec votre saxophone ?
J’aime cette idée parce qu’elle me fait aborder mon instrument d’une manière complètement différente. J’ai l’impression de redécouvrir mon instrument sans arrêt alors que ça fait plus de 20 ans que j’en joue.
J’aime aussi jouer avec l’idée de proposer une version plus froide, électrique et minimaliste de cet instrument traditionnellement chaleureux, sensuel et expressif.
Me construire à l’opposé de ce qui existe déjà est pour moi un bon moyen de stimuler mon imagination.

Que vous a apporté votre voyage à Berlin sur le plan artistique ?
Quand je suis allé pour la première fois dans un Club à Berlin j’ai compris que le/la DJ était un musicien(ne). Je retrouvais l’ambiance des concerts, les gens applaudissaient à la fin des sets etc.. Pour moi qui n’avait jamais connu autre chose que les discothèques de campagne, c’était une vrai expérience !
Avant ce voyage j'adorais me laisser hypnotiser par la musique répétitive et minimaliste de Steve Reich et j’aimais aussi beaucoup danser pour ressentir la musique. Dans ces clubs Berlinois, c’était pour moi le mix parfait entre ces deux sensations.

Parlez-nous du titre Post Trauma et de son clip...
A travers ce titre j’ai voulu parler de ces moments où on se retrouve sous le choc suite à un événement particulièrement violent.
Tout ça peut sembler éloigné de la thématique de l’EP mais pour moi ce morceau avait sa place. Selon moi, c’est souvent suite à ce genre de péripétie qu’on en arrive à passer à l’action, prendre du recul sur nous même pour ensuite commencer une nouvelle vie.
Pour le clip, je voulais raconter ce moment de sidération où on tourne en boucle, on revit plusieurs fois la scène par bribe.
J’ai confié la réalisation à Victor Rousselot qui m’accompagne et me conseille dans l’ensemble de mon univers visuel (photo, artwork etc..)

Que souhaitez-vous apporter au public avec l'EP Rebirth ?
J’aimerais leur proposer une nouvelle façon d’aborder le saxophone. J’aimerais que les personnes qui sortent de mes concerts se disent « Je pensais pas qu’on pouvait faire ces sons là avec un saxophone »

Quels ont été vos choix pour l'artwork de l'EP ?
Avec Victor (Rousselot), on avait envie de quelque chose de différent que le traditionnel portrait du saxophoniste de Jazz.
On avait envie de quelque chose qui résonne avec l’idée principale de Human Pattern qui est de montrer une nouvelle utilisation du saxophone.
On a alors eu l’idée de prendre en photo toutes les pièces qui composent un saxophone pour ensuite faire un montage et représenter des symboles qui illustrent le titre des Singles et de l’EP.

Une anecdote ou une indiscrétion à nous donner sur Rebirth ?
J’aurais plutôt une question : A votre avis quelle forme j’ai essayé de créer avec les pièces de mon saxophone sur la pochette de l’EP ?
Réponse sur ma page Instagram à partir du 10 septembre.

Des concerts sont-ils programmés prochainement et en quoi sont-ils importants pour vous ?
Oui j’ai des dates de concerts le 07 Octobre 2021 à Liège en Belgique (Unifestival) et le 09 à Montluçon.
Je vais également être accompagné dans le développement de mon projet par la salle de concert « Le Brise Glace » à Annecy pendant toute la saison 2021/2022.
Enfin, j’ai des reports de concerts de 2020 qui vont enfin arriver, notamment un que j’attend particulièrement au festival FIMU à Belfort en Mai 2022.
Ils sont très importants pour moi parce que j’ai composé ces morceaux dans le but de les jouer en Live et j’aime ces moments de partage avec le public quand je suis sur scène.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
N’hésitez pas à aller voir ma page Youtube, j’ai fait une série de vidéos qui expliquent comment j’ai transformé le son de mon saxophone pour créer les sons qui composent les titres de mon EP.

Merci à Human Pattern d'avoir répondu à notre interview !

Human Pattern - Post Trauma

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam