Publicité

Golan Yosef prépare un EP

Golan Yosef prépare son premier EP qui sera accompagné du clip de Girl You're Free.

Golan Yosef (crédit Prescilia Follin)

crédit photo Prescilia Follin

D'où vient votre passion pour la musique ?
Je dirai que j’ai une passion pour créer, que ça soit du film, une chorégraphie ou une chanson. Dans mon enfance je chantais tout le temps des mélodies que j’inventais ou je créais des rythmiques sur la table… Je me souviens de ma mère qui chantonnait dans la voiture, en écoutant ses disques j’ai découvert d’autres styles de musiques. J’ai grandi dans un quartier multi-culturel et j’ai commencé la danse très jeune, du coup je suis toujours été entouré de musique.

Pouvez-vous nous présenter votre premier EP que vous préparez ?
La première chanson s’appelle Girl You’re Free et symbolise la liberté de la femme. J’avais envie de commencer avec ce titre car elle me parle beaucoup et le message est clair et fort. Pour ce premier EP je mets en avance les chansons qui s’approchent le plus de moi, les chansons les plus évidantes. J’ai composé et écrit les textes et Il y a des chansons en Anglais, Français et une en Hébreu/Français.
C’est un EP folk-pop ou folk-rock même avec des influences assez mélangées. Il y a toujours une aire positive et ça parle souvent de liberté et "lâcher prise”.

Quelles sont vos influences ?
Il y a un grand mixité d’artistes et de genres qui ont influencé ma musique. La pop des Beatles, Paul Simon, Michael Jackson, Prince... Je pourrais continuer  pendant des heures. J’adore les vibes du soul, les accordes “septièmes” par exemple, mais j’ai aussi beaucoup écouter le rap et R&B. J’ai pas mal voyagé et vécu notamment en Espagne et aux USA, où j’ai découvert la pop Espagnole par exemple Jarabe de Palo, Alejandro Sanz, le Flamenco...

Avez-vous une méthode particulière pour écrire vos compositions ?
Souvent je commence par une mélodie qui remonte, ensuite j’essaye de la comprendre. De la sentir et de comprendre qu’est ce qu’elle veut dire. Mais avec certaines chansons je le fait à l’envers si je le sens. En gros il y a pour moi deux parties dans la création : une c’est de laisser apparaitre la chanson presque sans effort et la deuxième c’est la travailler et l’améliorer. 

En plus du français et de l'anglais, vous ajoutez l'hébreu. Qu'est ce qui vous a plu dans cette langue pour l'interpréter ?
Je viens d’une famille mixte et mes origines se trouvent en Israel. C’est donc une façon de me reconnecter avec ma culture. De plus avec chaque langue vient sa propre poésie et rythmique phonétique et je trouve que m’ouvrir à ça, ouvre l’univers musical à une touche plus personnelle. 

Comment se sont passés vos échanges avec l’auteur-compositeur Manuel Larrouy ?
Manu et moi se sont rencontrés au Studio des Varietes. Une belle rencontre qui m’a permis d'appuyer mon style et identité d’écriture.
C’est drôle comment on peut se comprendre artistiquement sans trop en parler, ce qui était le cas avec Manu. Il m’a aidé a ramener plus de structure sur les chansons Françaises et de les travailler en restant proche de leur essence.

Parlez nous du single Girl you're free et de son clip que vous préparez...
Cette chanson je l’ai composé et écrit en deux heures et je ne l’ai plus changé après. Parfois ça vient tout seul et on est presque spectateur de ce qu’on a fait. C’est un titre solaire qui defend la liberté de la femme, libre d’aimer, de porter ce qu’elle a envie et de s’exprimer comme elle le sente. C’est un message fort et claire je trouve, même si je reste plutôt positif et rêveur sans rentrer trop dans un débat politique... Pour le clip sur lequelle on travaille en ce moment, j’ai mis en avant des artistes féminines et on a filmé des portraits de “femme libre” dans la rue. C’était très intéressant à filmer et parler avec des femmes sur les moments ou elles se sentent libres… 

Souhaitez-vous nous parler des enregistrements en studio de cet EP ?
Pour les prochainsje travaille avec Damien Silvert sur deux chansons. On va rester proche de mon style et de l’essence des chansons, c’est à dire ; folk, lumière, acoustique, mais cela dit j’aimerai l’ouvrir un peu plus “pop”. Pour le faire Damien est vraiment super. On se connait, on a travaillé ensemble depuis longtemps et je sais que avec lui on peut trouver le bon arrangement instrumental.  

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
Un moment donné il faut se lancer. Ça fait plus de 5 ans que je travaille intensément sur cet album et le confinement m’a encouragé d’aboutir ce projet. Sans production ou maison de disque c’était impossible de me lancer et en parlent avec le cineaste et co-réalisateur de Girl You’re Free, Teddy Masson, il m’a donné l’idée de lancer un crowdfunding. Après d’en avoir parlé, je me suis réalisé que c'était très beau (pas façile par contre) de faire participer dans le projet ton entourage, tes fans, ta famille, les amies dans ton projet et de le créer ensemble !

Souhaitez-vous nous parler de la pochette de l'EP ?
Aujourd’hui je n’ai pas encore la pochette mais je peux vous parler de la pochette de Girl You’re Free. Pour cette première pochette je voulais mettre en avant la musique, c’est a dire l’identité de la musique et pas forcement moi même. C’est pour ça que j’ai créé une pochette qui démontre l’univers, une fille de dos dans un champs qui m’a fait penser au titre Girl, you’re free

Que doit transmettre la musique pour vous ?
C’est propre à chaque musique, à chaque artiste, mais je pense qu’il y a toujours une émotion ou un discours. Pour moi j’ai l’envie de semer du positif et de faire rêver les gens. Je le vois un peu comme ma responsabilité en tant qu’artiste, de donner de l’espoir. Mais dans un prochain album c’est possible que j’exprime un autre côté, peut-être plus direct mais toujours avec l’intention de changer quelque chose pour le meilleur. 

Aurez-vous l'occasion de monter sur scène prochainement et en quoi est-elle importante ?
Après la sortie de l’Ep je vais organiser une tournée de concerts. C’est important et surtout très sympa de rencontrer son public en personne et de voir la réaction. Pendant un concert live on sent aussi quelle chanson fonctionne et celle qui nécessite plus de travail.
Malheureusement mes concerts programmés pour cet été ont été annulés.

Vous avez dansé par le passé pour de grandes compagnies. Quels souvenirs en gardez-vous et cela influence-il vos concerts ?
La danse reste dans mon coeur et je continue à rester proche de la danse. C’était un période libre et j’en suis nostalgique. Tous les jours passer du temps et travailler avec “sa famille” de danseurs dans la compagnie, toujours s’entrainer pour s’améliorer et tout les jours de la création artistique. Pas toujours facile, certe, mais une très belle période de ma vie. Pour le moment mes concerts sont minimalistes, en guitare voix et je rajoute parfois mon looper. Du coup il n’y a pas de place pour la danse, mais la danse a aujourd’hui surtout une place dans les clips ! Si je vois la possibilité, peu-être que dans le futur je peux développer un concert où la danse trouve sa place.   

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Un grand merci à tout le monde qui me soutiennent et aussi a ceux qui ont participé au financement participatif ! J’ai hâte de vous amener mon premier EP et de partager mon univers musical.

Merci à Golan Yosef d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Extract Charity concert

Musique interview

François Gorin : le roman Louise va encore sortir ce soir
Etalé sur une serviette ou allongé sur un transat, rien de tel qu'un bon bouquin. ...
  Seizur : la mixtape Trilogie
Après Prologue, format regroupant l’intégralité des singles de Seizur par...
Seizur : la mixtape Trilogie

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire