Publicité

Fraissinet : son album Voyeurs

Fraissinet défend une chanson où se mêle l'électrique et l'électro, sans jamais perdre la tendresse de ses premiers points d'ancrage : le piano et une voix parfois pétillante, parfois écorchée, d'une énergie toujours communicative.
Son album Voyeurs sort le 10 novembre 2017.

Fraissinet - Voyeurs

Interview

Pouvez-vous nous présenter votre album Voyeurs ?
Voyeurs est mon troisième album studio, une histoire de regards… mais je vous en dis plus dans les lignes qui suivent !

Une importance particulière a été apportée aux sonorités et aux instruments sur cet album. Est-il possible d'en savoir plus ?
Cet album a volontairement une couleur un peu plus pop que les précédents. J’ai grandi avec beaucoup de musique anglo-saxonne dans les oreilles. De Bowie à Radiohead, en passant par des groupes tels que Keane et les mélodies très guitaristiques des Beatles.
Je suis très attaché aux paroles francophones et à la chanson, mais le son différent de cet album permet d’obtenir un ensemble difficile à mettre dans une case pré-écrite… et j’ai une affection particulière pour l’inclassable !

En quoi vos études de cinéma on façonné cet album ?
D’un point de vue général, mes études de cinéma m’ont aidé à percevoir le regard comme un choix et non pas comme un acte purement passif. Poser une caméra devant un sujet m’a forcé à définir l'histoire que je voulais en raconter, par le simple fait de définir d’abord la manière de le montrer. L’album Voyeurs est intégralement construit autour de cette question du regard et, au fil des titres, pose cette question, comme un choix déterminant dans notre époque contemporaine, gouvernée par l’écran sous toutes ses formes.

Ces études ont également un impact sur l'image que vous vous donnez et l'on dit que Voyeurs est le plus personnel de vos albums. En quoi ce contrôle de l'image est important et pourquoi vous révéler un peu plus dans cet album ?
Les choses sont plutôt arrivées en sens inverse. En raison d’une défaillance de vue, j’ai découvert dès ma naissance le monde avec une moitié claire, l’autre totalement nébuleuse. La question de l’image dans ce qu’elle a de différent, inachevé et trompeur s’est imposée à moi de force. Le cinéma m'est alors apparu comme un moyen de partager ces différentes « mises au point ». Mon image personnelle et ses côtés atypiques (gant sur la main gauche, jeu particulier au piano) ne sont pas des mises en scène, mais des solutions qui m’ont permis la scène… même si le goût de l’image a sans doute permis de leur donner une place un peu plus poétique.
Cet album est sans doute le plus personnel, car la question du regard en est le fil conducteur, sous toutes ses formes, de son absence jusqu’à la tyrannie qu’il inflige parfois.

Comment avez-vous composé les textes de l'album ?
…dans tes situations très diverses. La richesse d’un projet d’album est pour moi de réunir des titres comme on composerait une famille. Certaines chansons sont très récentes, d’autres ont dû attendre quelques temps avant que je leur trouve des frères et sœurs pour cet album !

Parlez nous du titre Apprends moi...
Je m’amuse parfois à imaginer le Petit Prince chanter cette chanson à Saint Exupéry. Puis au bout de quelques minutes les rôles s’inversent et l’aviateur devient celui qui apprend, et l’enfant celui qui raconte. C’est une invitation au regard vers l’autre. Un espoir sur la transmission du savoir et sur l’éducation comme moteur d’avenir.

Une indiscrétion sur l'album Voyeurs à nous donner ?
Il y a dans la chanson Arrête une référence à un chien en peluche qui a accompagné de nombreuses années de mon enfance… mais je vous laisse la trouver !

Pourquoi avoir donné un Facebook live au soleil levant le 6 octobre ? Des clips sont-ils à venir pour l'album ?
Quand j’étais tout petit, j’ai été très marqué par une chanson de Barbara qui disait à son public « ma plus belle histoire d’amour c’est vous ». Je n’ai pas aujourd’hui d’avis tranché sur cette question. Malgré tout, je pense quotidiennement à celles et ceux qui écoutent mes chansons et qui suivent mon parcours de près ou de loin. J’ai à cœur de plaire à leurs oreilles, de les surprendre, de sortir des sentiers battus et rabattus, et d’enrichir cette histoire en commun de joyeuses trouvailles. Les Facebook Live sont une des manières qui aujourd’hui permettent quelques chemins de traverse pour entretenir la flamme !… Ainsi que d’autres clips à venir…

Parlez nous de vos prochains concerts parisiens : quelles ambiances souhaitez-vous leurs donner ?
Nous jouons les titres du nouvel album dans deux spectacles différents. Une version acoustique dans laquelle je suis accompagné d’un seul musicien. Cela nous permet de partager les titres dans une version très intimiste, proche de leurs textes et dans une intimité unique avec le public. La grande version nous réunit à cinq sur scène, avec les couleurs pop-rock qui donnent sa couleur particulière à l’album.
Je tenais beaucoup à proposer ces deux spectacles différents à Paris.
Les 23, 24 et 25 octobre, nous jouerons donc en acoustique à l’Auguste Théâtre pour faire découvrir et raconter les chansons…. Pour revenir ensuite le 28 novembre au FLOW pour proposer un nouveau spectacle en version plus électrique.

Que souhaitez vous dire pour conclure ?
Un grand merci de m’avoir lu et rendez-vous sur scène et sur les ondes !

Merci à Fraissinet d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez le également sur Facebook.

FRAiSSiNET - APPRENDS-MOI ( Clip officiel )

Concerts

Du 23 au 25 octobre 2017 à l'Auguste théâtre (Paris)

28 novembre au Flow (Paris)

17 février 2018 à l'espace culturel Georges Brassens de Léognan (33)

Musique interview

Christina Goh : l'album Troubadour Christina Goh : l'album Troubadour
Blues Troubadour ou le périple vocal de Christina Goh sur les chemins oubliés de la cr...
  Zanarelli : son album L'écho des vertiges
Zanarelli. Un nouveau venu dans l’univers de la pop made in France ? Pas vraiment quand on se ...
Zanarelli : son album L'écho des vertiges

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire