Publicité

High On Wheels prépare l'album Fuzzmovies

Maxime Lopes Par Le mardi, 19 janvier 2021 à 10:08 0

Dans Culturel

L'album Fuzzmovies d'High on Wheels est prêt à décoller avec l'aide des internautes !

High on Wheels

Quelle est l'histoire du groupe High On Wheels et d'où vient l'idée du nom du groupe ?
Greg : Le nom du groupe ? L'inspiration est venue dans un moment de flou, quelque part sur la route d'Olympus Mons, la musique qui hurlait dans l'autoradio couvrait à peine le bruit du moteur de la Mustang. Là le volant calé entre les genoux, les doigts du chauffeur se sont mis à rouler des feuilles séchées. C'était certainement pas de la tisane, ni des herbes de Provence. Une fois nos cerveaux remplis de fumée, on était vraiment High On Wheels.
Greg : Le groupe, c'est moi à la batterie et Benoit à la basse qui après avoir écumé pas mal de formation, on a décidé de monter un projet qui arrache le cul. L'idée est née en 2012 juste après que j'ai quitté mon groupe de garage, on a commencé à répéter dans la grange... Il y a fallu de la patience pour trouver mr Grra et sa wah-wah mais après c'était parti : Démo, des kilomètres, des concerts, Jäger, mini-tournée, grosse tournée de pintes. Après de bons moments Benoit a quitté le groupe. L'envie de continuer était forte et l'aventure a continué en trouvant Gilles Tantot de Bron et sa Rickenbacker. Et nous voilà dans le présent, avec une bonne quarantaine de scènes, avec des hectolitres de fuel, un EP, des centaines d'anecdotes de marin, et bien plus à venir.

Ça peut paraître bateau comme question, mais en 2021 que représente la Musique pour vous ?
Bruno : La musique c'est la petite fenêtre de liberté qu'on espère plus ouverte en 2021 qu'en 2020. Ne pas pouvoir jouer sur scène, devoir restreindre le nombre de répétitions, c'est hyper frustrant pour nous. Avec les confinements, on n'a pas pu se voir beaucoup donc on a plein d'énergie à vous rendre. Une fois libre, ça va envoyer de la bûche. Gare à vos oreilles.

Pouvez-vous nous présenter l'album Fuzzmovies que vous préparez ?
Gilles : Fuzzmovies a un concept inspiré par nos compositions instrumentales où la musique se mélange à des samples issus de différents films. On s'est dit : Pourquoi ne pas le faire avec un album ? Il y a des interludes entre chaque pistes avec des extraits de films, les références sont multiples Russ Meyer, Hitman The Cobra et autres œuvres de série B des années 60/70.
Greg : C'est aussi une grosse étape Fuzzmovies parce qu'on a mis beaucoup de travail dedans. Les compos vont plus loin, le son est plus travaillé et c'est surtout de la fuzz réalisé de F à Z tous les trois.

Qu'est-ce qui vous plaît dans l'univers spatial pour créer toute une histoire autour ?
Bruno : Les distances infinies, les mondes inconnus, ça laisse imaginer tellement de possibilités. L'espace c'est une métaphore de la liberté ! Le vide spatial a de l'influence sur les parties psychédéliques, ambiances et solos avec des delay interminables.

Comment travaillez-vous ensemble pour préparer cet album ?
Greg : On compose tout le temps chacun de notre côté. Ça nous fait une belle réserve de riff toujours sous le coude. Du coup quand on se voit, on balance tout, on jamme et on retient le meilleur. Il nous a fallu deux ans pour peaufiner l'ensemble des compos de l'album. C'est un processus qui peut être long mais ça permet de faire de vraies compos de groupe où tout le monde a mis sa patte. Vous inquiétez pas on bosse déjà sur les compos du prochain ;)

Parlez-nous du titre Destiny is on my way...
Gilles : L'histoire du riff principal est drôle. Quand Greg m'a contacté pour intégrer le groupe, il m'a envoyé le titre Drown By The Lies et les trois premières notes étaient les mêmes qu'un morceau que j'étais en train d'écrire. C'était Destiny Is On My Way. On l'a essayé en répét' et ça marchait bien, on avait un morceau de 2 minutes. Puis Bruno a rallongé la sauce, on a jammé et ça a donné la seconde partie du morceau plus psychédélique.
Greg : Pour les paroles on s'est inspiré de Drown by The Lies, il y avait un couplet qui disait Destiny is on my way, le morceau parle de la de la vie retrouvée après une longue période de doute et de merde aussi !

Que peut-on savoir des enregistrements en studio ?
Greg : Avant le confinement, on est parti un week-end en Normandie au studio de la Vimondière. On a enregistré les instrus en live pour garder le maximum d'énergie sur l'album. Puis on a rajouté les voix et quelques larsens... On a pu travailler le reamping avec les micros de Flo Mallet (L'ingé son du record) et ça a donné un son déjà bien fat sans mixage. Puis, post-confinement, on a amené nos pistes à Yann Chevrel (Birdpen, Archive), on a passé un petit week-end bien sympathique dans son studio. Pour réussir ce projet, il a fallu beaucoup de kérosène, de l'oxygène liquide et beaucoup beaucoup d'herbe à chat.

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Greg : Aujourd'hui si on veut faire de la qualité, il faut y mettre un peu de sous. On a réussi à auto-produire l'album, l'enregistrement, le mixage, le mastering. Mais pour arriver à faire un vinyle, il nous fallait un peu d'aide. Donc on est parti sur un financement participatif qui est surtout une prévente des vinyles. Comme ça le projet est autofinancé.

Peut-on en savoir plus sur l'artwork de Fuzzmovies ?
Bruno : J'ai voulu reprendre le style visuel des vieux films de série Z, combiné au thème spatial qui caractérise notre identité graphique, ce qui donne ce patchwork de références ciné obscures sur fond stellaire. Et les plus initiés reconnaitront que chacun des personnages de l'artwork fait écho à des samples utilisés dans les différentes compos de l'album.

Des clips sont-ils prévus et comment les imaginez-vous ?
Gilles : On a prévu un clip sur un titre de l'album mais la crise actuelle a reporté nos plans. Mais on devrait vous livrer cette année un clip avec nos doux visages, on aimerait intégrer le concept de l'astronaute. Mais pour l'instant c'est hors budget :D On voudrait vous faire ressentir l'énergie du live dans une piste de 7 minutes avec plusieurs ambiances différentes.

Qu'est-ce qui vous plaît dans le vinyle pour proposer ce support ?
Gilles : L'objet du vinyl 33" est un support génial pour sublimer une pochette comme celle de Fuzzmovies, puis c'est une façon de magnifier le son qu'on a travaillé en studio. Puis un vinyle, ça tourne, ça tourne comme un satellite autour d'une étrange planète à deux soleils.

Les concerts sont un peu compliqués actuellement sur Terre. Ne vaudrait-il pas mieux les délocaliser dans l'espace ?
Greg : Le problème, c'est que sans public il n'y a pas de spectacle. Si on joue dans l'espace, ça sera soit pour des voyageurs intergalactiques égarés soit pour des neptuniens complètement défoncés à la poussière d'étoile, mais c'est les terriens confinés qui ont besoin de musique. On ne va pas vous laisser tomber.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Bruno : May the fuzz be with you.

Merci à High On Wheels d'avoir répondu à notre interview !
Suivez leur actualité sur Facebook.

High On Wheels - Destiny Is On My Way (released track from "Fuzzmovies")

interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam