Publicité

Godo & : l'album On time

Maxime Lopes Par Le samedi, 09 avril 2022 à 22:43 0

Dans Culturel

Godo & est mené par un Français qui a su s’entourer. Découvrez son album On time.

Godo& - On time

« On time » est le premier album solo composé et écrit par Claude Gaudefroy aka Godo, avec la participation exceptionnelle de plusieurs musiciens internationaux prestigieux, parmi lesquels Craig Blundell, (Steven Wilson) Adam Holzman,(Miles Davis, Steven Wilson) Stu Hamm, (Steve Vai, Joe Satriani),  Simon Phillips, (The Who, Toto). L’enregistrement a été dirigé et mixé par Michel Taitinger  (les Misérables).

Véritable caméléon dans le milieu de la musique, journaliste et consultant pour de grandes marques de l’industrie musicale aux Etats Unis et au Japon, choriste de nombreux artistes internationaux et du Caesar Palace à Las Vegas, cet iconoclaste nous fait découvrir avec cet album inattendu, une nouvelle facette de son talent à travers un album pop rock de dix titres, exclu de tout compromis.

« On time » se révèle en effet un recueil de morceaux qui ne déparent pas d’une certaine homogénéité, et qui nous font voyager dans un univers dont les sons et les climats restent intemporels.

D’inspiration rock parfois californien, ou franchement british le tempo est soutenu, les titres particulièrement ciselés, et au fur à mesure que s’enchaînent les morceaux, se révèle la personnalité du compositeur avec toute l’émotion qui se dégage de son interprétation toujours sensible et juste.

« On time » est proposé en digipack avec livret 28 pages, ainsi qu’en vinyl collector rouge édition limitée et numérotée de 100 pièces, avec une œuvre originale de l’artiste peintre Nicolas Brière.

Interview

D'où vient votre passion pour la musique ?
Sans aucun doute je la dois à Johnny Hallyday… ! C’est lui qui m’a donné l’envie (!) de découvrir la musique, puis la culture rock, les groupes anglais et américains, et je lui dois surtout ma passion pour les instruments, la batterie et la guitare en particulier. Il a sans doute été le personnage le plus influent en France pour beaucoup de chanteurs et de musiciens sur plusieurs générations, et c’est d’ailleurs pourquoi c’est la profession et non le public qui l’avait surnommé « Le patron »… Tous les musiciens avaient énormément de respect pour lui.
D’ailleurs je dédie mon album à sa mémoire dans les crédits de On time.

Pouvez-vous nous présenter votre album On time et son univers ?
C’est une longue histoire... Cet album est le fruit d’une aventure exceptionnelle, que j’ai eu la chance de conduire seul entièrement, sans autre pression que la mienne, et qui m’a permis de m’évaluer sans complaisance, de me confronter à mes insuffisances, à mes limites, et de comprendre combien un tel projet demande avant tout une grande dose d’humilité. J’avais envisagé au départ de tout faire seul, me sentant capable de jouer de tous les instruments, même si j’avais bien conscience de mes lacunes, et en même temps d’être au manettes et je voyais tout ça un peu comme un défi… Lorsque je me suis rendu compte à l’enregistrement des maquettes combien cette entreprise allait être fastidieuse, et que finalement elle me dépassait complètement, c’est à ce moment que j’ai pris conscience que je m’embarquais dans une aventure qui n’allait pas se passer aussi facilement que je pouvais l’imaginer… C’est aussi pout ça que j’ai décidé d’appeler l’album « On time »…
Je savais que l’entreprise allait s’avérer longue et que cet album ne pourrait voir le jour que lorsque je estimerai qu’il cocherait toutes les cases… Et puis plus globalement, tous les textes des morceaux de On time font allusion au temps, sous toutes ses formes, ce qui reste le facteur essentiel qui conduit notre vie.

Comment l'avez-vous composé et quelles ont été vos sources d'inspirations ?
J’ai d’abord enregistré des tas de mélodies sur mon smart phone des embryons, des séquences… Et puis j’essayais de trouver des mots qui pouvaient les illustrer de façon harmonieuse, et avec la guitare ou au piano, je m’efforçais de donner un sens à tout ça.

Que peut-on savoir de la partie instrumentale ?
Lorsque j’ai terminé les maquettes, je me suis rendu à l’évidence qu’il me fallait faire appel à des musiciens de meilleur niveau que le mien et que je devais me concentrer sur le chant, la production, les arrangements, et que ma participation en tant qu’instrumentiste devait se limiter à ce que j’étais vraiment capable de jouer de façon convenable.
J’avais rencontré par hasard à une soirée un des rares guitaristes que je ne connaissais pas, Keemta Kim qui m’a tout de suite tapé dans l’œil… Il était monté seul sur scène avec sa guitare, je l’ai trouvé audacieux, incisif, sympa, et ce n’est qu’un an plus tard que je l’ai contacté pour lui proposer d’être le guitariste principal de l’album alors qu’on ne se connaissait pas, et qu’il n’avait rien entendu de ma musique.
Le courant est tout de suite passé entre nous, et c’est lui qui m’a présenté Michel Taitinger, l’ingé son (entre autre) des Misérables qui allait jouer un rôle déterminant dans cette aventure, avec Gerry Plisson qui m’a apporté toute son expérience et sa bienveillance. Je les ai appelé mes mousquetaires, car sans eux On time n’aurait jamais pu voir le jour…

De nombreux musiciens internationaux participent à cet opus. Comment se sont passés ces échanges et comment se sont passées les invitations ?
Au départ, il a été question de constituer une équipe de 4 ou 5 musiciens et de rentrer en studio pour enregistrer de façon très classique. Mais dès les premières prises de batterie ce fut catastrophique… Et humainement aussi j’avais l’impression d’avoir monté un groupe, alors que précisément, c’est parce que je voulais échapper aux contraintes de la gestion d’un groupe que je m’étais engagé dans ce projet solo… Il me fallait revoir ma copie. Mon gros problème était de trouver un bon claviériste, car cet instrument est très présents dans mes titres. Tout a changé le jour où je suis allé à l’Olympia voir le concert de Steven Wilson. J’étais intrigué par la marque du synthé d’Adam Holzman, et quelques jours plus tard, j’ai essayé de le contacter pour lui demander des précisions à ce sujet. Je pensais qu’il ne me répondrait pas, mais il le fit. Et la conversation s’est engagée, je lui ai dit que je travaillais sur le projet d’un album et il m’a proposé de lui envoyer quelques titres… puis de les jouer… !!
Lorsqu’il m’a envoyé ses pistes, j’ai compris que On time allait prendre une toute autre tournure, et qu’Adam avait installé d’un seul coup un standard de qualité et de niveau en deça duquel il n’était désormais pas question de descendre… Et puis cela m’a donné confiance, et l’envie de solliciter d’autres pointures pour donner encore plus d’envergure à cet album, et lui donner aussi toutes ses chances… C’est ainsi que j’ai contacté Craig Blundell, Stuart Hamm et Simon Phillips pour leur proposer de jouer sur l’album.

Est-il possible de nous parler des enregistrements en studio ?
Il y a 17 intervenants dans cet album. L’essentiel des parties de guitare, toutes celles de Keemta Kim ont été faites en studio, ainsi que toutes les voix, les chœurs… Beaucoup de parties réalisées à distance, il faut dire qu’avec la pandémie et les confinements, on n’avait pas trop le choix…

Que souhaitez-vous proposer au public avec l'album On time ?
Un bel album, des belles mélodies, une belle production Je sais bien que la musique de On time n’appartient pas ou plus aux standard actuels. Mais elle me semble intemporelle. J’aurai pu faire cet album plus tôt, ou plus tard, mais dans tous les cas j’ai l’impression qu’il aurait été ou qu’il serait le même…

Parlez nous du titre Ask Yourself et de son clip...
Ask Yourself est le premier single de l’album. L’esperluette (&) que j’ai associée à mon pseudo sans aucune indication qui suit, témoigne de ma volonté d’associer des artistes à mon projet. Ce ne sont pas seulement des musiciens qui ont participé à l’album, mais aussi des jeunes artistes en devenir auxquels je crois et pour lesquels je veux, à la mesure de mes moyens, donner un coup de main dans l’expression de leur talent en les faisant modestement bénéficier de mon exposition. C’est ainsi que le peintre Nicolas Brière a illustré le livret de l’album de ses sublimes portraits de femmes, et que le clip Ask Yourself a été réalisé autour de ses peintures. La jeune vidéaste Chloé Daelman a elle réalisé certains clips de l’album, et j’espère continuer à valoriser à la mesure de mes moyens et de mon audience, le travail de ces jeunes artistes en les associant à ma musique.

Que peut-on savoir de la pochette du disque et quelle signification donnez-vous aux mains ?
C’est en effet une très bonne question… Dès le départ de mon projet, je voulais donner à On time toutes ses chances, et je partais avec le gros handicap de ne pas être connu et par conséquent de me confondre avec les milliers de productions « non identifiables ». Montrer ma bobine ou un coucher de soleil et le nom de Tartempion sur la pochette n’était peut être pas le meilleur moyen de sortir du lot… J’ai donc choisi une identité qui interroge, un symbole qui intrigue aussi, et enfin un visuel un peu provocateur, conçu par la graphiste Claire Chapuis.
Comme l’album fait l’objet de 7 clips, nous avons souhaité réaliser un visuel générique animé avant ou après chaque vidéo, sous la forme de ces doigts des deux mains qui bougent comme on compte 1, 2, 3…
Certains y ont vu un doigt d’honneur, ce qui pour le coup est devenu un peu gênant, car les américains ont fait la moue pour distribuer l’album à cause de la cover de l’album, et Facebook a aussi retoqué la communication pour les mêmes raisons… Un doigt d’honneur comme son nom l’indique, c’est un seul doigt, et pas deux mains et six doigts… ! Mais je n’ai que des retours enthousiastes sur cette pochette, et je l’assume complètement…

L'album est disponible en vinyl collector rouge édition limitée et numérotée. Pourquoi avoir fait ce choix et que vous inspire ce support ?
En effet, à chacun de ces 100 exemplaires numérotés sera associée une œuvre originale de Nicolas Brière, avec un packaging très classieux. Je suis un grand nostalgique du vinyle, et On time était l’occasion rêvée de se faire plaisir en proposant un bel objet.

Une anecdote ou une indiscrétion à nous raconter ?
Le bassiste de l’album devait être Phil Chen. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Phil a été le bassiste – entre autres - de Jeff Beck, Rod Stewart, Clapton, des Doors… C’est un ami de longue date. Le premier que j’ai contacté au tout début de mon aventure pour être le bassiste de On time. Le fait qu’il ait accepté, sans même écouter une note, était un gage de confiance et de profonde amitié… Et puis quand les prises ont débuté, Phil m’a dit qu’il ne se sentait pas très en forme, qu’il avait mal à l’épaule et qu’il ne pouvait plus jouer de la basse…
Et puis quelques mois plus tard, alors que je voulais lui faire écouter les prises, j’ai appris son décès… Ca a été un vrai choc.. ce type était une crème, un mec admirable, et je lui dois d’avoir vécu des moments exceptionnels, en particulier avec les Doors…

Que représente la scène pour vous et des concerts sont-ils prévus ?
La scène, c’est indispensable pour un artiste… Il y a un show case de prévu, sans doute à la rentrée, en Septembre/Octobre et je suis déjà très excité à l’idée de jouer On time sur scène et lui donner un côté encore plus rock… Et puis suivant l’accueil, on verra si on peut enchaîner sur des dates. Mais pour l’heure, je m’attelle à l’écriture du prochain album… J’aurai pu faire un double album avec On time, j’ai donc pas mal de titres en préparation…

Etes-vous satisfait des premiers retours presse et quelles sont tes attentes ?
Tout ce qui se passe avant même la sortie de l’album est déjà très positif. Les deux premières videos des single, « Ask Yourself » et « Stars » ont chacune dépassé les 20 000 vues en quelques semaines, le titre « Who stole my car ? » que j’appelle aussi ma  « botte de Nevers », (car c’est la vidéo dans laquelle tous ces musiciens jouent le titre en live) va sortir dans les prochains jours et je commence aussi à avoir des retour radio positifs à l’international pour le premier single « ask Yourself » et je pense être en mesure d’intégrer pas mal de playlists sur l’étranger, Europe, Etats Unis, Canada dans les prochaines semaines… Je vais m’efforcer de défendre cet album avec mes moyens, toujours sans pression, et par respect envers tous ceux qui y ont apporté leur contribution.

Merci à Godo & d'avoir répondu à notre interview !

ASK YOURSELF (Official Video) from the album ON TIME by GODO&, original paintings by Nicolas Briere.

Musique interview

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam