Publicité

Haxis présente son EP City lights en interview

City Lights d'Haxis vous emmène dans un univers sombre où le personnage se cache sous un masque miroir pour arpenter la ville de nuit.
Est-il d’ici ? Un homme augmenté ? Pourquoi est-il là et pour combien de temps ?

Le projet haxis s'impose avec ce retour à l'essence même de sa musique Electro Dark et Trash. Grâce à ses sonorités 80’s, haxis peut parfois s’apparenter à Vitalic, Kavinsky ou encore  Perturbator.

Au travers de son nouvel EP City Lights, haxis distille une musique éléctronique puissante, vivante et énergisante animée par des machines, des voix et des guitares saturées.

Haxis

 

- Pouvez-vous nous parler du clip de City lights et de l'histoire du titre ?
Le clip nous immerge dans l'histoire tourmentée d'un homme 2.0 qui serait devenu trop sensible aux énergies lumineuses de la ville, dont il se nourri. Il doit alors se déplacer uniquement la nuit et doit porter des gants et un masque pour filtrer toute l'intensité de la lumière. A cause de sa différence et de ses aptitudes hors du commun, il est pourchassé sur une grande partie de la coté ouest des USA.

- On vous retrouve derrière un masque miroir dans le clip, pourquoi ? Est-ce une facette plus secrète de votre personnalité ?
Le masque le protège de la lumière car il est devenu trop sensible à celle-ci. Ce masque est un miroir, car il permet aux personnes qui le croisent de se reconnaitre dans cet homme. Nous sommes tous à un moment donné poursuivi pour nos différences, enviés pour certaines de nos aptitudes, ou jugé pour certains de nos choix, qui ne rentrent pas le cadre de la "bonne société".

- Vous avez sorti l'EP City Lights. Peut-on en savoir plus à son sujet et ce qu'il contient ?
C'est le parcours initiatique de notre homme 2.0, à travers les rues, les lieux vivants ou inquiétants de la ville la nuit. L'EP contient 5 morceaux qui chacun raconte un moment du personnage lors de cette déambulation.

- Le guitariste Richard Chuat a travaillé avec vous sur ce projet. Comment se sont passés les échanges ?
Tout d'abord Richard a écouté les morceaux sans guitare et nous avons passés plusieurs soirées à travailler ensemble sur la place de la guitare dans l'EP. Je voyais son intervention comme pour "salir" l'univers très électro de l'EP. La thématique étant très urbaine et très électrique, la guitare métal s'est imposé comme une évidence pour moi.  Ensuite, il a fallut travaillé le son avec Cyrille Peltier, l'ingé son et réalisateur, pour donner une teinte sombre et percutante qui s'accorde avec l'électro du son Haxis.

- Votre expérience artistique s'exprime par des mélanges surprenant d'électro, de rock... Comment voyez-vous ces différents mélanges ? Considérez-vous la musique un peu comme un laboratoire ?
Je viens du Funk Rock, et je suis un passionné d'électro et de métal depuis longtemps. Il m'a paru normal de mélanger le Rock Métal et l'électro. Je n'essai pas de créer quelque chose de nouveau mais quelque chose qui me plait et cela passe par les mélanges musicaux.

- Souhaitez-vous parler du titre Dancers ?
Le titre Dancers parle de notre homme rencontrant une troupe de danseurs adolescents. Ils sont insouciants, ne recherchant que le plaisir de danser, de jouer et de flirter. Il est fasciné par leur candeur et leur pulsion de vie. Il les observe de loin car lui-ême est incapable de participer à ce genre de liberté extériorisée.

- Avec City lights, peut-on dire que vous êtes l'homme qui illumine la nuit ?
L'homme de City Lights n'est pas moi et au contraire il s'en nourri, il l'absorbe.

City lights d'Haxis est disponible en téléchargement légal sur iTunes.

 

- Une anecdote sur l'EP ?
C'est l'EP que j'ai composé le plus rapidement, sans beaucoup de retouches. A contrario c'est l'EP qui m'a permis de rencontrer le plus d'artistes pour le finaliser et cela à pris beaucoup de temps !

- On sent que vous aimez la ville de Tours, qu'apporte-elle pour vous ?
C'est typiquement la ville moyenne qui offre tout d'une grande sans en avoir les contraintes. C'est aussi la ville qui contient le plus grand nombre de musiciens par rapport aux nombres d'habitants. Il y a plus de 500 projets musicaux actifs actuellement sur Tours ! C'est un vivier ultra créatif pour moi et propice à beaucoup de rencontres musicales.

- Qu'évoque la scène pour vous ?
La scène évoque l'aboutissement du projet musical. L'EP en est seulement la première étape.

- Avez-vous des concerts ou d'autres projets à venir ?
J'ai encore un concert en solo (live machines) le 1er Juillet au Mitaka in Fest (Artannes, 37), puis je prépare les futures scènes avec 2 musiciens (un bassiste et un batteur), nous allons rentrer en résidence en juillet et août.

- S'il y avait un projet surréaliste à faire, quel serait-il ?
Ce serait de faire un concert avec toutes mes influences scéniques actuelles : Vitalic, Perturbator et Nasser !

- Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Vivons libres et restons libres.

Merci à Haxis d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur sa page Facebook.

haxis - City Lights (Official Video)

interview Musique

LikesBerry : son EP Tout quitter
Découverte l'été dernier avec son titre Danser pour toi, LikesBerry revient...
  Sparky In The Clouds : l'EP There's A Way To Make Things Brighter
Parfois le blues et le folk ont ce pouvoir d’émouvoir, de secouer ou de réveille...
Sparky In The Clouds : l'EP There's A Way To Make Things Brighter

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire