Publicité

Hakai : le clip Sky, extrait de l'album XX

Maxime Lopes Par Le lundi, 22 mars 2021 à 18:35 0

Dans Culturel

Le jeune belge Hakai présente son nouveau clip Sky, extrait de son album XX désormais disponible !

Hakai

À seulement 20 ans, le jeune belge HAKAI s’impose tout naturellement parmi les représentants européens de la New Wave du rap américain.

Son éducation musicale, il l’a faite auprès de ses cousins qui écoutaient 50 Cent, Akon, Eminem et de son oncle dont le cyber-café marocain vibrait au son de Diam’s.
Mais son modèle, qui influence toute la confection de son premier album, c’est Juice WRLD. Disparu à 21 ans, le rappeur américain réussissait, selon lui, à « ramener énormément d’émotions via ses mélodies et ses textes ».

HAKAI présente aujourd’hui « Sky », second extrait de son premier album « XX » maintenant disponible dans lequel il ramène beaucoup d’émotions.

HAKAI - Sky (Clip officiel)

Nappée de fumée comme de beats lancinants, la New Wave du rap américain était jusqu’ici représentée par des artistes comme XXX Tentacion, Lil Uzi Vert, Playboi Carti, Juice WRLD ou Trippie Redd, ne semblant pas trouver d’incarnation francophone. C’était sans compter sur HAKAI, qui, avec son premier projet, s’impose tout naturellement parmi ses représentants européens et ce à seulement 20 ans.

C’est au virage du XXème et XXIème siècle, donc, qu’il est né à Liège un 24 décembre, au sein d’une famille maroco-tunisienne. Il grandit bercé par la musique du pays mais aussi par les B.O. des films d’action de l’époque, entre instrumental synthétique et rock’n’roll à guitares. Son éducation musicale, il la fait auprès de ses cousins, plus âgés que lui, qui écoutent 50 Cent, Akon, Eminem, et de son oncle, dont le cyber-café marocain vibre au son de Diam’s.

Mais sa passion numéro 1, c’est le football, qu’il pratique à haute dose jusqu’à ce que des blessures répétées le poussent vers une nouvelle direction ; Après quelques mois d’hésitation, où il se concentre sur ses études, entre informatique et commerce international, il renoue avec la musique et, plus particulièrement, se passionne pour la scène SoundCloud américaine : « Je suis tombé dedans direct, j’ai été séduit par les vibrations, l’atmosphère planante, l’aura mystérieuse de ces rappeurs. »

S’il puise d’abord son inspiration au sein de l’univers du manga, qui lui donnera son nom de scène, HAKAI fait comme une grande majorité des artistes avant lui : il connaît un chagrin d’amour. Le premier, l’un des plus douloureux. Prendre la plume est alors instinctif, voire nécessaire. Naissent deux premiers morceaux, « Moon » et « Reine ». De retweet en retweet, il est de plus en plus écouté, tandis qu’il réalise qu’il faut se concentrer sur ce qui ressemble à une voie à suivre : une new wave à sa sauce, sophistiquée mais abrupte. Et qu’il doit se montrer le plus sincère possible. S’il ne se livre pas maintenant, il ne sera jamais capable de le faire. Alors, il surmonte sa pudeur, poste encore des morceaux… en l’espace de quelques semaines, il se retrouve en sixième position des tendances Youtube avec le titre « Minato ». Approché par plusieurs maisons de disques, il choisit MIDNITE afin de « pouvoir vivre l’aventure pleinement » et développer son écriture, sortir enfin de sa chambre où il enregistrait ses titres sans l’aide de personne.

Des idées, HAKAI n’en manque pas. Il a aussi son modèle, qui influence toute la confection de XX : Juice WRLD. Disparu à 21 ans, le rappeur américain réussissait, selon lui, à « ramener énormément d’émotions via ses mélodies et ses textes ». Le premier album du jeune belge fait de même. L’egotrip est forcément présent, comme dans tout bon album de rap qui se respecte, ce dont témoignent des titres tels « Prince » et « Fly Away » : « De la new wave je suis le plus fort », assène-t-il. Mais il s’agit aussi d’amour, ce sentiment auquel HAKAI est accro, qui peut le plonger dans l’euphorie comme dans le désespoir, ce qu’on entend sur « Jeune parisienne » et « Tu me plais » : « Mon cœur c’est Hiroshima ».

Ce qui fait de XX un album bipolaire. Comme l’annonce l’ouverture « Mood », il explore les variations d’humeur d’un être complexe et qui laisse place à ses ressentis. Quitte à se sentir seul – l’autre grand sujet du disque. « J’avance solo dans ma quête », balance-t-il fièrement dans « Mood », sans pour autant occulter le rôle crucial de son entourage, de ceux qui ont croisé sa route de Liège à Lyon, où il s’est installé il y a quelques mois, en passant par Paris, où il a enregistré au Twin Studio. Entre références à Harry Potter, Star Wars et au manga Naruto, XX est un album contemporain, de cette New Wave singulièrement audacieuse qui ne renie cependant pas le passé pop culture, qui ne cesse de réveiller sa curiosité. « Je dois pratiquer pour apprendre », confie HAKAI. Ainsi, ces dix morceaux composent un récit d’apprentissage, celui d’un jeune garçon qui devient homme contre vents et marées, en nappant d’ondes synthétiques ses mélodies ultra produites. Où compte, encore toujours, « l’émotion du son ».

Musique

  • 2 votes. Moyenne 3.5 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam