Publicité

High on Wheels : l'album Fuzzmovies

High on Wheels est un groupe de desert rock influencé notamment par la Palm Desert Scene. Ce power trio propose un stoner brut qui brûle comme un soleil étrange sur une autoroute martienne. Découvrez l'album Fuzzmovies.

High on Wheels - Fuzzmovies

L'album Fuzzmovies

Fuzzmovies vous emmènera dans un vieux cinéma, un "grindhouse" où le rock lourd et psychédélique rencontre des samples de films de séries Z. L'album est introduit par le jingle "Our feature presentation" souvent utilisé au début des projections des années 70, repris par Tarantino & Rodriguez au début de la série Grindhouse. Puis projeté au milieu de Faster Pussycat! Kill! Kill!, oeuvre iconique de Russ Meyer, la musique commence. Votre voyage sera accompagné par plusieurs extraits de films de série B et autres nanars légendaires.

Interview avec High on Wheels

Comment s'est formé le groupe High on Wheels ?
Greg : Le groupe, c'est moi à la batterie et Benoit à la basse qui après avoir écumé pas mal de formations, on a décidé de monter un projet qui arrache le cul. L'idée est née en 2012 juste après que j'ai quitté mon groupe de garage, on a commencé à répéter dans la grange... Il y a fallu de la patience pour trouver mr Grra et sa wah-wah mais après c'était parti : Démo, des kilomètres, des concerts, Jäger, mini-tournée, grosse tournée de pintes. Après de bons moments Benoit a quitté le groupe. L'envie de continuer était forte et l'aventure a continué en trouvant Gilles Tantot de Bron et sa Rickenbacker. Et nous voilà dans le présent, avec une bonne quarantaine de scènes, avec des hectolitres de fuel, un EP, des centaines d'anecdotes de marin, et bien plus à venir.

Pouvez-vous nous présenter l'album Fuzzmovies ?
Gilles : Fuzzmovies a un concept inspiré par nos compositions instrumentales où la musique se mélange à des samples issus de différents films. On s'est dit : Pourquoi ne pas le faire avec un album ? Il y a des interludes entre chaque piste avec des extraits de films, les références sont multiples Russ Meyer, Hitman The Cobra et autres œuvres de série B des années 60/70.
Greg : C'est aussi une grosse étape Fuzzmovies parce qu'on a mis beaucoup de travail dedans. Les compos vont plus loin, le son est plus travaillé et c'est surtout de la fuzz réalisé de F à Z tous les trois.

Comment composez-vous et quelles sont vos influences ?
Greg : On compose tout le temps chacun de notre côté. Ça nous fait une belle réserve de riff toujours sous le coude. Du coup quand on se voit, on balance tout, on jamme et on retient le meilleur. Il nous a fallu deux ans pour peaufiner l'ensemble des compos de l'album. C'est un processus qui peut être long mais ça permet de faire de vraies compos de groupe où tout le monde a mis sa patte. Vous inquiétez pas on bosse déjà sur les compos du prochain ;)
Gilles : En termes d'influences, je crois qu'elles sont assez évidentes dans notre son. Kyuss est clairement un groupe qui nous inspire tous les trois. Après, on a chacun des goûts bien à nous, c'est ce qui fait en partie notre richesse, ça va de Led Zep à Fu Manchu en passant par Rage Against The Machine, All Them Witches, un petit peu de Red Fang,Truckfighters mais aussi The Offspring, TOOL. (Le point commun, c'est que ça envoie du pâté en croûte avec des petits morceaux de pistache dedans.) On diverge sur plein de choses pour finalement converger ensemble dans High On Wheels.

Les voyages et le cinéma inspirent-ils votre musique ?
Gilles : Le cinéma, c'est évident. Fuzzmovies montre bien à quel point le 7ème art peut nous passionner que ce soit du nanar ou pas d'ailleurs. Ça a commencé avec Supervixens et on compte pas s'arrêter.
Les voyages, bah il y a un truc entre notre style musical et la route. D'où ça vient ? J'en sais rien, mais le paysage qui défile, la bagnole qui avale le bitume, ça va avec le bruit de cette musique. Quand on monte en voiture pour partir en tournée, tous les trois assis dans le même sens, prêt à parcourir des kilomètres, la première chose qu'on fait c'est mettre un album de stoner dans les enceintes.

Vos titres débutent souvent par une sorte d'intro qui rappelle les années 60/70'. Qu'est ce qui vous a intéressé dans ce choix ?
Gilles : Le sample avec du texte parlé, ça repose un peu les oreilles entre les morceaux. On s'apaise quelques dizaines de seconde avant de repartir de plus belle.

Quels ont été vos choix sur la partie instrumentale ?
Gilles : Que ça nous plaise. L'avantage d'être libre artistiquement, c'est qu'on fait ce qu'on aime. Donc les parties, on les travaille jusqu'à ce qu'on se regarde tous les trois en hochant la tête avec un sourire de satisfaction.

Est-il possible de nous partager l'ambiance des coulisses en studio ?
Gilles : Je crois qu'il y a quelques images de l'enregistrement qui traînent sur Youtube, ça joue de la zik', ça se marre mais on ne peut rentre dans les détails. Ce qu'il se passe dans le studio, reste dans le studio.

Parlez nous du titre Destiny Is On My Way...
Gilles : L'histoire du riff principal est drôle. Quand Greg m'a contacté pour intégrer le groupe, il m'a envoyé le titre Drown By The Lies et les trois premières notes étaient les mêmes qu'un morceau que j'étais en train d'écrire. C'était Destiny Is On My Way. On l'a essayé en répét' et ça marchait bien, on avait un morceau de 2 minutes. Puis Bruno a rallongé la sauce, on a jammé et ça a donné la seconde partie du morceau plus psychédélique.
Greg : Pour les paroles on s'est inspiré de Drown by The Lies, il y avait un couplet qui disait "Destiny is on my way", le morceau parle de la de la vie retrouvée après une longue période de doute et de merde aussi !

Souhaitez-vous nous parler de l'artwork de Fuzzmovies ?
Bruno : J'ai voulu reprendre le style visuel des vieux films de série Z, combiné au thème spatial qui caractérise notre identité graphique, ce qui donne ce patchwork de références ciné obscures sur fond stellaire. Et les plus initiés reconnaitront que chacun des personnages de l'artwork fait écho à des samples utilisés dans les différentes compos de l'album.

Un clip est-il prévu et l'univers visuel est-il important dans la musique pour vous ?
Gilles : On a prévu un clip sur un titre de l'album mais la crise actuelle a reporté nos plans. Mais on devrait vous livrer cette année un clip avec nos doux visages, on aimerait intégrer le concept de l'astronaute. Mais pour l'instant c'est hors budget :D On voudrait vous faire ressentir l'énergie du live dans une piste de 7 minutes avec plusieurs ambiances différentes.

Espérez-vous pouvoir retrouver le public prochainement sur scène ?
Gilles : Oui ! On a la joie de rejouer le 19 Juin 2021 au West Motors Tatoo Show de Mantes-La-Jolie. La dernière fois qu'on a fait vrombir une scène c'était le 11 Février 2020 autant dire qu'on a hâte de mettre les gaz pour mettre le feu.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Bruno : May the fuzz be with you.

Merci à High on Wheels d'avoir répondu à notre interview !

Discographie

En 2015 ils sortent "How", leur première démo auto-produite. Puis après un changement de bassiste en 2016, ils se consolident et enregistrent leur 1er album "Astronauts follow me down" en live session au studio "La Batterie" à Guyancourt en 2018.  Ils ont ouverts le bal pour Geezer à Paris, mais aussi pour Glowsun, 7 weeks, Hangman's Chair, Nick Oliveri ou encore les Nashville Pussy.

Musique interview

Marie Minet : le single Hanoï Marie Minet : le single Hanoï
Marie Minet dévoile le single Hanoï, extrait de son premier album.
  Le 3ème tome des aventures de Nikita Ofgold : Le sacrifice
Valentine Watrelot-Mingoia dévoile le tome 3 de la saga de romans de fantasy Nikita Ofgold : ...
Le 3ème tome des aventures de Nikita Ofgold : Le sacrifice

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire