Publicité

Grand Bleu Canap' présente son album éponyme

Maxime Lopes Par Le lundi, 19 juillet 2021 à 13:38 0

Dans Culturel

Grand bleu canap' présente son premier album éponyme remplit d'humour.

Grand Bleu Canap' (crédit Anne Allier)

crédit visuel Anne Allier

Qui se cache derrière Grand Bleu Canap' et pourquoi avoir choisi ce nom ?
Nous ne sommes pas musicien.ne.s de formation, nous sommes comédien.ne.s.
Nous avons d'abord créé des spectacles au sein d'un collectif où la musique avait une place de choix. Nous avons dû nous séparer pour un temps, le théâtre nous appelant à droite et à gauche. Mais la musique restait une belle façon de communiquer, de nous retrouver à distance. On a voulu concrétiser tout ça un été et que ces bouts de chansons prennent un nouveau virage. C’était l’été 2019, on a fouillé dans nos boites mails, dans nos mémos vocaux et on a commencé le travail. Deux semaines après, on avait dix morceaux.
Quelques mois plus tard on a commencé les concerts et on a trouvé ce nom totalement par hasard, à la suite d’une discussion haute en couleurs, un peu comme un collage qui résumait le tout : Grand Bleu Canap’ ! ‬

Pouvez-vous nous présenter votre premier album ?
Notre premier album s’intitule tout simplement : Grand Bleu Canap’. Il est composé de 10 titres + 3 démos, que nous avions écrits au tout début principalement.
Nous n’avions pas prévu de sortir un album si tôt, mais comme les confinements successifs nous ont privé.e.s de concerts et d’une proximité avec le public, nous avons beaucoup répété ensemble et créé de nouvelles chansons. On s’est retrouvé.e.s avec pas loin de 30 morceaux plus ou moins aboutis dans nos bagages.
On a eu la possibilité d’enregistrer 10 titres en studio et alors banco ! Cet album est entièrement auto-produit, il a pu être réalisé grâce à l’aide précieuse de nos ami.e.s ingénieurs du son et graphiste, ainsi que de notre public qui a répondu très présent lors d’une collecte de fonds lancée pour l’occasion. Nous les remercions du fond du cœur.

Comment composez-vous et quelles sont vos sources d'inspirations ?
Tout commence généralement par l’écriture des textes. Vincent est le principal parolier du groupe. Avec le temps, tout le monde s’est mis à écrire. Nous écrivons beaucoup à partir de notre vécu, des petits drames et plaisirs du quotidien, des personnes rencontrées ici et là et de leurs histoires réelles ou fantasmées. Chacun.e a sa patte et ses références, mais notre complicité à 3 nous a permis de trouver une véritable identité « Grand Bleu Canap’ », ça se répond, ça résonne, c’est un tout cohérent.
Niveau musique, c’est la même chose, Erwan compose d’abord la mélodie au piano, puis on valide ensemble la musique qui pourra donner corps au texte. Nous avons énormément d’influences communes et nous mettons nos préférences et nos divergences à profit pour trouver les meilleurs arrangements.
Le violoncelle de Giulia s’ajoute à la ligne mélodique, puis nous travaillons les voix, les choeurs, les harmonies.
Une chanson peut prendre vie en un jour, d’autre fois l’élaboration prend plusieurs semaines, on revient au texte, on change quelques notes. On abandonne autant de chansons qu’on en valide. On fait confiance à une forme d’évidence pour l’instant.
Tout comme en concert d’ailleurs, nous avons l’habitude de jouer au théâtre, alors nous faisons confiance à notre instinct commun et nous improvisons à l’envi, lorsqu’on le sent.

Quelle importance accordez-vous aux textes et à l'humour dans vos compositions ?
Nous ne ferions pas de musique ensemble si nous n’écrivions pas nos propres textes. C’est sans doute dû au fait que nous sommes comédien.ne.s, on communique par les mots et par la musique, les deux ensemble, jamais l’un sans l’autre. Nos chansons ont une dimension narrative importante et nous voulons que cette histoire soit racontée sobrement mais avec densité. Chanter c’est notre petit pouvoir d’invocation. Parce que le texte n’existe pas tout seul, c’est la musique, la mélodie, qui va lui donner de la couleur, le connoter, ne pas le respecter et c’est ça qui nous intéresse dans la chanson, ce n’est jamais poli. Un texte mélancolique n’appelle pas une musique mélancolique, c’est important pour nous de chercher les sensations, les émotions avec les instruments, de créer un dialogue, de ne pas être d’accord d’emblée. Et c’est de là que vient certainement notre humour, d’où nous tirons aussi notre légèreté. L’humour réside à la frontière entre le bien et le mal, entre le désespoir et la foi, c’est la quête de ce déséquilibre qui est jouissive, cette résonnance parfois dissonante qui rend vivant.

Quels sont vos choix sur le plan instrumental ?
Pour l’album, nous avons privilégié nos chansons piano-voix-violoncelle. Étant donné que nous considérons nos 3 voix comme des instruments à part entière, elles sont tantôt rythmiques, tantôt harmoniques et apportent beaucoup aux arrangements. Les chœurs ont une place de choix. Un accordéon, une guitare et un cajon s'invitent à la fête dans d’autres chansons live. Les arrangements changent souvent et les concerts sont précieux car ils nous permettent d’ouvrir les possibles d’un morceau, d’en jouer plusieurs versions. D’autres instruments seront peut-être de la partie bientôt, nous y travaillons.

Parlez-nous du titre Générique (parce que la musique est cool)...
C’est drôle car nous avons écrit et composé cette chanson bien avant le covid et la mise à l’arrêt du secteur culturel. Mais depuis sa sortie (en mars dernier) après un an de crise sanitaire, elle a pris encore plus de sens et est devenue un hymne de résistance, une chanson douce-amère sur notre condition de jeunes artistes émergents, un pied-de-nez à cette triste période. Et puis au fil du temps, le refrain « Parce que la musique est cool » est un véritable slogan que le public reprend en chœur et qui reste en tête, une ritournelle qui rassemble. C’est notre générique de début de film à nous, l’aventure ne fait que commencer.

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio ?
Tout est allé très vite. Nous avons eu l’opportunité d’avoir 2 jours de studio pendant le 2ème confinement en décembre et nous avons décidé de nous challenger un peu, en enregistrant 10 titres. Pas le temps de niaiser ! Nous avons réussi notre pari et décidé un peu par hasard d’en faire un album auto-produit pour créer un bel objet à nous et pouvoir diffuser nos chansons.

Qu'est ce qui est le plus important pour vous dans ce projet de premier album ?
Le plus important, c’est que notre musique puisse être écoutée par le maximum de gens, un peu partout, surtout dans une période où les possibilités de concerts sont incertaines.
Nous souhaitons que nos chansons accompagnent celleux qui les écoutent, comme des amies, le long du chemin (qu’on espère le plus long possible d’ailleurs). La disponibilité, c’est un mot qui nous plaît, il appelle l’ouverture, la générosité.

Quel sera l'univers visuel de votre premier album et des clips sont-ils prévus ?
C’est Lucile Lacaze, notre graphiste qui s’est occupée du visuel de ce premier album. Elle sait nous dessiner comme personne, son univers est très proche du nôtre. Nous ne voulions pas de photos stylisées, de visuels avec nos gueules qui ne raconteraient pas grand-chose de plus. Les dessins de Lucile ont croqué notre énergie, ouvrent plus d’imaginaires, sont bien plus vastes. On peut faire tenir un piano à queue dans un bocal à poissons, chanter sur un canapé en pleine mer, jouer du violoncelle avec un chat sans qu’il mange les oiseaux qui passent par là…

Espérez-vous pouvoir retourner sur scène et faire une tournée pour cet album ?
Nous l’espérons plus que jamais. La scène et le public nous ont tant manqué ! Des gens bien vivants, pouvoir aller à la rencontre des auditeur.ices, échanger autour d’un verre, vibrer ensemble en chanson, c’est vital.
Nous avons refait des concerts le 25 juin dernier à Paris et à Marseille les 14 et 15 juillet.
Nous cherchons des dates sur Paris, Marseille et Lyon à partir de septembre, pour les concilier avec nos emplois du temps de comédien.ne.s. Ça arrive !

Merci à Grand Bleu Canap' d'avoir répondu à notre interview !
Suivez les également sur Facebook.

GRAND BLEU CANAP' - Générique (parce que la musique est cool)

interview Musique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam