Publicité

Horskh prépare l'album Wire

Après avoir sorti un 1er album en 2017, Horskh revient avec l'album Wire. Les performances radicales et intenses de ce trio dégagent l’énergie d’une bombe qui provoque autant de dancefloors que de pogos !

Horskh (crédit JC Polien)

crédit visuel JC Polien

Qui se cache derrière le groupe Horskh et comment s'est-il formé ?
A la base c'est moi, Bastien Hennaut qui ai lancé la machine. J'avais envie de pouvoir créer des morceaux seuls sans être contraint par une composition collective. Car j'ai joué dans pas mal de groupes avant ça. J'ai donc commencé à faire des morceaux puis demandé à Brioux de me rejoindre à la batterie pour le Live. Pour donner un aspect plus violent, plus rock. Aujourd'hui, Jordan nous a rejoint à la guitare et aux machines en live et s'occupe de faire des arrangements dans la composition.

Pouvez-vous nous présenter l'album Wire que vous préparez ?
Cet album succède à notre 1er album Gate. Il s’appelle WIRE. Nous avons voulu aller plus loin dans l’aspect sauvage et violent de HORSKH. L’idée était de garder notre personnalité tout en assumant certaines influences qui nous ont marqué. De Nirvana à Marilyn Manson, en passant Gesaffelstein et certains groupes de la scène Métal/ Hardcore. On a vraiment essayé d’allier le côté violent de nos live avec l’aspect dancefloor. On a aussi passé beaucoup de temps sur le « design sonore » et les ambiances. On s'est aussi influencé de pas mal de trucs actuel comme H09909, Ghostemane, 3 Teeth etc...
Le titre Wire est un mot à sens ouvert, une idée suggestive, presque abstraite à l’image de certaines de nos paroles. L’image du câble (WIRE) renvoie à un élément qui qui connecte, qui uni, mais aussi qui attache, qui serre.
Cet album traite donc de manière générale d’engagement, de tension, de lien, de partenariat etc…

Parlez nous de votre titre Strobes...
Stobes est le 1er single de l'album. Il allie une esthétique indus à une basse presque trap. Il y a pas mal de Larsens aussi qui amènent le côté noise/grunge qu'on a voulu accentuer dans cet album.
Le thème de ce morceau est traitée de manière à avoir un sens ouvert. A la base, ce titre part d’une blague de tournée entre nous car nous utilisons beaucoup de stroboscopes en concert et certaines personnes de public nous le fait remarquer régulièrement. Le fait de faire un morceau qui traite de ça était quelque part l’apothéose de cet effet ! Plus largement, il parle de perception modifiée.

Comment vont se passer les enregistrements en studio ?
A la base j'ai composé l'architecture générale et la trame des morceaux. Ensuite on a passé 12 jours en résidence avec Jordan pour les arrangements et avancer là dessus. Brioux est venu quelques jours aussi. On a emprunté pas mal de machines et d'instruments diverses pour créer des ambiances et de la vie dans les morceaux, passé des heures à compiler des larsens etc... On fait des maquettes avec du chant voix etc.... Ensuite on enregistre les voix en studio puis on fait les mixs (ça prends pas mal de temps !!!) et le mastering.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
On est en autoprod. De ce fait on a beaucoup de frais. Le financement participatif permet de pallier à une partie de ces frais.

Des clips sont-ils prévus et en quoi l'univers visuel est-il important pour vous ?
Oui il y a pas mal de choses de prévus dont un autre clip qui sort fin Juin. L'univers visuel est très important pour nous, autant dans les clips que les artworks, le merchandising et les lives. Aujourd'hui c'est presque aussi important que la musique. Il y a un aspect très stimulant artistiquement dans le fait de réfléchir autant à l'image qu'au son.

Des vinyles sont également prévus. Qu'appréciez-vous dans ce support et pourquoi le proposez-vous ?
Ce support est assez demandé vu que le cd est en perte de vitesse. C'est aussi un bel objet qui permet de rendre compte du travail fait sur l'artwork. Je trouve que le streaming est intéressant mais il y a un autre rapport qui se crée avec l'objet vinyle ou cd. Quelque chose qui perdure dans le temps.

Quel souvenir gardez-vous de votre finale régionale des inouïs du printemps de Bourges en 2016 ?
Quelques soucis techniques mais très content d'avoir pu jouer au printemps de Bourges après ça !

Quelle est l'ambiance en concerts et comment ressentez-vous la scène ?
C'est très intense. On aime submerger et être submergé d'énergie. On travail beaucoup la lumière aussi. Pour ma part il y a une sorte de "transe agressive" qui se crée quand je monte sur scène et il me faut une dizaine de minutes pour redescendre de cet état quand on quitte la scène.

Aurez-vous l'occasion de défendre l'album Wire sur scène ?
Bien sûr !! On attend que la situation se clarifie avec le COVID 19.

ue souhaitez-vous dire pour conclure ?
On a hâte de retourner sur scène et que notre album sorte !!

Merci à Horskh d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez leur actualité sur Facebook.

HORSKH - Strobes (Official music video)

Musique interview

Lyve lance son plan de soutien aux concerts et à leurs salles
Lyve lance l’action #SOUTIENCONCERT, un grand marathon d’appel aux dons en soutien aux s...
  Attention au Venin de The Vein
The Vein dévoile le clip du single Venin.
Attention au Venin de The Vein

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire